Les Imaginales 2015 : Épinal, les Vosges et l’univers fantasy

9 juin 2015 2 Par Davalian

url

Qu’une ville de province tente d’organiser un festival dédié au fantastique, cela relève du challenge. Lorsqu’il s’agit de la ville d’Épinal, le chef-lieu du département des Vosges, qui parvient, depuis 2002 à mobiliser autant d’acteurs autour d’un festival dont l’envergure dépasse le cadre national, nous assistions-là à un prodige.


Il s’agit du troisième événement littéraire (bien qu’il ne soit pas seulement question de littérature aux Imaginales) de ce qui est devenu depuis quelques mois la lettre L de cette nouvelle région au nom de produit ménager ACAL (allez lire le texte de loi ou mieux encore : une carte pour voir si je plaisante). Et oui, il y a des livres en Lorraine ! Et pas seulement à Fontenoy-la-Joûte, le village du livre. Avec le festival de Metz (bon honnêtement cette année, si vous l’avez loupé, vous avez gagné du temps que vous pouvez utilement mettre à profit en flânant dans la belle ville en question) et bien entendu le Livre sur la place de Nancy (quelle place ? toutes les enseignes de la ville vous donnent un indice : du snack au réseau de transport), les Imaginales placent la Lorraine sur la scène culturelle française.

Imaginez … un parc plutôt sympa qui longe la Moselle, au centre d’une petite ville (ben ça reste les Vosges quand même !) connue pour son imagerie et sa basilique romane. Quelques tentes avec des animations médiévales (les toilettes sèches n’entrent pas dans cette définition), des stands tous plus intéressants les uns que les autres (fort malheureusement, ils acceptent tous la carte bancaire) et de bien curieuses constructions temporaires. Celles-ci accueillent un nombre assez étonnant de tables rondes, de conférences (parfois deux par heure) dans des cadres sympas et uniques !

Le chapiteau principal regroupe le cœur des festivités : des livres, des livres, des livres, de charmantes libraires (catastrophe, elles acceptent aussi la carte bancaire), des auteurs et hélas des gens (beaucoup) qui rendent l’accès à ceux et celles-ci bien difficile.

Les séances de dédicaces débutent et voilà déjà qu’une file assez importante s’est formée. Tous ces gens semblent attendre derrière des livres et derrière se cache… Robin Hobb !

Une petite balade et surprise… une tête connue. La voix, entendue à des maints occasions confirment la chose. Il s’agit bien de Sellig. Que fait-il-là ? Et bien la promotion de ces livres. Parce qu’il écrit aussi ? Il ne se contente pas d’être un humoriste talentueux ? Deux romans de science-fiction posés là me mettent mal à l’aise, aie, vite réussir à placer que la SF n’est pas mon truc et repartir honteux… Ah ben non, parce que justement voilà Sellig qui me propose son petit dernier L’opération R8, un polar burlesque qui parle de sa sœur, de Bernard, de Jürgen et sans oublier Pupuce (pour celles et ceux qui ne connaissent pas, allez sur les ondes, vous allez faire une découverte). Ouf, ça y est, je suis sauvé et riche d’une dédicace !

Et peu plus loin, John Lang est lui aussi à l’œuvre. Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir approcher Pierre Pevel avec son célèbre béret et son costume. Demandé le garçon, mais organisé : un petit chevalet nous indique quand il sera présent…

Un peu plus loin, voilà Kim Newman, qui attend… Son Anno Dracula me tente… trop tard l’irréparable est commis ! La dédicace est sympa, inventive et humoristique.

Mais, tiens… ne serait-ce pas… Si ce sont eux… Didier Convard et Jacques Ravenne ! Du moins leur place… vide, en ce dimanche 31 mai ! L’hôtel de ville consacre une exposition au premier d’entre eux, le deuxième a dû se perdre alors que le temple maçonnique, autre lieu de rendez-vous des Imaginales, est à côté.

Tous ne sont pas aussi sérieux que Stefan Platteau, qui pour se faire excuser d’un succès imprévu (rupture de stock !), entreprend une lecture publique.

Des auteurs en nombre (Bordage, Grimbert, Jaworski et tant d’autres !) qu’ils soient Français ou Anglo-saxons, il y en a tant… et encore davantage (sans oublier les illustrateurs) ! Dommage, toutefois, que tous ne soient pas présents. Dommage aussi que rien n’indique s’ils seront là ou pas.

En tous cas, il y a ici largement de quoi contenter les amateurs de fantastique. Nombreux sont ceux qui se sont déplacés… et certain(e)s sont même déguisés (enfin, je l’espère pour eux) contribuant ainsi à la bonne ambiance de ce rendez-vous à ne pas manquer.

Retour en haut