Voyage au centre de la terre, tome 1

Titre : Voyage au centre de la Terre
Cycle/Série : Voyage au centre de la Terre, tome 1
Auteur : Jules Verne
Dessinateur: Norihiko Kurazono
Éditeur : Pika
Date de publication : 6 septembre 2017

Synopsis : La vie d’Axel va changer du tout au tout lorsque son oncle, le professeur Lidenbrock, trouve un étrange parchemin codé dans un vieux livre islandais. Il s’avère que le message contient des indications pour se rendre au centre de la Terre ! Il n’en faut pas plus à l’impétueux professeur pour monter une expédition… au grand désespoir de son neveu.

Bibliocosme Note 4.0

-Plus de bruits de charrettes, plus de cris de marchands, plus de vociférations de bateliers !
-En effet, nous sommes fort tranquilles au fond de ce puits… Mais ce calme a quelque chose d’effrayant.
-Allons donc, si tu t’effrayes déjà, qu’est-ce que ce sera plus tard ! Nous ne sommes pas encore rentrés d’un pouce dans les entrailles de la Terre !
-Que voulez-vous dire ?
-Je veux dire que nous avons seulement atteint le sol de l’île! Nous sommes à peu près au niveau de la mer.

    Les adaptations en tous genres ont apparemment le vent en poupe au pays du soleil levant. Après la série télévisée Sherlock et Les misérables de Victor Hugo qui ont vu le jour au format manga dernièrement, c’est cette fois-ci le roman de Jules Verne Voyage au centre de la Terre qui se voit paré d’une version BD à la sauce japonaise. Ce premier volume d’une série de quatre tomes se veut très fidèle à l’œuvre originale qui n’est rien de moins que l’un des romans d’aventure les plus lus au monde. En témoigne la couverture de ce volume avec les noms de Jules Verne et de Norihiko Kurazono mis sur un pied d’égalité.

   Dans la ville d’Hambourg du milieu du XIXème siècle, le pittoresque professeur Lidenbrock fait la découverte d’un livre ancien écrit en vieil islandais qui a appartenu à l’un des grands alchimistes du XVIème siècle, Arne Saknussemm. Après avoir décrypté l’énigme du scientifique, le professeur et son neveu Axel prennent la route de l’Islande pour un voyage insensé : s’enfoncer dans les profondeurs de la Terre par la cheminée du mont Sneffels éteint sur les traces de l’alchimiste. Un projet plus fou que fantastique pour le jeune homme qui se voit contraint de s’éloigner de sa promise.

   Ce premier volume s’avère effectivement fidèle au roman de l’auteur du XIXème siècle pour les souvenirs que j’en ai. S’il s’attache au début de l’aventure du professeur Lindenbrock, ce Voyage au centre de la Terre revu par Kurazono n’en souffre aucunement de problèmes de rythme avec une première scène en couleurs dans laquelle le trio est déjà sous terre et donc pleinement dans l’action. S’ensuit un retour en arrière qui permet de retracer les origines et les préparatifs du fascinant périple. En cherchant par tous les moyens à décrypter l’étrange message de l’alchimiste, le premier chapitre prend la forme d’une enquête tout à fait sympathique, quoique rapide. L’aspect exploration, qui est bien évidemment au coeur du roman de Jules Verne, est par conséquent d’emblée au rendez-vous. Ce sentiment s’accentue encore dès lors qu’Axel et Lindenbrock prennent la route de l’Islande et débutent, pour de bon, leur expédition. Aussi l’histoire est-elle parfaitement menée par l’auteur. Les personnages sont agréables et bien caractérisés, classiques aussi, restant par là fidèles à l’oeuvre originale. Si le matériaux de base est bon, l’auteur reprend ici la précision et les connaissances de Jules Verne qui confèrent son authenticité au Voyage au centre de la Terre. Une dose d’humour complète enfin ce premier volume.

    Graphiquement, le Voyage au centre de la Terre de Kurazono joue sur deux tableaux. Les personnages ne seront peut-être pas au goût de tous avec leur aspect typé manga, mais cela ajoute à la dimension humoristique. Le trio d’aventuriers n’en est pas moins réussi pour autant. Le reste du dessin reprend quant à lui un aspect s’approchant des gravures du XIXème siècle, ajoutant un cachet certain à cette aventure, un petit côté vintage même. Les décors urbains et les environnements naturels regorgent de détails et l’immensité et la rudesse des paysages islandais contribuent à ce sentiment d’exploration. Les noir et blanc du manga siéent d’ailleurs parfaitement à l’ambiance oppressante des entrailles de la Terre.

Sur un rythme qui diffère un peu de l’œuvre d’origine, ce Voyage au centre de la Terre n’en reste pas moins très convaincant, un récit d’aventure connu mais qu’il est très agréable de retrouver sous une nouvelle forme !

Autres critiques :