Kingsley : La Montagne des Dieux

4 août 2013 0 Par Boudicca

kingsley[1]

Titre : Kingsley : La Montagne des Dieux
Scénaristes : Christian Clot, Guillaume Dorison et Esteban Mathieu
Dessinateur : Julien Telo
Éditeur : Glénat (collection Explora)
Date de publication : 2012

Synopsis : Lorsqu’elle débarque en Angola au milieu de l’année 1893, Mary Kingsley n’a connu que trois choses : son quartier de Londres qu’elle n’a jamais quitté, sa mère malade dont elle s’est occupée et les écrits de voyages africains d’un père toujours absent. Pourtant, à la mort de ses deux parents, elle embarque aussitôt pour une Afrique où sauvagerie, violence et horreur se côtoient selon les récits des explorateurs. Une Afrique dont elle ne connaît rien, mais qui lui a volé son père ! Elle est venue pour mourir. Ce qu’elle va vivre lui en coupe l’envie ! Dans la forêt tropicale, sur des fleuves ou des montagnes, elle apprendra les rudiments de la survie en milieu hostile, rencontrera des tribus « cannibales et sauvages » pourtant si riches, et ira plus loin que nul n’a encore été. Au travers du regard d’une femme qui deviendra l’avocate infatigable du mode de vie africain, ce voyage, parfois au cœur de l’enfer, est un hymne aux échanges culturels et à la tolérance.

big_3.5

– Une femme telle que moi devrait être une parfaite maîtresse de maison et satisfaire son mari en toute circonstance. Tout le monde a des préjugés. Pour ma part, je vous considérais comme des êtres inférieurs, le fardeau de l’homme blanc.
– Et quel est votre avis sur la question désormais?
– Que c’est le fardeau de l’homme noir qu’il faudrait célébrer.

Avec « Mary Kingsley », le scénariste et explorateur Christian Clot inaugure une toute nouvelle collection des éditions Glénat baptisée Explora et consacrée aux récits et parcours des plus grands aventuriers que le monde ait connu jusqu’à aujourd’hui et qui participèrent, de manière diverse et variée, à nous donner une image plus précise de notre monde et de ses limites. Après « Magellan » paru lui-aussi en 2012, cet album se consacre cette fois à une figure féminine, Mary Kingsley, jeune exploratrice anglaise de la fin du XIXe siècle dont les voyages et les écrits eurent une grande influence en Europe, notamment concernant la manière de considérer l’Afrique et ses habitants. Par souci de synthèse l’histoire condense ici évidemment plusieurs épisodes des différentes aventures et rencontres réalisées par cette femme exceptionnelle au cours de ses nombreuses missions d’exploration en territoire africain.

Si le scénario écrit à six mains peut parfois laisser à désirer par sa trop grande simplicité, les graphismes, en revanche, constituent le véritable point fort de cet album. Par ses traits précis et soignés et une colorisation harmonieuse, Julien Telo nous plonge dès les premières pages dans l’ambiance de cette Afrique du XIXe siècle avec ses différentes tribus, ses forêts impénétrables et ses paysages sauvages. Les personnages pour leur part ne sont guère nombreux mais se révèlent dans l’ensemble plutôt attachants, qu’il s’agisse de l’héroïne elle-même, dont la détermination force l’admiration, ou bien de son compagnon africain, Ambos. L’album est, de plus, agrémenté d’un dossier de près d’une dizaine de pages (marque de fabrique de la collection Explora) proposant une synthèse de la vie et des travaux de Mary Kingsley ainsi que du contexte historique de l’époque.

mary-kingsley-2[1]

Une collection très prometteuse, donc, et dont j’attends les prochains tomes, consacrés respectivement à Sir Richard Francis Burton et Fawcett, avec beaucoup d’impatience. Se divertir en se cultivant, que demander de mieux?

Retour en haut