Titre : Rouille
Auteur : Floriane Soulas
Éditeur : Scrinéo
Date de publication : 2018 (mai)

Synopsis : Paris, 1897. De nouveaux matériaux découverts sur la Lune ont permis des avancées scientifiques extraordinaires. Mais tout le monde n’en profite pas ! En dehors du Dôme qui protège le centre urbain riche et sophistiqué, le petit peuple survit tant bien que mal. C’est dans une maison close sur l’un de ces faubourgs malfamés qu’a échoué Violante, prostituée sans mémoire. Alors qu’elle se démène pour trouver son identité dans un monde dominé par les hommes et les puissants, sa meilleure amie disparaît dans d’atroces circonstances. Contre la raison, la jeune femme décide de prendre part aux investigations…

Bibliocosme Note 3.0

Plongée dans le milieu de la prostitution parisienne

Cela fait maintenant quelques années qu’on entend de plus en plus parler des éditions Scrinéo dans le monde des littératures de l’imaginaire, grâce à des auteurs comme Aurélie Wellenstein ou encore Gabriel Katz. Cette année, la maison d’édition donne sa chance à une jeune auteur et booktubeuse, Floriane Soulas (Flo Bouquine), qui signe ici son premier roman (on lui doit également deux nouvelles parues dans des anthologies). Si le pitch semble intéressant, je dois avouer que c’est avant tout la très belle couverture signée par Aurélien Police qui m’a surtout convaincue de tenter l’expérience. Le roman se déroule dans un Paris revisité, à la toute fin du XIXe siècle, et met en scène une jeune femme, Violante, qui ne se rappelle de rien avant son arrivée dans la capitale. Prostituée dans un bordel de luxe, les Jardins mécaniques, celle que ses client connaissent sous le surnom de « Duchesse » tente de remonter peu à peu la piste de ses souvenirs afin de découvrir sa véritable identité. Mais les indices sont minces et, plus les jours passent, plus la jeune femme disparaît derrière le rôle qu’elle compose pour sa clientèle. Son investigation est de plus perturbée par la disparition de sa meilleure amie, une autre prostituée, mise à la rue par la maquerelle de l’établissement et dont personne n’a plus aucune nouvelle depuis des jours. La chose n’aurait rien d’inquiétante en temps normal, seulement un serial-killer sévit dans la capitale depuis quelques mois, semant derrière lui les cadavres atrocement mutilés de femmes ou d’enfants des rues. Très vite, Violante s’implique dans l’enquête qui n’avance pas plus que sa quête de mémoire : comment expliquer les marques étranges retrouvées sur les corps ? Comment le meurtrier fait-il pour se déplacer aussi subrepticement ? Et, surtout, quel est le rapport avec cette toute nouvelle drogue dure qui vient d’arriver sur le marché, la « rouille » ?

Le Paris du XIXe revisité à la sauce steampunk

Floriane Soulas dépeint un Paris du XIXe siècle convainquant, y ajoutant même une petite touche de steampunk. Dirigeables parcourant le ciel, tour Eiffel transformée en aérodromes, gadgets mécaniques à gogo… : on retrouve la plupart des caractéristiques esthétiques propres à ce sous-genre, sans que ceux-ci ne prennent pour autant le pas sur l’intrigue. N’allez toutefois pas vous imaginez un Paris rutilant dont on arpenterait que les beaux quartiers, bien au contraire. L’auteur s’intéresse ici davantage aux bas-fonds de la capitale dont on découvre les ghettos, les bordels et les bars les plus miteux. L’ensemble du récit baigne le plus souvent dans une ambiance glauque d’un bel effet, et c’est en partie ce qui fait le charme du roman. L’auteur ne lésine en effet pas sur les détails un peu sordides, et s’attache à montrer la misère et la violence qui règne dans ces quartiers insalubres. Le milieu de la prostitution est notamment bien décrit, et a du faire l’objet de sérieuses recherches de la part de l’auteur qui nous décrit ici non seulement le fonctionnement des maisons closes, mais aussi les rapports qu’entretiennent les puissants (politiques, policiers, diplomates…) avec ce type d’établissements (on se croirait vraiment par moment dans la série « Maison close » diffusée il y a quelques années par Canal + et consacrée justement à la prostitution à Paris à la même époque). Tous les personnages baignent donc dans un milieu particulièrement sombre, et c’est justement la raison pour laquelle on a du mal à trouver leur personnalité plausible. La plupart ont pourtant un rôle qui convient bien au décor : souteneurs, hommes de main, maquerelles… Et pourtant, tous ces gens font preuve d’un grand cœur et d’une personnalité relativement aimable qui colle mal avec leur environnement (c’est notamment le cas de Léon, le souteneur, un personnage qui, contrairement à ce que sa profession laisse présager, est un homme tout à fait sympathique).

De bonnes idées, mais quelques maladresses

S’ils ne sont pas forcément très cohérents, la plupart des personnages n’en demeurent pas moins attachants, à commencer par les souteneurs (oui, oui, curieusement…), Léon et Jules. J’ai eu un peu plus de mal à m’attacher à l’héroïne, sans que celle-ci me soit pour autant antipathique. Peut-être est-ce du à sa froideur et à la distance quelle met entre elle et les autres personnages (et donc le lecteur) ? La plupart des autres personnages n’ont que des rôles de figurants, à l’exception du grand méchant de l’histoire qu’il est dommage de voir décrit de manière aussi caricaturale. L’intrigue est pour sa part bien structurée et bien rythmée : on prend plaisir à suivre les investigations de ce petit groupe d’enquêteurs amateurs, si bien que le roman se lit avec une déconcertante rapidité. Reste qu’on voit venir de loin la plupart des rebondissements, et que l’histoire repose sur des ficelles ultra éculées (en gros on a un Jack l’Éventreur bis, mais à Paris…). J’ai pour ma part été également gênée par le côté un peu « girly » (je déteste ce mot, mais je n’ai pas de meilleur terme en tête) de certaines scènes que j’ai trouvé très clichés et assez inutiles : les crêpages de chinions entre les prostituées, et surtout la scène de la préparation du bal, avec les autres filles vertes de jalousie, les essayages chez la couturière, les réactions provoquées par la robe sublime… Rien à redire au niveau du style : l’auteur a une écriture simple mais fluide qui permet de s’immerger complètement dans l’histoire. Tout juste pourrait-on lui reprocher la répétition de certains termes ou expressions (les « beaux yeux chocolat » de l’héroïne reviennent souvent, par exemple).

Floriane Soulas s’en sort plutôt bien pour un premier roman qui nous plonge dans une histoire certes peu originale mais néanmoins bien ficelée. Si les personnages ne sont sans doute pas le plus gros point fort de l’ouvrage et jurent quelque peu avec l’environnement dans lequel ils évoluent, le décor et l’ambiance sont quant à eux plus réussis. Je suis assez curieuse de découvrir les futures parutions de l’auteur.

Autres critiques : Blackwolf (Blog-O-livre) ; Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Elhyandra (Le monde d’Elhyandra)