Les seigneurs de Bohen

Titre : Les Seigneurs de Bohen
Auteur : Estelle Faye
Éditeur : Critic
Date de publication : 2017 (mars)

Synopsis : « J’avais seize ans quand j’ai quitté la steppe. Mais je ne vais pas vous narrer mon histoire. Je ne vais pas non plus vous relater les exploits de grands seigneurs, de sages conseillers, de splendides princesses et de nobles chevaliers. Je croyais, quand j’étais jeune, que c’était dans ce bois qu’on taillait les héros. Je me trompais. Je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wenceslas le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines, et qui dans les ténèbres trouva un nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, et qui pourtant y laissèrent leur empreinte. Leur légende. Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. »

Bibliocosme Note 2.5

Les sabbats des sorcières secouaient plus que de coutume les forêts des Sicambres, et des démons à la peau rubescente entraînaient hors des vallées les filles un peu trop sages pour les rendre au monde sauvage, au royaume des bois, des brumes et des eaux. Cet hiver-là, les manifestations étranges, ou du moins inhabituelles, se multiplièrent dans l’Empire. Certains, après coup, déclarèrent avoir vu là des signes avant-coureurs des événements à venir.

Après une récente incursion dans la littérature jeunesse avec « La voie des oracles », Estelle Faye nous revient cette année avec un roman plus adulte publié par Critic et lorgnant davantage du côté de la dark-fantasy. Et me voilà bien embêtée, car si j’ai jusqu’à présent toujours été séduite par les textes de l’auteur, je suis beaucoup plus mitigée dans le cas des « Seigneurs de Bohen ». Le roman dispose pourtant de solides atouts, à commencer par un univers intéressant et sortant incontestablement des sentiers battus. D’abord parce que l’auteur s’inspire avant tout de la civilisation slave, ensuite parce que le degré de technologie est ici plus élevé que d’ordinaire (des chefs de guerre utilisent la poudre au combat, l’imprimerie en est à ses débuts mais commence à se développer…) Le bestiaire est lui aussi plutôt bien étoffé, chose à laquelle j’ai toujours été particulièrement sensible en fantasy. Ashrays (homme d’eau), div, vodianoïs, goules, golems, vives, vouivres… : voilà un petit aperçu des créatures plus ou moins dangereuses mises en scène ici avec succès. La plume de l’auteur est quant à elle toujours aussi agréable et donne naissance à des scènes au grand pouvoirs évocateurs que je garderais certainement en mémoire bien après ma lecture (la première expérience de Maëve sur le trône de l’Impératrice ; l’expédition de Lantane au phare d’Ankouan ; la rencontre entre Sainte-Etoile et la cartomancienne…)

On doit aussi à Estelle Faye de belles trouvailles en matière d’intrigue, qu’il s’agisse des Vaisseaux Noirs et de la manière dont l’Impératrice s’y prend pour les maintenir à distance des côtes, ou encore de la magie utilisée par Janosh et Wens. Je suis malheureusement moins convaincue par le reste du récit, à commencer par tout ce qui à trait à cette fameuse révolution lancée contre l’Empire. Malgré ses six cent pages au compteur, le roman survole en effet avec une rapidité parfois déconcertante des événements cruciaux dont la narration est expédiée en à peine quelques pages. Difficile dans ces conditions de se sentir véritablement investi dans le récit qui en vient même parfois à perdre de sa cohérence (le cas de la petite Sigalit, bombardée presque du jour au lendemain chef d’un mouvement de résistance clandestin, est notamment très gros à avaler). Si le roman se focalise aussi peu sur l’avancée de cette révolution, c’est surtout parce que l’auteur s’attarde beaucoup (trop) sur la romance entretenue entre certains de ses personnages. Je n’ai jamais rien contre les histoires d’amour, mais seulement si elles ne prennent pas une place démesurée au dépend du reste de l’intrigue… or c’est justement le cas ici. Le côté « romance » n’est d’ailleurs pas très en phase avec l’étiquette « dark fantasy » accolé au roman par l’éditeur, un problème marketing qui devient décidément récurrent ces derniers temps (il serait temps de comprendre que comparer un auteur à des mastodontes du genre n’est absolument pas lui rendre service et fausse au contraire les attentes du lecteur…)

Pour ce qui est des personnages, j’ai été particulièrement sensible à ceux qui n’occupent pas le devant de la scène : la morguenne des Havres capable de jouer avec le vent ; la Sœur de l’épée cherchant à résoudre le mystère de la disparition des enfants de la région ; la vouivre capitaine de navire… Je serais plus nuancée en ce qui concerne les protagonistes auxquels j’ai moins accroché, à l’exception notable de Sainte-Etoile et de son « monstre » Morde (à propos duquel j’aurais d’ailleurs bien aimé avoir davantage d’explications). Maëve, elle, est beaucoup trop obnubilée par ses affaires de cœurs (même si j’ai été sensible à son attrait pour l’aventure et l’océan) ; Sorenz et Wens sont trop « parfaits » et ont des comportements parfois difficiles à trouver plausibles ; quant à Janosh, le personnage est effectivement prometteur mais pas assez développé pour suffisamment capter l’intérêt du lecteur. Enfin, j’avoue avoir été assez gênée par le côté « romance gay ». Entendez-moi bien, je n’ai aucun problème avec les relations homosexuelles et je trouve même plutôt positif qu’un auteur cherche à inclure davantage de diversité dans ses romans. Seulement dans le cadre qui nous est décrit ici cela ne colle tout simplement pas : on est censé être dans une société qui désapprouve ce genre de comportement et pourtant un nombre incalculable de personnages tombent au premier regard sous le charme d’une personne de même sexe, sans en être surpris une seule seconde et sans chercher à vraiment s’en cacher (cela peut sembler secondaire mais j’avoue que cela m’a sorti à plusieurs reprises du roman).

Lecture en demi teinte, donc, pour « Les Seigneurs de Bohen » qui dispose d’un univers certes intéressant porté par une belle plume mais dont l’intrigue aurait gagné à se focaliser davantage sur cette histoire de révolution au lieu de s’attarder autant sur les émois des protagonistes. Nul doute que le roman trouvera son public, simplement je n’en fais cette fois pas partie.

Autres critiques : Apophis (Le culte d’Apophis) ; Blackwolf (Blog-O-Livre) ; Celindanaé (Au pays des cave trolls) ; Nicolas Winter (Bifrost) ; Sia (Encres & Calames)

Critique réalisée dans le cadre du Challenge Francofou 4