Un bruit étrange et beau

1 décembre 2018 2 Par Boudicca
un-bruit-etrange-et-beau

Titre : Un bruit étrange et beau
Scénariste et dessinateur : Zep
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de publication : 2016 (octobre)

Synopsis : Où est la valeur d’une vie ? Dans le bruit et la fureur ou dans le recueillement du silence ? Dans ses batailles ou ses renoncements ? William, lui, a choisi la solitude et le silence il y a 25 ans en intégrant l’ordre religieux des chartreux. Quand un héritage le contraint à quitter le monastère pour Paris, c’est tout un monde nouveau qu’il doit apprivoiser, des certitudes longuement forgées à interroger et surtout, son ancienne vie, laissée là, qu’il va retrouver…. Sa rencontre avec Méry, jeune femme aux jours comptés du fait d’une maladie incurable mais résolument décidée à profiter du temps qu’il lui reste, le confrontera à de nouvelles questions et compliquera ses choix.

Le silence est… habité. Le silence est une personne.

Pour le grand public, Zep, c’est avant tout le papa de Titeuf et l’auteur de quelques autres bandes dessinées humoristiques. La sortie en octobre dernier d’« Un bruit étrange et beau » marque toutefois un tournant dans la carrière de l’artiste qui se penche ici sur un sujet plus sérieux traité avec beaucoup de sensibilité et sans aucune trace de son humour habituel. Il faut dire que la vie du héros n’est pas franchement poilante, non pas en raison d’un quelconque drame mais plutôt à cause de son mode de vie : William est un moine chartreux. Pauvreté, isolement, chasteté et surtout silence, voilà les vœux qu’il a formulé il y a de cela vingt-cinq ans en rejoignant le monastère de la Valsainte. Une prison pour certains, un refuge pour le personnage qui se voit malgré tout forcé de quitter sa cellule pour se rendre à Paris assister à la lecture du testament de sa tante récemment décédée. On assiste donc à une rupture momentanée de la réclusion de William qui redécouvre un monde qu’il avait presque oublié, fait de couleurs, de bruits, de chaleur… et de tentations. « Vous voilà, frères humains. Je prie pour vous depuis 25 ans. Et aujourd’hui, je vous vois. Je vous vois tellement que j’en ai la tête qui tourne. »

un-bruit-etrange-et-beau-planche-1

Zep nous livre ici un récit d’une grande délicatesse qui offre une petite parenthèse dont on ressort pensif mais aussi curieusement apaisé. La rencontre improbable entre ce moine chartreux réticent à renouer avec le monde et cette jeune femme qui, elle, espère de tout cœur ne pas avoir à le quitter trop tôt donne lieu à de beaux échanges dans lesquels les deux personnages partagent leurs opinions sur la mort, la foi, la solitude ou encore les conséquences à long terme de certains choix que l’on fait. « Faire silence, c’est comme faire le ménage… Il faut balayer tout ce qui fait du bruit dans nos vies. Difficile en quelques minutes… Je le fais inlassablement depuis vingt-cinq ans et je n’y suis pas encore arrivé. » Du côté des graphismes on retrouve la même douceur, la même sobriété. Les décors baignent dans une ambiance tour à tour bleutée ou brunâtre de laquelle se détache systématiquement le protagoniste vêtu de sa robe de bure qui forme une lumineuse tâche blanche attirant tous les regards. Cette sobriété qui transparaît tant dans la narration que dans les graphismes finit toutefois par légèrement desservir le propos en créant une trop grande distance entre les personnages et le lecteur qui, s’en pour autant s’ennuyer, parvient difficilement à se sentir pleinement investi dans le récit.
un-bruit-etrange-et-beau-planche-2

Avec « Un bruit étrange et beau » Zep prend le risque de sortir de sa zone de confort et signe un récit original qui nous permet de prendre un peu de recul sur notre mode de vie et notre rapport à la mort. Une agréable parenthèse qui devrait en toucher plus d’un.

Autres critiques :
Blog Brother
Carre (Le Bibliocosme)
Soukee (Bienvenue à Bouquinbourg)
Yaneck Chareyre (Chroniques de l’Invisible)
Yvan Tilleul (Sin City)

Retour en haut