Yardam

11 mai 2020 5 Par Boudicca

Titre : Yardam
Auteur : Aurélie Wellenstein
Éditeur : Scrinéo
Date de publication : 2020 (mars)

Synopsis : À Yardam, la folie est sexuellement transmissible. La population est piégée par la quarantaine dans l’espoir d’endiguer l’épidémie. Porteur du virus, Kazan se débat avec ses démons au point qu’il ne sait plus s’il les aime ou s’il les hait. Le salut viendra-t-il de ce couple de médecins étrangers venus s’enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède au terrible mal qui s’étend entre ses murs ?

 

Après la disparition des océans, les ravages d’un virus

Autrice prolifique, Aurélie Wellenstein est parvenue depuis 2015 a maintenir le rythme d’un roman par an, chacun consacré à un sujet très différent mais tous mettant en scène le voyage initiatique d’un ou d’une adolescent(e), que ce soit dans un Paris en proie à des bouleversements temporels (« La mort du temps »), sur une île d’inspiration polynésienne (« Le dieu oiseau ») ou à bord d’un bateau pirate naviguant sur des marées fantômes (« Mers mortes »). Cette année, l’autrice revient avec un roman un peu différent et qui s’adresse cette fois clairement à un public adulte. Le sujet, lui, est malheureusement d’actualité, et se distingue comme d’habitude par son originalité. Jugez plutôt. Dans la cité de Yardam, une mystérieuse épidémie sévit depuis quelque temps et change les individus contaminés en véritables loques humaines. Privées de leurs souvenirs, de leur intelligence, et même peu à peu de leur apparence, les « coquilles » se multiplient à une telle vitesse depuis plusieurs mois que l’empereur a pris la décision de placer la ville en quarantaine. Personne ne peut plus ni y entrer, ni en sortir, ce qui ne manque pas de provoquer une véritable panique chez les habitants qui s’inquiètent, qui d’un parent momentanément absent, qui du risque de contamination, ou qui encore de la possibilité d’une pénurie alimentaire. Le seul espoir de la population repose entre les mains des médecins envoyés sur place pour tenter de juguler l’épidémie et comprendre son origine. Féliks et Nadja sont de ceux là, et ils vont bénéficier de l’assistance d’un allier inattendu, un certain Kazan, voleur accro à la sirène (une drogue locale) qui, dans un premier temps, ne leur inspire pas confiance. Mais l’homme a pour lui plusieurs avantages : un physique imposant, une connaissance parfaite des méandres de la ville, et surtout une farouche détermination à vouloir aider les médecins dans leur quête. Noble initiative ? Pas vraiment, car Kazan le sait, la seule et unique cause de l’épidémie, c’est lui. Enfin, lui et ses semblables : des sortes de vampires psychiques qui avalent l’âme de leur victime, ainsi que leurs souvenirs, leurs aptitudes, leurs talents, pour ensuite les stocker à l’intérieur de leur tête. Un pouvoir grisant, dans un premier temps, mais la contrepartie est de taille : sexuellement transmissible, le virus finit inévitablement par provoquer la mort de son porteur, rendu fou par toutes les personnalités engrangées et qui n’aspirent qu’à la mort de leur bourreau.

Ambiance de fin du monde à Yardam

Épidémie, quarantaine, virus : « pour oublier l’anxiogène contexte mondial actuel, c’est raté ! », serait-on tenté de penser. Pourtant, en dépit de ces apparentes similitudes, le récit n’a pas grand-chose à voir avec notre situation aujourd’hui. Outre le fait qu’il s’agit d’un virus sexuellement transmissible, les circonstances diffèrent aussi en ce qui concerne le cadre qui s’apparente ici à une ville du XVIII ou XIXe, même si l’autrice donne peu de précisions concernant l’univers en général (on ne sait rien de cet empire qui est seulement mentionné ni de la place qu’y occupe Yardam). Cela ne nuit en tout cas nullement à l’immersion du lecteur qui arpente avec plaisir les coins et recoins de la cité, du musée à l’institut médical, en passant par une taverne abritant une fumerie clandestine, une grande place de marché, des quartiers résidentiels ou ouvriers, de grandes demeures bourgeoises… Le décor est franchement réussi, à la fois parce qu’il change des cités d’inspiration médiévale auxquelles on a habituellement affaire, mais aussi parce qu’il règne une ambiance très particulière dans cette cité confinée en proie aux comportements humains les moins reluisants. Scènes de panique, désignation de bouc-émissaires, lynchages, émeutes, hystérie collective… : l’atmosphère est délétère, et c’est ce côté crépusculaire qui donne une grande partie de son charme au roman. Les cœurs sensibles feraient bien de s’abstenir, car le récit dégage une noirceur clairement identifiable à la fois par les thématiques qui y sont abordées (l’ambivalence de la nature humaine, la dépendance, la monstruosité cachée en chacun de nous…), mais aussi par la présence de passages clairement destinés à un public adulte. Au risque d’en faire parfois un peu trop. Si la plupart des scènes de violence ou de sexe dépeintes dans le roman présentent effectivement un intérêt pour l’intrigue, on a parfois du mal à se départir de l’idée que certains détails glauques ou macabres ne sont là que pour souligner la volonté de l’autrice de s’adresser à des lecteurs plus matures (même s’il faut admettre que tous ses précédents romans étaient eux aussi emprunt d’une certaine noirceur et que celle-ci n’a jamais cherché à épargner à ses lecteurs les détails les plus sanglants).

Ambiguïté du héros, malaise du lecteur

Outre l’originalité de l’intrigue et la qualité de son décor, le roman dispose d’un autre atout : ses personnages. Et là encore, impossible de ne pas faire la différence avec les précédents romans « young adult » de l’autrice (même si, encore une fois, ses précédents héros n’avaient rien de lisses ou de « gentillets »). Kazan est un personnage complexe et surtout très ambivalent, tour à tour détestable ou sympathique. On compatit de le voir lutter contre sa dépendance et sa maladie, on s’amuse de l’un de ses traits d’humour qui nous le rendent attachant… et puis on le voit se livrer à un acte monstrueux qui nous rappelle à quel genre de personnage on a affaire. Cette ambiguïté favorise l’installation d’un malaise chez le lecteur qui ne sait plus s’il doit être horrifié ou désolé. Par cet aspect, le roman m’a beaucoup fait penser à « Entretien avec un vampire » d’Anne Rice, notamment en ce qui concerne la relation entre Kazan et son « mentor », et celle entre Kazan et son « apprentie ». Le thème du vampirisme n’est évidemment pas étranger à cette association car, même s’il s’agit ici d’un vampirisme psychique, le lien entre le prédateur et la proie tel que décrit par Aurélie Wellenstein reste malgré tout très charnel (l’aspiration passe par un baiser, la transmission du virus ou le « déchargement » d’une voix implique une relation sexuelle…). Kazan n’est toutefois pas le seul personnage ambivalent du roman car les habitants de Yardam sont loin d’être des enfants de coeur (surtout dans un contexte tel que celui-ci). On pourrait ainsi être tenté de penser que le sort horrible réservé aux victimes du voleur d’esprits nous inciterait à accorder à ces pauvres gens toute notre sympathie, or il n’en est rien tant certains de ces individus se révèlent franchement détestables. A ce sujet, il est d’ailleurs intéressant de noter que les voleurs d’esprits rencontrés sont loin d’avoir tous les mêmes techniques de chasse, ni les mêmes ambitions. Ainsi, si certains se servent du virus pour éliminer de la société les pires individus possibles (se condamnant ainsi eux-mêmes à vivre avec le souvenir de leurs atrocités), d’autres y voient l’occasion de s’élever dans la société. La folie qui rôde autour de ces ambitieux ne manque évidemment pas de favoriser l’apparition de comportements déviants ou cruels qui viennent renforcer la noirceur du récit et le malaise du lecteur (la scène de la « chasse à courre » est particulièrement marquante). Le seul îlot de pureté dans cet océan de tristesse et de cruauté réside finalement dans ce couple de médecins, Féliks et Nadja, dont l’histoire d’amour se révèle d’autant plus touchante qu’elle va se retrouver sacrément malmenée.

Avec « Yardam », Aurélie Wellenstein rompt avec ce à quoi elle nous avait habitué dans ses précédents romans (youn adult, récit initiatique, omniprésence du thème de la relation homme/animal…) pour nous offrir un texte plus adulte, plus sombre, mais aussi plus immersif et plus intense. Grâce à une intrigue bien rythmée et qui ne connaît que peu de temps mort, l’autrice parvient à accrocher efficacement le lecteur qui se prend à lire avec avidité le destin tragique de cette cité, de ce couple, et surtout de ce héros qui séduit autant qu’il dégoûte. Une belle découverte, à réserver toutefois à un public averti.

Autres critiques :  ?

Retour en haut