020675_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : Journal d’une femme de chambre
Scénario : Benoit Jacquot et Hélène Zimmer d’après le roman éponyme d’Octave Mirbeau
Réalisateur : Benoit Jacquot
Acteurs principaux : Léa Seydoux, Vincent Lindon, Clotilde Mollet, Hervé Pierre, Vincent Lacoste, Mélodie Valemberg, Patrick d’Assumçao, Joséphine Derenne, Dominique Reymond
Date de sortie française : 1er avril 2015

Synopsis : Début du XXème siècle, en province. Très courtisée pour sa beauté, Célestine est une jeune femme de chambre nouvellement arrivée de Paris au service de la famille Lanlaire. Repoussant les avances de Monsieur, Célestine doit également faire face à la très stricte Madame Lanlaire qui régit la maison d’une main de fer. Elle y fait la rencontre de Joseph, l’énigmatique jardinier de la propriété, pour lequel elle éprouve une véritable fascination.

Note 3.5

Je rêve de vous, Célestine. On ne s’engage pas dans la vie sans réfléchir.

Après « 3 cœurs » applaudit par la critique mais qui m’avait déçu, je retrouve le Benoit Jacquot qui m’avait enthousiasmé avec « Les Adieux à la Reine ».

Jacquot colle littéralement sa caméra à son actrice fétiche, Léa Seydoux. Son air boudeur et insolent colle parfaitement avec le personnage de Célestine, elle lui donne une belle intensité. Grâce à des dialogues que Jacquot a dépoussiéré, il réussit à nous passionner pour cette histoire de lutte des classes et de rapport de force. Sa bourgeoisie, remarquablement décrite, offre des scènes entre Madame Lanlaire (interprétée par Clotilde Mollet excellente), son mari obsédé sexuel et la jeune Célestine, de belles factures. Lindon en taiseux est une nouvelle fois parfait et les seconds rôles donnent une belle authenticité à l’ensemble.

Le classique « Journal d’une femme de chambre » de Mirbeau est d’une belle modernité sous la caméra de Jacquot, c’est cela qui en fait sa force. Un très bon film.

Autres critiques : Sébastien Bertho (Les Temps critiques)