Changer la vie

7 juin 2015 1 Par Carre

Changer la vie

Titre : Changer la vie
Auteur : Antoine Audouard
Éditeur : Gallimard collection La blanche
Date de publication : 4 mai 2015

Synopsis : 1981. Les murs de Paris se couvrent des affiches du candidat Mitterrand, avec le slogan socialiste « changer la vie ». André et son ami François ont une vingtaine d’années. Par tempérament, fidélité ou rébellion, ils participent à la grande fête du 10 mai.
L’occasion leur étant donnée de passer l’été à New York, les deux amis s’y précipitent, persuadés de croiser Bob Dylan dans le Village ou de rencontrer Lou Reed au Max’s Kansas City. Tandis que François s’éclipse dans les recoins de la scène gay new-yorkaise, André, guidé par la jolie Giulia et par son employeur, Logan, gauchiste devenu patron d’une maison d’édition marginale, découvre le rythme frénétique de la « ville qui ne dort jamais »…

Note 4.0

Changer la vie, d’accord, on passe, mais ça n’empêche pas d’essayer de la vivre, mon pote, et d’en faire un truc acceptable, de laisser son invisible trace…

Vingt ans, l’âge de tous les possibles. André Garnier et François Chaban sont deux potes pleins de rêves en ce mois de mai 1981, la gauche socialiste va prendre le pouvoir pour « Changer la vie », avec son flot de promesses qui redonne un élan d‘espoir.

Mais l’espoir est vite remisé au placard et la déception d’autant plus grande. Nos deux amis, eux, ont l’opportunité de s’envoler pour New York, ils sont bien décidés à vivre intensément ces semaines providentielles. Les rencontres de l’autre côté de l’Atlantique (même si ce n’est pas celles espérées) vont être riches, formatrices et évidemment inoubliables. Audouard mène son récit avec un tempo diablement efficace. Bourrées de références musicales et cinématographiques, on suit ces aventures à la fois drolatiques mais aussi terriblement nostalgiques avec un plaisir jamais émoussé. Un roman qui se lit d’une traite.

 

Une ballade new yorkaise des plus réussie. 

 

Retour en haut