Bilan 2014 des publications BD en France | ACBD

30 décembre 2014 0 Par Dionysos

ACBD

Comme chaque année, l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée) nous propose son grand bilan chiffré et argumenté à propos de la publication de bandes dessinées en France. 2014 fut ainsi encore très productive, davantage même que 2013.

Retrouvez, sur leur page dédiée et juste ci-dessous, tout le contenu de leur communiqué. Afin d’être plus clair et concis, nous nous limitons ici à mettre en ligne leur PDF et à retranscrire leurs principales conclusions textuellement.

Après la décélération constatée l’an passé, la production de bandes dessinées est de retour à la hausse, mais les tirages moyens sont une nouvelle fois en baisse ; l’économie générale du secteur se maintient, mais le niveau de vie des auteurs professionnels est préoccupant ; le nombre d’éditeurs ne cesse de s’accroître, mais les groupes leaders du marché se démarquent de plus en plus ; la diversification du secteur reste dynamique, mais la vigilance et la prudence plus que les innovations dominent dans un marché en manque de visibilité : en 2014, la bande dessinée, sur le territoire francophone européen, s’est confrontée à toutes ces contradictions.

I. Production – Après une année d’accalmie, l’offre éditoriale du 9e art reprend la courbe ascendante entamée depuis au moins 17 ans : 5 410 livres de bande dessinée ayant été publiés en 2014 (dont 3 946 strictes nouveautés) – soit une augmentation de 4,64 %.

II. Édition – 3 groupes, toujours aussi puissants, dominent l’activité du secteur et totalisent 36,23 % de la production, alors que 349 éditeurs ont publié des bandes dessinées en 2014.

III. Évaluation – L’économie de la bande dessinée, dans son ensemble, résiste encore et toujours à la crise ambiante, mais les tirages de la plupart des 98 principaux best-sellers de l’année subissent une nouvelle baisse.

IV. Traduction – Le secteur de la bande dessinée francophone reste très ouvert aux productions étrangères, Asie et États-Unis en tête avec, respectivement, 1 576 et 431 nouveaux titres traduits – sur 2 275 bandes dessinées issues de 31 pays différents.

V. Réédition – Le secteur patrimonial s’envole en accueillant encore 1 058 nouvelles éditions ou intégrales : 178 de plus que l’an passé, alors que 186 titres datant de plus de 20 ans sont proposés en album pour la première fois.

VI. Prépublication – 75 revues spécialisées et 13 séries de fascicules BD sont encore diffusées en kiosque, bien que ce réseau de distribution soit en difficulté et subisse la concurrence accrue des nouvelles technologies.

VII. Information – L’intérêt du lectorat envers l’information, l’histoire et la critique de bande dessinée est porté par le dynamisme d’au moins 12 revues papier, de 40 sites spécialisés, et de 87 ouvrages sur le 9e art publiés en 2014.

VIII. Mutation – Le passage à la bande dessinée digitale a du mal à trouver ses marques, malgré de nombreuses initiatives d’auteurs, de diffuseurs ou d’éditeurs.

IX. Création – Selon les critères mis en place depuis 12 ans maintenant, 1 411 auteurs réussiraient encore à vivre de la création de bandes dessinées sur le territoire francophone européen ; par ailleurs, 1 589 personnes ont quand même réussi à publier au moins 1 album en 2014.

X. Adaptation – Au moins, 22 bandes dessinées francophones ont donné lieu à des films, téléfilms et dessins animés, alors que 166 œuvres réalisées à l’origine pour d’autres médias ont alimenté la production des nouveautés du 9e art.

L’ensemble des critères d’analyse reste finalement assez stable, malgré les graves inquiétudes habituelles (toujours massive production générale, domination de trois groupes éditoriaux, baisse légère du nombre d’auteurs professionnels, etc.).

Retour en haut