Garulfo 1 De mares en châteaux

Titre : De mares en châteaux
Série : Garulfo, tome 1
Scénariste : Alain Ayroles
Dessinateur : Bruno Maïorana
Éditeur : Delcourt (Terres de légendes)
Date de publication : 1995

Synopsis : Garulfo la grenouille n’a qu’une idée en tête : dire adieu à sa condition de batracien pour se transformer en humain. Le doux baiser d’une princesse lui permettra d’exaucer son vœu et de devenir prince. Hélas, les humains étant ce qu’ils sont, il connaîtra vite la désillusion…

Note 3.0

La nuit va vous tomber dessus comme la vérole sur le clergé.

Après dévoré les De Cape et de Crocs, l’envie me prit de parcourir davantage la bibliographie d’Alain Ayroles afin de voir ce qui avait bien pu le conduire à scénariser une telle série à succès.


Garulfo met en scène une grenouille qui s’ennuie et veut devenir un homme, un vrai ! Raillant le thème des contes de fée et maniant le verbe et la geste de son mieux, Alain Ayroles use déjà des thèmes qui lui seront chers dans De Cape et de Crocs : humour décalé, anthropomorphisme et grande culture générale autour des références classiques.

J’avoue avoir été plutôt enthousiasmé certes, mais sans plus finalement. Il y a dans ce premier tome, de vraies bonnes idées avec des dialogues chaloupées, un peu à la Michel Audiard (ou à la Astier si on se réfère à quelque chose de plus récent, mais la série Garulfo a été écrite bien avant qu’Alexandre Astier se fasse connaître), chose que j’apprécie toujours particulièrement, mais l’ensemble fait un peu bancal malgré tout et on s’attend à tous les rebondissements. C’est donc du très grand classique que nous offre Alain Ayroles. Et sans être spécialiste, je trouve que les dessins n’aident pas à se fondre dans cet univers qui paraîtrait au demeurant fort intéressant.

Ce premier tome pêche, disons, par un excès de classicisme et de facilités ; l’avantage est qu’Alain Ayroles envisage alors qu’un cycle de deux opus, donc l’histoire ne va, pour l’instant pas très loin. Les tomes 3 à 6 constitueront plus tard un deuxième cycle d’une autre trempe.