L’enfant et le maudit, tome 1 : Siùil a Rùn

3 février 2018 0 Par Casper

Titre : Siùil, a Rùn
Cycle/Série : L’enfant et le maudit, tome 1
Scénariste et dessinateur : Nagabe
Éditeur : Komikku
Date de publication : 9 mars 2017

Synopsis : Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays… « L’intérieur’ où vivaient les humains, et « l’extérieur’, où habitaient des créatures monstrueuses qu’il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n’auraient jamais dû se croiser…
Ils sont aussi différents que le jour et la nuit… Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux…

Bibliocosme Note 4.0

-C’était la première fois que je voyais une autre personne de l’extérieur… Elle te ressemblait.
– Tu trouves ?
– Oui, elle était toute noire comme toi.
– C’est vrai…
– Dis, c’est vraiment interdit de vous toucher ?
– Oui… Si tu entres en contact avec nous, tu seras maudite. Si la malédiction s’abat sur toi, tu deviendras monstrueuse.

   Parmi le déluge de mangas qui sont publiés chaque mois chez, tous ne résument pas à une succession d’explosions ou d’amourettes ou personne ne comprend rien au chou rouge. Il est aussi quelques petites œuvres beaucoup plus subtiles et poétiques qui se démarquent du tout venant. Enfin, c’est l’impression qui se dégage de la couverture et du titre du premier manga de Nagabe paru en France, L’enfant et le maudit, dont le troisième volume était d’ailleurs pré-sélectionné à Angoulême cette année.

Résultat de recherche d'images pour "l'enfant et le maudit"

   Le monde est divisé en deux pays entre lesquels tout contact doit être évité. L’intérieur rassemble les êtres humains tandis que l’extérieur est le territoire des maudits, étranges créatures à la peau de charbon et à l’allure diabolique, bardées de cornes. Dans la forêt pourtant, deux êtres vivent côte à côte. Sheeva, petite fille pleine de candeur qui attend le retour de sa tante, et son professeur, un maudit. Nul ne sait pourquoi les deux âmes se retrouvent ensemble sous un même toit. Mais une chose est sûre, au moindre contact physique, la petite fille serait à son tour touchée par la malédiction.

   On ne rencontre dans ce premier volume guère plus que le professeur et sa protégée, et c’est d’ailleurs très bien ainsi. Le duo formé par ces deux protagonistes fonctionne à merveille même si leur seule nature les oppose. Elle n’est qu’une petite fille fragile que tout émerveille avec son comportement d’enfant, ignorant les ténèbres du monde qui l’entoure. Il ne peut pas risquer avec elle le moindre contact physique au risque de la maudire, il lui cache des choses qu’elle ne doit pas encore savoir et essaie tant bien que mal de se montrer distant. Leur relation est forte néanmoins. Sans le dire, ils ont besoin l’un de l’autre et forment une sorte de famille. Ces deux personnages constituent le seul rayon de soleil de ce premier tome, son coeur, et l’atmosphère qui les entoure est pesante par son silence, et c’est finalement à la tension que la quiétude laisse progressivement la place. Nagabe fait subtilement évoluer le rythme de son récit et on est comme happé par L’Enfant et le maudit, aussi triste et doux soit-il.

   La partie graphique de L’enfant et le maudit est en parfaite en adéquation avec le récit et ses personnages, tout en ombre et en lumière, toute en douceur et en nuances, alliant le trait très fin de Sheeva et les encrages au contraire parfois très prononcés. Nagabe sait par ailleurs immergé son lecteur dans le récit par ces petites cases toutes simples qui ne font qu’illustrer quelques petits moment de la vie quotidienne des deux protagonistes, telles des natures mortes, à l’image de ces couronnes de fleurs qui ouvrent le récit. Bien que simples dans leur aspect, le professeur et Sheeva n’en dégagent pas moins beaucoup d’émotions. Le sourire de la petite fille illumine les pages et le regard protecteur du maudit est terriblement attendrissant. Le découpage est plutôt classique et sans fioriture, il nous plonge davantage encore dans la relation des deux personnages, notamment avec des cases où tous deux se retrouvent face à face, de profil, à la fois proches l’un de l’autre et tenus éloignés par la malédiction.

   Un duo attachant au milieu d’un monde sombre, le tout dans un conte délicat et plein d’humanité. Il est difficile de résister au charme de cet Enfant et le maudit, tout simplement.

Autres critiques : ?

Retour en haut