Dieux sauvages 1 Messagère du ciel

Titre : La Messagère du ciel
Cycle/Série : Les Dieux sauvages, tome 1 (sur 4)
Auteur : Lionel Davoust
Éditeur : Critic (Fantasy) [site officiel]
Date de publication : 4 mai 2017

Synopsis : « Écoute Ma parole : l’Éternel Crépuscule cachera le soleil, étouffera les plantes et changera les hommes en bêtes, car Aska, le Dieu de la Nuit, ne tolère d’autres enfants que les siens. »
Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Bibliocosme Note 3.5

Je suis une femme, seule, paria et folle. Ça fait quatre excellentes raisons d’échouer avant même d’avoir commencé.

Après Spire de Laurent Genefort, les éditions Critic lancent encore en 2017 une autre nouvelle série dans les littératures de l’imaginaire en s’appuyant sur un de leurs auteurs phares, Lionel Davoust. Celui-ci, avec Les Dieux sauvages, nous fait revenir dans son monde de fantasy où la magie est fondée sur des technologies nucléaires bien souvent incomprises : Évanégyre.

La Messagère du ciel, c’est d’abord une bien belle couverture chatoyante et verdoyante d’Alain Brion. J’avoue que, de prime abord, mise en parallèle avec la quête promise en quatrième de couverture, j’ai craint d’aborder un roman davantage jeunesse que d’habitude de la part de Lionel Davoust, avec des concepts plus manichéens que dans les autres volumes que furent La Volonté du Dragon, La Route de la Conquête et Port d’Âmes. Bien heureusement, la mise en place des premiers personnages chasse vite ce doute. Car, de l’anti-manichéisme, il y en a à revendre ! à commencer dans la façon dont on aborde la psychologie des personnages. Trois sont principalement mis en avant (ou peut-être est-ce qu’ils m’ont le plus marqué personnellement, sait-on). Tout d’abord, l’inévitable figure de la couverture est Mériane, toute jeune paria débrouillarde, complètement anticléricale et qui va porter sur elle non seulement un certain nombre de responsabilités, mais également de réflexions à l’encontre du lecteur ; entre sa volonté farouche et les voix qu’elle entend malgré elle, y voir une « Jeanne d’Arc non consentante et très légèrement revisitée » ne semble pas volé. Vient ensuite Juhel, noble très haut placé, faisant partie de la famille royale et héritant de son père défunt juste avant le début de l’aventure du plus important des duchés. Enfin, Garrel, franc-tireur en quête de pouvoir, lui aussi, nous permet d’aborder cette histoire par un autre biais, une autre localisation et en vue d’un tout autre défi. Taisons volontairement ceux qui font, pour l’instant, figure de seconds couteaux, mais qui promettent des développements intéressants, dans leurs tourments comme leurs motivations.

Dans la lignée de cette orientation avant tout tripartite, trois espaces sont principalement pris en compte : les mystérieuses campagnes forestières de la Belnacie, les coups tordus des cours princières notamment celle de Ker Vaesthrion et la lisière orientale enneigée de la Rhovelle. Trois visions très différentes d’une même histoire, mais aussi d’un même univers de fantasy. Ainsi, les forêts et les villages de Belnacie recèlent l’aspect le plus classique de la fantasy, de l’heroic fantasy avec une jeune héroïne qui doit prendre son destin en main ; l’aspect mystico-religieux y est bien utilisé pour s’amuser des croyances habituelles. Ensuite, les cours princières donnent lieu à des joutes oratoires puis des basses besognes qui peuvent jouer sur des aspects inhérents à la dark fantasy, même s’ils sont, au départ, loin des champs de bataille les plus meurtriers. Enfin, justement, les confins tourmentés de la Rhovelle préparent l’aspect le plus intéressant, du post-apocalyptique avec une forte possibilité de zombies, possédés et dévastateurs ! Bref, La Messagère du Ciel organise un monde médiéval-fantastique en picorant des aspects très variés de ses sous-genres.

Il fallait oser tenter l’aventure de la dark fantasy agrémentée d’intrigues de cour alors que le phénomène Game of Thrones / Le Trône de Fer bat encore son plein. Nous pouvons y voir une façon de surfer sur la vague, mais ce serait négliger la touche toute personnelle qui y est appliquée. En effet, l’auteur poursuit ici la construction d’un vaste univers cohérent puisque nous sommes ici dans les Âges sombres (post-Volonté du Dragon et pré-Ports d’Âmes) et le lecteur attentif peut voir réapparaître quelques éléments « mythologiques » inhérents à l’univers d’Évanégyre. De même, on peut remarquer l’ajout de plusieurs éléments, notamment toponymiques, très bretonisants : les villes sonnent comme Naoned, certains prénoms nobles semblent reprendre quelques prénoms dynastiques des comtes bretons du haut Moyen Âge et des lieux en –ÿs ne peuvent que faire songer à quelques lieux symboliques du « Far ouest breton ». Enfin, pour avoir lu désormais un certain nombre d’écrits de Lionel Davoust, il faut reconnaître la manie structurelle de cet auteur (c’est carré-carré chez lui, en somme), mais celle-ci ne m’a jamais autant sauté aux yeux que dans ce volume. Ainsi, chaque enchaînement semble paramétré, les apparitions des personnages sont réglés au cordeau et la géographie est méthodique (ce n’est pas ma vision habituellement, mais pour ce volume, cela fonctionne). Attention d’ailleurs, comme tout auteur, Lionel Davoust a les inconvénients de ses qualités et il y aura sûrement un problème d’immersion à anticiper pour ceux qui auraient déjà été réticents à Port d’Âmes et à son héros indécis : par exemple, Mériane trouvera facilement ses détracteurs, d’autant qu’elle semble appeler à de très hautes responsabilités sur l’ensemble des deux tomes à suivre (cela me ravit, mais je peux comprendre qu’il n’en soit pas ainsi pour tous).

En somme, La Messagère du Ciel engage bien cette série (qui sera finalement davantage qu’une trilogie). Si on veut se lancer dans les comparaisons, elle se positionne au-dessus de Port d’Âmes et en-deça de La Route de la Conquête.

Voir aussi : La Volonté du dragon ; La Route de la conquête ; Port d’âmes

Autres critiques : Bouch (Les Lectures de Bouch) ; Dup (Book en Stock)