Le Montespan bd

Titre : Le Montespan
Scénariste et dessinateur : Philippe Bertrand
Éditeur : Delcourt (Mirages)
Date de publication : 2010

Synopsis : Louis Henri de Montespan épouse le 18 janvier 1663 la somptueuse Françoise de Rochechouart. Quatre ans plus tard, elle devient la favorite de Louis XIV. Le Montespan fait alors repeindre son carrosse en noir et l’orne de ramures de cerf. La provocation fait scandale. Jusqu’à la fin de ses jours, le marquis n’aura de cesse de braver l’autorité du roi et d’exiger de lui qu’il lui rende sa femme.

Note 3.5

-J’ai souvent été invité à des enterrements, mais jamais encore je n’avais été convié à assister aux obsèques d’un amour.
-De quoi est-il mort ? On parle d’un abus.
-Je crains que ce ne soit aussi d’un accès de coquetterie et d’ambition.
-Honnête et poli, c’est le meilleur marquis qu’on puisse voir sur terre. Il n’a qu’un seul défaut : l’amour tenace.
-Gascon à merveille.

 

Les romans de Jean Teulé semblent décidément bien se prêter à des adaptations en bande dessinée ! Après « Je François Villon », « Le magasin des suicides » ou encore « Charly IX », il me restait encore à découvrir « Le Montespan » dans sa version illustrée par Philippe Bertrand. Le résultat est très fidèle au roman d’origine et devrait par conséquent satisfaire aussi bien les lecteurs ayant apprécié l’ouvrage de Jean Teulé que ceux n’ayant pas encore eu l’occasion de s’y plonger. Il faut dire que l’histoire en elle-même est déjà plutôt singulière puisqu’elle relate les malheurs de Louis-Henri de Pardaillan, plus connu sous le nom de marquis de Montespan, qui se fera ravir son épouse par le roi Louis XIV, subjugué par le charme de la belle Athénaïs dont il fera sa favorite pendant plus de vingt ans. Si les autres l’encouragent à considérer cet adultère comme une opportunité inespérée d’acquérir gloire et richesse, le mari cocu, lui, ne voit pas les choses du même œil et n’aura de cesse de clamer haut et fort le tort qui lui aura été fait par son royal rival. Et pour cela, tous les moyens sont bons : rajouter des cornes à ses armoiries, confronter le roi en public, refuser tous les titres et toutes les richesses proposées pour acheter son silence, organiser les funérailles de son amour perdu… C’est que notre ami marquis ne manque pas d’imagination !

Le Montespan bd planche 1

On retrouve avec plaisir dans la bande dessinée ce personnage haut en couleur, certes pathétique mais faisant malgré tout preuve d’une bravoure peu commune. Là où tous courbent l’échine ou sont prêts à commettre les pires bassesses afin de satisfaire le roi, le marquis de Montespan adresse un formidable doigt d’honneur au souverain le plus puissant d’Europe, et cela avec un aplomb et un sens de l’autodérision extraordinaire. Outre l’attrait pour le récit des malheurs du marquis, le principal atout de l’ouvrage demeure le style parfaitement reconnaissable de Jean Teulé. Les phrases assassines pleines d’esprit et d’ironie fusent du début à la fin et parviennent sans mal à arracher sourire et rire au lecteur qui restera difficilement insensible aux trais d’humour de l’auteur. Ceux ayant déjà lu le roman n’auront d’ailleurs aucun mal à reconnaître certaines des citations les plus mémorables de l’ouvrage originel (« Ça fait quand même chier de devoir tout payer avec des pièces à l’effigie de l’amant de sa femme ! »). Quelques scènes ont évidemment du être adaptées ou supprimées pour convenir au format « bande-dessinée » mais le résultat reste tout à fait cohérent et nous fait éprouver la même affection pour le pauvre marquis. Je serais plus nuancée en ce qui concerne les graphismes, un peu trop « enfantins » à mon goût, même si le ton du récit s’y prête finalement plutôt bien.

Le Montespan bd planche 2

Une adaptation réussie d’un des romans les plus connus de Jean Teulé dont on retrouve ici le style très cru, mélange de vocabulaire du XVIIe et d’expressions plus modernes, qui donne un véritable coup de jeune à cette histoire mi-comique, mi-tragique. A réserver à ceux ayant déjà apprécié le roman ou qui souhaiteraient se familiariser avec la plume de Jean Teulé.

Voir aussi : Le Montespan [Roman]