Il faut flinguer Ramirez, acte 2

9 juin 2021 3 Par Dionysos
Il faut flinguer Ramirez 2

Titre : Il faut flinguer Ramirez, acte 2
Cycle/Série : Il faut flinguer Ramirez, acte 2
Auteur : Nicolas Petrimaux
Éditeur : Glénat [site officiel]
Date de publication : 2 décembre 2020

Synopsis : Ramon Perez est fou à lier. Il ferait tout pour flinguer la rock star du S.A.V. !
Suspecté d’être impliqué dans l’attentat visant la Robotop, Jacques Ramirez est désormais recherché par la police de Falcon City ! Alors qu’un étrange personnage ressurgit dans sa vie, il décide de fuir la ville en compagnie de Chelsea Tyler et Dakota Smith. Mais les hommes du cartel n’ont pas dit leur dernier mot. Ils feront tout, absolument tout, pour retrouver l’homme qui les a trahis.La suite tant attendue d’Il faut flinguer Ramirez arrive dans les bacs ! Jacques se retrouve embarqué bien malgré lui dans une chasse à l’homme aussi explosive que pittoresque. L’occasion idéale pour régler certains conflits familiaux et profiter des richesses qu’offrent l’État d’Arizona.

Que serait une grande marque d’électroménager sans son service après-vente ? Malgré une défaillance minime de nos appareils, il arrive parfois qu’un de nos produits puisse présenter des signes de faiblesse au bout de quelques semaines. Nous conseillons évidemment à tous nos usagers d’acheter un modèle plus récent, mais pour tous ceux qui exprimerait leur mécontentement en brandissant les grandes bannières de la surconsommation, nous mettons à disposition un numéro surtaxé pour qu’ils puissent trouver l’oreille d’une personne qui sera en mesure d’entendre leurs cris indignés.

Après un premier acte tonitruant, Nicolas Petrimaux ré-enfourche son Vacuumizer pour l’acte 2 d’Il faut flinguer Ramirez chez Glénat !

Retour à Falcon City

C’est armé d’un sticker « Ne feuillette pas trop cet album, tu risques de te faire spoiler très fort ! » et d’une quatrième de couverture qui affirme ne pas vouloir s’emmerder à faire un texte pour vendre un truc qu’on a visiblement déjà acheté, que le lecteur repart à l’assaut de l’année 1987, le vendredi 10 octobre au matin pour être exact. Jacques Ramirez est poursuivi par la police, car elle croit qu’il a plastiqué le siège de son employeur, l’entreprise Robotop, et par la mafia mexicaine, car elle voit en lui l’assassin mythique qui l’a quittée il y a quelques années. Or, Jacques Ramirez n’est pas en vadrouille seul, puisque Chelsea Tyler et Dakota Smith l’ont embarqué dans leur cavale après une série de cambriolages. Elles accumulent les casseroles et leur situation n’est pas reluisante, mais temporairement, s’attachent à Ramirez et lui proposent de l’emmener un peu plus loin.

Scénario délirant

C’est toujours dur de frapper plus fort quand la première étape était déjà très forte. Ainsi, le suspens qui tenait en haleine le lecteur durant tout le premier acte est désormais éclairci, mais il n’empêche que nous pouvons encore avoir des doutes sur l’apparition toujours au bon moment de Ramirez l’assassin. À voir ce que cela cache par la suite… Les péripéties de ce deuxième acte ne sont pas pour autant plan-plan : la cavale des uns et des autres se poursuit tambour battant, on s’éloigne de Falcon City pour rejoindre les routes du Grand Ouest et les motels miteux. À côté de cela, Nicolas Petrimaux insère toujours autant d’éléments décalés : des pubs délirantes (en pleine page ou par des encarts plus ciblés), un dynamisme graphique constant qui lorgne du côté de la tradition cinématographique hollywoodienne et des tentatives de temps en temps de déborder des cases afin de conforter l’aspect déconnant de cette aventure.

À peine moins fort que le premier tome, ce deuxième acte d’Il faut flinguer Ramirez envoie toujours du lourd dans sa construction et son scénario à cent à l’heure ! Cela se savoure, en attendant la suite…

Voir aussi :
Acte 1 ; Acte 3

Autres critiques :

Retour en haut