Jim Hawkins, tome 3 : A crocs et à sang

9 juillet 2021 0 Par Boudicca

Titre : A crocs et à sang
Cycle/Série : Jim Hawkins, tome 3
Scénariste/Illustrateur : Sébastien Vastra
Éditeur : Ankama
Date de publication : 2021 (avril)

Synopsis : Le trésor de Flint ne semble plus très loin pour Jim Hawkins. Mais Kong John Silver n’a qu’un seul objectif : récupérer la carte. Une carte convoitée qui n’a pourtant pas révélé tous ses secrets. À mesure que progressent les deux camps, les phénomènes étranges se multiplient : et si un esprit habitait l’île ? Et si le fantôme de Flint protégeait encore son or ? Et après tout, y a -t-il réellement un magot ? Si trésor il y a, reste à savoir lequel de Silver ou Jim le découvrira le premier…

« L’île au trésor » : suite et fin

« A crocs et à sang », troisième tome de la série « Jim Hawkins », marque la fin des aventures du jeune chasseur de trésor et de ses acolytes. Adaptée du chef d’œuvre de Robert Louis Stevenson « L’île au trésor », la bande dessinée réalisée par Sébastien Vastra se sera révélée une vraie réussite de bout en bout, tant en ce qui concerne le scénario que les graphismes. Il faut dire que l’on a pas affaire ici à une adaptation comme les autres, puisque l’artiste a fait le pari de transformer les héros de Stevenson en animaux. Voilà donc Jim Hawkins représenté en jeune lionceau, Long John Silver en imposant gorille, le docteur Livesay en sympathique canidé, Ben Gun en vieux singe… Un parti pris audacieux mais payant et qui a pour avantage de rendre la bande dessinée bien plus accessible à un jeune public, même si, tout comme pour le roman d’origine, les adultes y trouveront aussi largement leur compte. [Attention si vous ne connaissez pas l’histoire de « L’île au trésor », le paragraphe suivant contient quelques SPOILERS.] Cette fois l’aventure est sur le point de toucher à sa fin : après avoir mis la main sur la carte au trésor réalisée par Flint par l’intermédiaire de Billy Bones, Jim Hawkins a enfin atteint l’île mystérieuse sur laquelle le vieux singe aurait entassé son magot. Seulement l’équipage est divisé, des pirates ayant infiltré l’expédition dès son appareillage sous le commandement du plus rusé de tous, Kong John Silver. Bien qu’il soit parvenu à séduire tous les membres du navire par son charisme et sa bonhomie le temps de la traversée, ce dernier a enfin révélé son jeu et ses intentions. Son plan va toutefois être sacrément mis à mal par deux éléments perturbateurs plutôt inattendus : le jeune et débrouillard Jim Hawkins et un vieux pirate, abandonné sur l’île par Flint lorsque celui-ci y est venu déposer son trésor.

Illustrations et scènes à couper le souffle

On retrouve dans cet ultime volume tout ce qui faisait le charme des précédents. Le scénario respecte assez fidèlement la trame du roman de Robert Louis Stevenson tout en procédant à de judicieuses coupes qui permettent de maintenir un rythme enlevé tout au long de l’album. Les graphismes, eux, sont toujours aussi splendides, Sébastien Vastra se montrant autant à son aise pour représenter les faciès mi-humains mi-animaux des personnages que les splendides paysages de cette île mystérieuse et sauvage. Le choix de représenter les protagonistes du roman en singe, lion, requin, blaireau en j’en passe, est intelligemment exploité par l’artiste qui tente ainsi de capter l’essence même des différents personnages pour lesquels on ne peut s’empêcher d’éprouver fascination et sympathie. C’est le cas notamment de Long John Silver, sans doute la figure la plus emblématique du roman de Stevenson à laquelle l’auteur rend ici remarquablement hommage sous les traits de ce singe retors et manipulateur mais dont on ne peut s’empêcher d’admirer l’audace et la ruse. Certaines pages sont vraiment stupéfiantes et ne manqueront pas d’enflammer l’imagination de n’importe quel amateur de récits de piraterie et de chasse au trésor, qu’il s’agisse de la vision de ces chemins cachés qui serpentent sur l’île ou encore de celle de cette forêt impénétrable et noyée dans la brume, jusqu’ici préservée de toute présence humaine. Parfois c’est aussi moins par le dessin que par le souffle narratif de scènes désormais cultes que l’on se laisse entraîner dans cette formidable aventure, qu’il s’agisse de l’attaque du fort par les pirates, de la piste à travers la jungle pour retrouver le trésor, ou encore des combats épiques opposants les nombreux prétendants à l’héritage de Flint.

Pari réussi pour Sébastien Vasta qui signe avec ces trois tomes de la série « Jim Hawkins » une très belle adaptation du roman de Robert Louis Stevenson qui plaira autant aux fins connaisseurs de l’oeuvre qu’aux néophytes, de même qu’elle ravira les adultes aussi bien qu’un lectorat plus jeune. Que ce soit pour la qualité de l’adaptation, la beauté des graphismes ou l’originalité qui consiste à animaliser les personnages du texte d’origine, les raisons ne manquent pas de se plonger dans cette superbe trilogie faisant la part belle à l’aventure et la mer.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques :  ?

Retour en haut