reacher-never-go-back

Titre : Jack Reacher, never go back
Scénario : Marshall Herskovitz, Edward Zwick et Richard Wenk d’après le roman de Lee Child
Réalisateur : Edward Zwick
Acteurs principaux : Tom Cruise, Cobie Smulders, Danika Yaroch, Aldis Hodge, Robert Knepper, Holt McCallany, Madalyn Horcher
Date de sortie française : 19 octobre 2016

Synopsis : Jack Reacher est de retour, prêt à tout pour obtenir justice. Susan Turner, qui dirige son ancienne unité, est arrêtée pour trahison : Jack Reacher ne reculera devant rien pour prouver l’innocence de la jeune femme. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d’État

Note 1.5

Vous êtes une légende, pourquoi avoir raccroché ?

Venu rencontrer le major Turner à la tête de son ancienne unité, Jack Reacher apprend que la jolie militaire se trouve en prison pour espionnage. Que nenni ! Jack n’est pas content et le fait savoir (merde qui c’est qui produit ?). En bon samaritain, il vole au secours de la belle. Et comme les emmerdes arrivent rarement seuls, il se retrouve à chaperonner une ado qui pourrait bien être sa fille (petit cachotier). Il va falloir la jouer serré (pas la militaire, l’enquête) Tom Cruise vieillit comme tout le monde, mais là ça commence à se voir. Faut dire qu’avec un scénario aussi indigent, des dialogues écrits à l’emporte-pièce et une réalisation à minima, le retour de Jack Reacher est plutôt laborieux. Entre deux bastonnades ou fusillades (quota obligatoire inhérent à ce genre de film), le quinquagénaire solitaire doit de plus composer avec deux jeunes femmes au caractère bien trempé. Tout est déjà deviné une fois l’intrigue mise en place (dix minutes suffisent). Et 1h50 encore à attendre, ça commence à faire long, terriblement long ! Les meilleurs moments sont lorsque Reacher réfléchit intensément, cela nous vaut deux trois scènes qui frisent le ridicule. Bon j’arrête là, ça m’apprendra d’aller voir de grosses machines formatées.

Un soir entre potes en manquent d’adrénaline (et un peu bourrés) ? Vraiment pas terrible.

À éviter 1.5 2.0