Récit contemporain

Faut-il aller voir… Belle et Sébastien ?

Belle et Sébastien

Le 18 décembre 2013, nous pourrons redécouvrir un duo qui a bercé l’enfance de certains : Belle et Sébastien, d’après la série et les romans de Cécile Aubry.

Synopsis : Ça se passe là-haut, dans les Alpes. Ça se passe là où la neige est immaculée, là où les chamois coursent les marmottes, là où les sommets tutoient les nuages. Ça se passe dans un village paisible jusqu’à l’arrivée des Allemands. C’est la rencontre d’un enfant solitaire et d’un chien sauvage. C’est l’histoire de Sébastien qui apprivoise Belle. C’est l’aventure d’une amitié indéfectible. C’est le récit extraordinaire d’un enfant débrouillard et attendrissant au cœur de la Seconde Guerre mondiale. C’est l’odyssée d’un petit garçon à la recherche de sa mère, d’un vieil homme à la recherche de son passé, d’un résistant à la recherche de l’amour, d’une jeune femme en quête d’aventures, d’un lieutenant allemand à la recherche du pardon. C’est la vie de Belle et Sébastien…


 

Une amitié entre un enfant et un animal, des décors à couper le souffle et magnifiquement filmés, une jolie histoire : nous sommes bien dans un film de Nicolas Vanier. Après notamment Loup, il récidive en adaptant la série et les romans de Cécile Aubry. Ça sent la petite histoire franchouillarde, notamment avec le côté « résistance » quand les Nazis débarquent. Heureusement, Tchéky Karyo s’affiche en patriarche, berger jusqu’au bout du fusil, et guide le petit Félix Bossuet sur le chemin de l’amitié. Dans un décor paisible mais un contexte difficile, l’intrigue va peut-être paraître complètement naïve et la chanson en toile de fond de la bande-annonce n’arrange rien. Conte mielleux ou histoire honnête et juste ? Ce sera l’enjeu de ce nouveau Belle et Sébastien.

Un petit film franco-français qui risque de manquer d’intérêt pour beaucoup de spectateurs, tout en misant sur une belle amitié et des paysages à contempler.

 

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine. Membre fondateur du Bibliocosme.

Aucun commentaire

  • belette2911

    J’aimais mieux « sébastien parmi les hommes », Médhi était à croquer et l’acteur qui jouait le rôle de son père encore plus… Claude Giraud, si mes souvenirs sont bons.

    Je ne pense pas que j’irai voir le film.

  • manU

    J’en suis ressorti mitigé. De magnifiques images certes, mais un côté très « gentil », des scènes parfois artificielles et des dialogues souvent à la limite de la niaiserie…

    • Dionysos

      Ah, c’est ce dont j’avais peur. Pourtant, la présence de Tchéky Karyo m’enthousiasmait. Dommage si le reste est gâché. J’avais ressenti un peu la même chose devant Loup, du même réalisateur : des paysages magnifiques pour une histoire pas très passionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :