Science-Fiction

Le cycle de Fondation, tome 3 : Seconde Fondation

Fondation 3

Titre : Seconde Fondation
Cycle : Le cycle de Fondation, tome 3
Auteur : Isaac Asimov
Éditeur : Folio SF
Date de publication : mars 2009 pour la plus récente (1953 en VO)

Synopsis : Conçue par le psychohistorien Hari Seldon pour restreindre l’ère de chaos résultant de la décadence de l’Empire galactique, la Fondation est désormais aux mains du Mulet, un mutant imprévisible capable de manipuler les esprits et d’imposer sa volonté à quiconque. Avec ses pouvoirs et les immenses ressources que lui procure la Fondation, il s’est donné pour objectif d’étendre sa domination aux ultimes vestiges de l’Empire défunt.
Mais déjà une nouvelle légende prend forme : il existerait une Seconde Fondation, consacrée aux sciences mentales, œuvrant de façon occulte pour garantir l’accomplissement des desseins du légendaire Hari Seldon…
Récompensé par le prix Hugo de la « meilleure série de science-fiction de tous les temps », Le cycle de Fondation est l’œuvre socle de la S-F moderne, celle que tous les amateurs du genre ont lue ou liront un jour.
Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s’est imposé comme l’un des plus grands écrivains du genre. Il s’est rendu mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les Robots.

Note 4.0

Vous vous êtes appuyé sur le métal et la puissance, et ils vous ont accordé un soutien à leur mesure. Vous n’avez pas tenu compte de l’esprit et du moral et ils vous ont trahi.

Avec Seconde Fondation, Isaac Asimov clôt le triptyque fondateur de son cycle de Fondation. Ce troisième tome poursuit l’histoire de la Fondation créée sur Terminus et focalise l’attention du lecteur sur la quête d’une possible chimère : la Seconde Fondation.

Par les deux « quêtes » réunies dans ce volume, Isaac Asimov capitalise sur les idées qu’il avait plantées dans le tome précédent et les fait habilement germer dans une première nouvelle centrée sur le Mulet et ses manigances, puis dans la deuxième qui s’intéresse, elle, aux descendants de l’héroïne du tome précédent qui vivent alors sur Terminus et se questionnent, puis agissent contre la Seconde Fondation. Avec ces deux scénarios un peu confus de prime abord, on peut déjà constater quelques risques pris par l’auteur et c’est toujours à saluer, malgré des effets pervers pas toujours maîtrisés comme de nombreux interludes, de plus longues descriptions très techniques des artefacts atomiques et cosmiques : les premiers changent franchement le ton de ces évocations historiques qui doivent nous conduire au fur et à mesure au sommet de l’ère de la Fondation ; les deuxièmes alourdissent au départ le récit, mais recèlent tellement de détails anecdotiques qu’ils donnent au style de l’auteur une profondeur incroyable, comme si on vivait véritablement dans ce monde de science-fiction.

Isaac Asimov s’est donc fait plaisir encore davantage, je pense, en nous faisant bénéficier au mieux de toutes ses recherches sur le sujet, et cela se ressent très agréablement, même si, bien sûr, tout cela recèle de la pensée d’un auteur des années 50 et donc de la société dans laquelle il vivait, c’est indéniable.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Prélude 1 ; Prélude 2

Autres critiques : Maedhros909 (Lire, voir, jouer, écouter, découvrir)

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine. Membre fondateur du Bibliocosme.

Aucun commentaire

  • lutin82

    Je n’ai pas touché à Asimov depuis.. pffff 30 ans! Je n’ai lu qu’une seule nouvelle en fait. Et je ne sais pourquoi, ce cycle me fait un peu peur. Il faut bien que je m’y lance un jour ou l’autre. Il est sur ma PAL et j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose d’incontournable. (et puis, c’est un cadeau de Noel…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :