Par deux fois tu mourras

25 mars 2020 4 Par Dionysos
Par deux fois tu mourras

Titre : Par deux fois tu mourras
Cycle/Série : Les Francs royaumes, tome 1
Auteur : Éric Fouassier
Éditeur : JC Lattès (Romans historiques) [site officiel] / Le Masque (Masque poche) [site officiel]
Date de publication : 27 février 2019 / 18 mars 2020

Synopsis : Palais de Rouen, 569. Galswinthe, la jeune épouse de Chilpéric, l’un des trois petits-fils de Clovis, meurt étouffée dans sa chambre. Juste après, son assassin est retrouvé poignardé… Quatre ans plus tard, la sœur de Galswinthe, la reine Brunehilde d’Austrasie, est persuadée que toute la lumière n’a pas été faite sur cette tragique affaire. Elle charge Arsenius Pontius, un jeune lettré gallo-roman, de se rendre à Rouen pour enquêter en toute discrétion.
Sur place, Wintrude, une ancienne princesse thuringienne devenue esclave des Francs, lui apporte des informations essentielles. La jeune femme, indirectement mêlée au meurtre de Galwsinthe, a dû se placer sous la protection de l’Église pour échapper à des proches de Chilpéric, qui cherchent à la réduire au silence… Victime lui-même d’une tentative de meurtre, Arsenius apprend qu’un conflit est sur le point d’éclater entre Neustrie et Austrasie. Dès lors, Wintrude et lui n’ont plus le choix : ils doivent faire éclater la vérité avant que le jeu des trônes n’embrase toute la Gaule mérovingienne.
Ressuscitant avec brio cet âge sombre qui fonda la France, où le meurtre, le sexe et la vengeance sont autant d’instrument de pouvoir, Éric Fouassier allie rigueur historique et inventivité romanesque pour emporter le lecteur dans une enquête trépidante

C’était aussi l’un des avantages de composer avec les membres du haut clergé. Leur souci constant de pratiquer la charité auprès de leurs ouailles – quoi d’autre sinon, quand on est un disciple du Christ ? – les rendait particulièrement friandes de métal précieux.

Au détour du salon de La 25e Heure du Livre du Mans 2019, le roman historique était mis à l’honneur et Éric Fouassier était des auteurs invités, notamment pour présenter son nouvel ouvrage, Par deux fois tu mourras, paru chez JC Lattès.

Enquête chez les Mérovingiens

À Rouen, dans la deuxième moitié du VIe siècle apr. J.-C., se jouent des partitions politiques parfois difficiles à suivre. Est organisé le meurtre de Galswinthe, épouse de Chilpéric, l’un des quatre fils héritiers de Clotaire Ier, roi franc ayant réuni comme Clovis tous les territoires de l’ancienne Gaule sous le joug des Francs et mort quelques années auparavant. Or, ce meurtre est le fruit d’un double assassinat, puisque le premier criminel se fait réduire au silence par un second qui saccage son minutieux travail. Quelques années plus tard, est dépêché sur place un jeune lettré gallo-romain, Arsenius. Il a pour mission de remonter les pistes afin de savoir qui a vraiment fomenté cet assassinat, car même si tout le monde est au courant que son mari Chilpéric comptait reprendre sa concubine, la séduisante Frédégonde, les tenants et aboutissants de cette affaire touchent de trop près aux intérêts de chaque royaume franc pour être si évident que ça. Envoyé à Rouen, Arsenius débarque au beau milieu d’un contexte tendu entre roi et clergé, entre guerriers francs et population locale, entre volontés de paix et désirs de vengeance.

Mélange des codes polars et historiques

Même s’il fait découvrir une période peu connue ou bien méconnue, Éric Fouassier écrit d’abord un roman « policier » où l’enquêteur est un jeune ingénu qui a des connaissances mais découvre le monde dans sa complexité. Le lecteur suit cet enquêteur, mais pas seulement : il alterne entre quelques personnages-clés qui ont pour point commun de ne pas connaître la vérité sur l’affaire. L’auteur s’immisce dans un contexte historique finalement très cerné pour instiller une pointe d’invention romanesque (le double meurtre d’une reine franque) justifiée par le fait que certaines sources de l’époque peuvent tout à fait être contradictoires dans leur exposé des faits. Ce mélange des codes du polar et du roman historique est assez classique et existe pour toutes les périodes, il faut pouvoir doser entre les éléments nécessaires à l’enquête et ceux nécessaires à la bonne compréhension du contexte historique. Au début de Par deux fois tu mourras, on peut légitimement avoir peur sur ce dernier aspect, car un certain nombre de mots technique ou de l’époque sont soulignés par une définition textuelle, ce qui gêne un peu l’immersion (des fois, je préfère m’habituer à découvrir des mots sans savoir ce que c’est, puis les comprendre avec un contexte logique). De plus, vu la formation initiale de l’auteur (docteur en droit et en pharmacie), on aurait pu également s’attendre à quelques passages plus techniques sur les spécificités, peut-être pas du droit, mais au moins des techniques de soins de l’époque.

Pédagogie d’une période méconnue

À travers quelques personnages clés, l’auteur met en place les tenants et aboutissants principaux de cette société composite qui se construit au cours du VIe siècle en Gaule. Assez classiquement, ces personnages sont plutôt issus de l’aristocratie. Arsenius sert à montrer les différences de cultures qui peuvent encore persister entre les conquérants francs qui composent désormais l’élite militaire en Gaule (progressivement appelée Francie) et les notables gallo-romains d’origine celtique mais ayant adopté les mœurs du conquérant précédent. Wintrude est le personnage qui permet de comprendre les conséquences des précédents conflits sur le quotidien de la population : elle est une princesse thuringienne qui s’est retrouvée esclave ; malgré sa condition peu enviable, elle a l’occasion de pratiquer ses rites païens alors que le christianisme déjà grandissant en Gaule est renforcé par la conversion des rois francs. Notons également quelques incursions des rois et reines francs, d’un diplomate wisigoth, d’un duc austrasien, etc. qui permettent de préciser la géopolitique du moment, non seulement entre les trois royaumes francs qui restent (pour le moment) et dont l’équilibre est très précaire, mais aussi vis-à-vis des royaumes voisins (peuples thuringiens et royaume wisigoth) dont les forces extérieures jouent tout de même des rôles de soutiens plus ou moins appuyés.

Il y en a beaucoup des polars historiques, Par deux fois tu mourras ouvre, quant à lui, une trilogie sur une période utilisée bien souvent sous un seul aspect (guerre des reines dans des royaumes laissés à l’abandon), on varie un peu les choses ici. À la suite de ces Francs royaumes de maintenant montrer qu’on peut utiliser d’autres aspects de cette période particulièrement captivante ! Bon, apparemment, ce ne sera pas pour cette fois puisqu’en même temps que la version poche de ce roman, sort la suite directe La fureur de Frédégonde

Autres critiques :

Retour en haut