Focus #2 : Glénat main dans la main avec le Centre des Monuments Nationaux

20 septembre 2013 0 Par Dionysos

glenat-glenat-manga

En collaboration avec les éditions du Patrimoine, les éditions Glénat et sa section BD multiplient des productions mettant en valeur des monuments bien français.


 

En Angevin confirmé, La Bête de l’Apocalypse, publiée en juillet 2013, n’a pas manqué d’attirer mon attention, mais cela fait maintenant trois ans que Glénat coéditent avec le Centre des Monuments Nationaux des fictions historiques originales sur des lieux et des monuments représentatifs de notre patrimoine.

Ainsi, une dizaine de tomes a déjà été publiée et les éditions Glénat ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Non content de mettre en valeur des monuments largement reconnaissables entre tous, Glénat enrichit son image avec de la « bande dessinée à visée pédagogique ». Cette belle initiative collective compte déjà :
 
La Conjuration de Cluny (juillet 2010) met en scène un thriller médiéval au temps de la grandeur de l’ordre clunisien.
Carnac : Cœur de pierre (juin 2011) mêle amour et vengeance au sein d’une Antiquité celtique fondée sur la magie.


Panthéon : Le tombeau des dieux endormis (juillet 2012) lance la collection dans de la science-fiction dystopique et écologique où mémoire et histoire sont largement au cœur du propos.
Les amants de Carcassonne (juillet 2012) conte une initiation littéraire et amoureuse en pleine Deuxième Guerre mondiale et surtout dans une ville médiévale d’exception.
Le complot de Ferney-Voltaire (juillet 2012) s’attache à développer les relations tendues entre les philosophes des Lumières et la société française du XVIIIe siècle.
Versailles, tome 1 : Le crépuscule du Roy (octobre 2012) : amours, politique et complots dans ce Versailles des plus inquiétants.

Campus Stellae, tome 1 : Le premier chemin (avril 2013) nous lance, au XIIIe siècle, sur les chemins de Compostelle et sur la piste d’un fabuleux trésor prétendument maudit.
Campus Stellae, tome 2 : Les deux reliques (avril 2013) s’intéresse aux trafics de reliques dans l’Occident du XIIIe siècle.
La Bête de l’Apocalypse (juillet 2013) rôde dans le château d’Angers, de nos jours, et fait peser une ambiance mystérieuse sur cette intrigue entre fin du monde et Révélation.

Les Génies de l’Arc de triomphe (septembre 2013), du soldat inconnu au guerrier de « La Marseillaise », misent sur la poésie et la mélancolie des lieux pour faire revivre les grandes figures d’un passé glorieux.
Versailles, tome 2 : L’ombre de Marie-Antoinette (octobre 2013) mise ni plus ni moins sur le voyage dans le temps : direction Versailles sous Louis XVI !

Une collection riche de sens et qui touchera sûrement un public très large, entre les passionnés d’histoire, les fans de leur monument local, ainsi que les plus jeunes d’entre nous pour aborder différemment la difficile question du patrimoine national et de la mémoire collective.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour en haut