Tintin, Astérix, James Bond, Yves Saint Laurent : y-a-t-il une vie après la mort du créateur ? | Ce soir (ou jamais !)

7 décembre 2013 0 Par Dionysos

Ce soir ou jamais

Ce soir (ou jamais !) proposait dans son émission du 6 décembre 2013 un débat sur les droits d’auteurs et la vie d’une œuvre après la mort de son créateur.

Je ne peux que vous conseiller de profiter du replay de cette émission jusqu’au vendredi 13 décembre pour découvrir le débat sur le thème « Tintin, Astérix, James Bond, Yves Saint Laurent : y-a-t-il une vie après la mort du créateur ? ».

Comme souvent dans l’émission de Frédéric Taddéi, c’est l’occasion de vous discuter ensemble des acteurs très divers de la culture publique. Ainsi, nous avions autour de la table : Alexandre Astier, célèbre auteur, réalisateur et acteur de la franchise Kaamelott ; Lionel Maurel, juriste spécialisé dans la transformation des droits d’auteur à l’heure du numérique ; Emile Bravo, auteur de bande dessinée, le journaliste et écrivain Patrick Poivre d’Arvor ; la députée Europe-Écologie-Les Verts Isabelle Attard ; l’écrivain Gabriel Matzneff, prix Renaudot 2013 pour Séraphin, c’est la fin ! ; Franck Boudoux, délégué général du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, l’avocate Florence Watrin et, enfin, Nick Rodwell, l’administrateur de la société Moulinsart.

Dans le contexte de reprise de la série Astérix, la question posée a mené à une relativement vive opposition entre le droit à l’utilisation d’une manne créative qui pourrait devenir un mythe utilisable par tous et le droit de regard de chaque auteur sur sa création. Tintin et Astérix ont, bien sûr, monopolisé l’attention. L’opposition autour de la question des droits d’auteur touchait aussi au droit de choisir la destinée de ses personnages après sa mort. Alors, peur de perdre l’opportunité de découvrir d’autres aventures de nos héro(ïne)s préféré(e)s ou peur de les voir dénaturé(e)s irréversiblement ? Chaque cas semble avoir ses propres enjeux…

Retour en haut