Le troisième fils de Rome, tome 1 : Martius

21 février 2018 3 Par Casper

Titre : Martius
Cycle/Série : Le troisième fils de Rome, tome 1
Scénariste : Laurent Moënard
Dessinateur : Stefano Martino
Éditeur : Soleil
Date de publication : 30 janvier 2018

Synopsis : On connaît la légende de la naissance de Rome, fondée par les jumeaux Romulus et Remus, fruits de l’union entre Mars et la vestale Rhéa Silvia, sauvés du Tibre et élevés par une louve. Mais on ignore qu’un troisième enfant est né de l’union forcée entre Rhéa et Amulius. Ce troisième fils de Rome et ses partisans, à l’origine d’un ordre secret, vont influencer et changer à tout jamais l’histoire de Rome.

Bibliocosme Note 2.5

Je t’ai éduqué comme si tu avais été mon propres fils. Je t’ai éduqué moralement et physiquement en romain! Il est temps pour toi maintenant d’accomplir ton destin. Et de fonder à ton tour une famille, ta « gens » vénérera Mars plus que tout. Martius, avec elle, avec tes amis et tes fidèles, tu protégeras Rome et son territoire. Tu combattras jusqu’à son anéantissement l’ordre impur et sanguinaire du troisième fils de Rome.

 

Plutôt bien mis en avant sur les réseaux sociaux, Soleil s’aventure du côté de l’Antiquité en revisitant la fondation légendaire de Rome. Une plongée dans le IIIème siècle avant notre ère, entre Histoire et fiction.

En pleine guerres puniques, l’Urbs est en proie à une sourde menace. La légende du Troisième fils de Rome n’a jamais été si vivace : Rhéa Silvia, mère de Remus et Romulus aurait eu un autre fils, violée par un oncle jaloux de l’ascendance divine des deux jumeaux. Une secte s’est depuis constituée autour de cette légende et son objectif n’est autre que la destruction de la cité de Rome. Éduqué pour enrayer les projets de ces zélés serviteurs, Martius, lui-même un demi-dieu puisqu’il descend directement d’Enée et des premiers rois de Rome, doit rejoindre les côtes africaines pour aider Scipion l’Africain contre les troupes d’Hannibal, soutenues par la secte.

Visant évidemment un large public pas forcément très versé dans l’histoire, le scénariste Laurent Moënard revient dans une excellente introduction sur le mythe de la fondation de Rome, depuis la guerre de Troie au fratricide qui engendre la naissante de la cité. Historien de formation, Laurent Moenard connaît son affaire et fournit un décorum solide pour y dérouler son intrigue. Je suis en revanche plus mitigé sur la partie fiction et ai du mal à me laisser embarquer par cette histoire, parfois légèrement confuse à mon avis. Le récit est aussi un tantinet manichéen, les bons Romains sont valeureux tandis que les Carthaginois sont de véritables barbares, perfides et xénophobes. En pleine guerre punique pourtant, nul doute que chaque camp a commis son lot d’exactions. L’inspiration du scénariste est également indéniablement cinématographique avec des moments qui ne sont pas sans rappeler quelques films tout aussi manichéens, avec une scène tout droit sortie de Gladiator. La fin un peu abrupte de ce premier volume laisse d’ailleurs un peu sur sa faim justement. On peut d’ailleurs se poser la question de la suite du récit, puisque le second volume ne se déroulera pas directement après la conclusion, mais soixante dix ans plus tard.

Côté pinceaux, Stefano Martino délivre un travail de qualité mais aussi assez classique, on n’ y dénote pas vraiment un style propre. Tout cela n’en est pas moins bien dessiné, entre autres au niveau des décors intérieurs comme extérieurs. Certains personnages ou animaux sont toutefois quelque peu en deçà. Le découpage reste quant à lui aussi classique mais fait le boulot. La réussite graphique de cet album réside avant tout dans la couleur, avec des teintes ocres parfaitement dans le ton.

Construit sur une bonne toile de fond, il manque à ce premier tome du Troisième fils de Rome un petit grain de folie pour séduire pleinement.

Autres critiques : ?

Retour en haut