La relique

Titre : La Relique
Cycle : Cycle de Ji (nouvelle indépendante)
Auteur : Pierre Grimbert
Éditeur : J’ai Lu
Date de publication : 2007

Synopsis : Dans la ville de Lorelia Rey de Kercyan est un fantasque jeune homme qui traverse la vie un peu comme dans un jeune. De famille noble mais sans le sou, Rey réussit cependant toujours à s’en tirer grâce à mille et une astuces et autres magouilles. Cette fois il tente de se faire une petite fortune en vendant une relique très rare aux prêtres d’Eurydis. Cette relique est le masque mortuaire du démon Doloran. Le marché conclu, il ne reste plus qu’à Rey d’aller déterrer ce masque dans la tombe du démon, tombe secrète dont l’emplacement lui a été secrètement révélé. Cependant cela s’avérera bien plus dur que prévu. D’autres, dont la secte des K’luriens, semblent vouloir récupérer à leur compte le masque mortuaire de Doloran. Or, ce que tous semblent encore ignorer, personne ne peut déranger les démons dans leurs sommeil sans en payer les conséquences.

Note 2.5

Un de ces jours prochains, il viendrait faire le pied de grue dans le quartier dans l’espoir d’y retrouver la belle. Elles cédaient presque toujours, la deuxième fois. Et il aurait tout son temps pour l’attendre et lui consacrer une journée entière, ainsi que la nuit, s’il parvenait à ses fins.

Il est toujours tentant, pour l’auteur d’une saga à succès, de raconter les prémices de son histoire. Toutefois, c’est lors d’une opération marketing en partenariat avec J’ai Lu, que Pierre Grimbert nous proposa une nouvelle dite « préquelle » à son célèbre cycle de Ji (Le Secret de Ji, puis Les Enfants de Ji, et enfin Les Gardiens de Ji), La Relique.

Nous prendrons ici le parti du complet novice dans la matière du cycle de Ji, puisque Pierre Grimbert distille cette nouvelle dans le but d’attirer de nouveaux lecteurs tout en contentant ses fans les plus assidus, ces derniers retrouvant sans peine un personnage qu’ils connaissent bien. La Relique nous narre en effet une des premières aventures de Rey de Kercyan, l’un des six personnages principaux de son cycle majeur, alors jeune chenapan, volage et voleur, de la ténébreuse ville de Lorelia. Entre magie, banditisme et possibles complots, le jeune voleur utilise toute sa roublardise mais ce n’est clairement pas grand-chose quand les affaires se corsent. L’aventure urbaine qu’il doit accomplir (en lien avec la relique éponyme) le faut surtout visiter des lieux caractéristiques de sa ville : taverne, cimetières, souterrains, la crème de l’engeance locale en somme.

L’univers qu’esquisse seulement Pierre Grimbert dans cette nouvelle, ses fans le connaissent sûrement très bien ; moi qui le découvre, je le trouve relativement basique. Heureusement, les différents pouvoirs et religions que nous pouvons deviner à la lecture de La Relique donnent quand même envie de découvrir l’aspect géopolitique du cycle de Ji.