Couverture Les chevaliers d'Héliopolis tome 1

Titre : Nigredo, l’oeuvre au noir
Série : Les Chevaliers d’Heliopolis, tome 1
Scénariste : Alejandro Jodorowsky
Dessinateur: Jérémy
Éditeur : Glénat
Date de publication : 2017 (mai)

Synopsis : Fin du XVIIIe siècle. Dans un monastère au Nord de l’Espagne se dissimule le temple sacré des Chevaliers d’Héliopolis : une assemblée d’alchimistes immortels et coupés du monde. Alors que le disciple Dix-sept s’apprête à compléter sa formation et à intégrer l’ordre, son maître Fulcanelli dévoile aux autres chevaliers le terrible secret de ses origines. Dix-Sept est en réalité le fils caché de Louis XVI et de Marie-Antoinette : le roi de France Louis XVII ! Héritier de cette destinée, le jeune homme va-t-il réclamer le trône qui lui est dû ou rester dans l’ombre, fidèle aux préceptes millénaires de l’Alchimie ?

Note 4.5

-Merci… Merci de m’extraire de ce ventre où je suis mort et ressuscité mille fois…
– Tu revis en un être nouveau, sans passé et sans nom, sans nationalité,
sans âge, sans définition, libre!
– Au nom de l’Agent Universel, notre Dieu unique, nous te nommerons comte Asiamar.

Les chevaliers d’Heliopolis constituent sans aucun doute l’un des grands moments du calendrier Glénat de cette année 2017 de par la présence aux commandes de cette saga de deux géants, l’un bien établi, l’autre, avec de longues années encore devant lui. A l’écriture, Alejandro Jodorowsky n’est plus à introduire, autant dramaturge et réalisateur que scénariste de bande dessinée. Si l’on reste cantonné au 9ème art, évoquons seulement l’Incal, réalisé au côté de Moëbius. Rien que ça ! Jérémy n’est rien de moins, quant à lui, que l’héritier de Philippe Delaby (Murena), dont il fut coloriste sur La Complainte des Landes Perdues. C’est lui, enfin, qui tient les crayons du flamboyant Barracuda. Autant dire que Les Chevaliers d’Heliopolis ont été conçus en de bonnes mains. Il en résulte un récit ancré dans l’histoire de France des XVIIIème et XIXème siècles, empreints de fantasy, de magie et d’uchronie. Passionnante alchimie !

Résultat de recherche d'images pour "chevaliers d'heliopolis"

Nord de l’Espagne, début du XIXè siècle, une bien étrange réunion se met en place dans le temple secret des chevaliers de l’ordre Héliopolis. A l’issue d’une longue formation, il est temps de mettre à l’épreuve Dix-Sept. Qu’il réussisse et intègre l’ordre occulte, ou bien qu’il meure sous les coups de son adversaire ! Une passe d’armes, une pirouette, et voilà Dix-Sept triomphant. C’est aussi le moment pour maître Fulcanelli de révéler la véritable identité de son disciple, qui n’est rien de moins que Louis XVII, supposé être mort à la prison du temple. Je vous éclaire de ma lanterne le temps d’une petite parenthèse : août 1792, la Révolution fait rage en France et le palais des Tuileries où est retenue la famille royale est attaqué. Louis XVI et sa famille sont transférés à la prison du Temple. Dans ces geôles, fragile, malade, le dauphin, futur Louis XVII, trouve la mort. C’est pour le moins ce que dit l’histoire. Le voile est donc levé, l’identité du jeune homme est révélée, il n’est pas mort au Temple ! Afin de maîtriser les pouvoirs alchimiques dont disposent les membres de l’ordre d’Héliopolis, le jeune chevalier doit désormais partir en quête d’un précieux objet en vieil or qui le fait entreprendre le voyage vers Paris. Débute ainsi pour le héros, une intrigante quête initiatique.

Résultat de recherche d'images pour "chevaliers d'heliopolis"

Alejandro Jodorowsky plonge le lecteur dans une aventure passionnante. En premier lieu, ce volume initial sert à introduire le personnage principal et quelques autres protagonistes, tous aussi réussis et charismatiques les uns que les autres, même ce bon Louis XVI tant raillé par Zweig. Le scénariste revient en effet longuement sur les années qui précèdent la formation du jeune chevalier en nous immergeant dans les fastes versaillais. L’on assiste à la laborieuse et étrange conception du héros, et la passion devenue soudainement dévorante de Louis XVI pour la gent féminine, loin d’être sans conséquence sur la suite du récit. Jodorowsky fait par la suite évader le dauphin de la prison, comme les rumeurs s’en étaient longtemps fait l’écho, d’ailleurs. Les ingrédients choisis par le scénariste font merveille pour peu qu’on les mélange. Mélange, d’abord, de faits historiques et de personnages réels réinventés, donc, à l’image de la mise en scène de l’assassinat de l’une des figures de la Révolution qui vient marquer le paroxysme de ce flashback. Occupant une bonne partie de ce tome, ce long retour en arrière ne vient cependant en rien entacher le rythme du récit. Le retour au présent se fait sans aucun problème. Le scénario est en lui-même très prenant et conserve une belle part de son mystère, c’est un vrai plaisir de se plonger dans cette aventure. L’histoire est par ailleurs servie par des personnages très réussis et charismatiques à l’image, bien évidemment, de Louis XVII lui-même, aussi agile la lame à la main que dans le maniement des mots, à la fois charmeur, intelligent et drôle. Pour ne citer qu’eux, Louis XVI et Louis XVIII, que l’on croise au gré des pages, sont tout autant réussis. Les personnages féminins, moins nombreux pour le moment, n’en sont pas moins intéressants. L’insertion, enfin, d’éléments plus fantasy, si elle peut surprendre au premier abord, se fait plutôt bien. L’on ne peut en revanche pas trop s’avancer encore sur ce point puisque cette thématique n’est qu’à peine esquissée. Nul doute que le lecteur accompagnera le chevalier et en apprendra plus avec lui dans les quatre volumes d’ores et déjà prévus.

Résultat de recherche d'images pour "chevaliers d'heliopolis"

Lancé sur les bases d’un scénario solide, Les Chevaliers d’Héliopolis sont tout bonnement sublimé par le coup de crayon de Jérémy. Avec ou sans son fourreau (deux couvertures pour le prix d’une), ce premier tome attire déjà par sa superbe couverture, mettant en avant, pour l’une, le chevalier en arme, pour l’autre une scène urbaine au centre de laquelle on retrouve maître Fulcanelli et le jeune XVII (une vidéo de Jérémy mettant en couleur cette couverture est d’ailleurs disponible sur Youtube, travail grandiose !). Le dessin s’est encore affiné depuis Barracuda. Les visages des personnages sont superbes de réalisme, les tenues et drapés des personnages sont magnifiques d’effets et de détails. Les environnements ne sont pas moins détaillés, spécialement à Versailles dont l’opulence est parfaitement rendue. Les plans larges, plongées et contreplongées permettent d’admirer les décors sous des angles de vues différents dans un découpage classique mais efficace. Les Chevaliers d’Héliopolis sont d’une époustouflante beauté. Oscillant entre les teintes bleues et jaune/ocre, chaque planche vaut que l’on s’y attarde pour sa construction, ses nuances et ses détails. Soulignons pour terminer l’hommage rendu par le dessinateur à Philippe Delaby au travers d’un personnage un peu surprenant dans cet album mais dont l’explication est la bienvenue en tout début de volume. Chapeau bas aux artistes qui nous font tant nous émerveiller.

Résultat de recherche d'images pour "chevaliers d'heliopolis"

A quoi bon tergiverser, le premier volume des Chevaliers d’Héliopolis est une grande réussite, tant sur la forme que sur le fond. L’intrigue n’est en fait qu’assez peu dévoilée pour le moment, mais passionne déjà, de même que l’interrogation à propos de la place que vont tenir l’alchimie et la magie dans le récit.