• Djinn, tome 1 : La Maudite

    Titre : La Maudite
    Cycle : Djinn, tome 1
    Auteur : Jean-Louis Fetjaine
    Éditeur : Fleuve (Outre Fleuve)
    Date de publication : 2017 (mars)

    Synopsis : 1130, Princée d’Antioche – au nord de l’actuelle Syrie. Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix d’Antioche s’apprête à accoucher en secret de son enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Personne ne doit apprendre cette naissance : sa mère a décidé que l’enfant ne survivrait pas. Mais son père, prévenu par ses informateurs, arrive à temps pour le sauver. L’accoucheuse, elle, est sacrifiée, non sans avoir jeté sur Alix une malédiction : l’esprit malin d’un Djinn s’attache désormais à ses pas. Mis à l’abri des velléités meurtrières de sa mère, le nouveau-né grandira au sein de la mystérieuse secte des Assassins ; son destin sera lié à celle-ci. Et la princesse maudite, poussée par son ambition dévorante, se voit emportée dans les tourments d’une terre dont l’histoire s’écrit trop souvent dans le sang…

    Il n’y a rien ici. Que des pierres et des arbres secs et tordus. Est-ce pour ça que tu es venu ? Bien sur que non. Tous, vous êtes là parce que Dieu vous a appelés, même si bien peu d’entre vous en ont vraiment conscience. Vous êtes là parce qu’une guerre se déroule, en ce moment même, sur cette terre. Non pas la guerre des hommes, qui n’en est qu’un écho lointain, mais celle que les créatures du Malin se livrent depuis l’aube des temps pour submerger toute forme de vie terrestre.

  • Le Prince du néant, tome 3 : Le chant des sorciers

    Titre : Le chant des sorciers
    Cycle : Le prince du néant, tome 3
    Auteur : R. Scott Bakker
    Éditeur : Fleuve noir / Pocket
    Date de publication : 2009 / 2010

    Synopsis : Anasûrimbor Kellhus, le Guerrier Prophète, est admiré et craint de tous car ses pouvoirs sont les seuls à rivaliser avec ceux de la Consulte, la créature des sorciers. Achamian est toujours son proche conseiller même si Esmenet, son amour de toujours, a finalement épousé le Prophète. Le destin de Kellhus est sur le point de s’accomplir, au cœur de la Guerre Sainte. Parviendra-t-il enfin à atteindre la ville de Shimeh et rejoindre son père ? La Seconde Apocalypse laissera-t-elle des survivants pour raconter son histoire ou verra-t-elle la fin de la civilisation ?

    Lire, réalisa-t-elle, replaçait. Cela changeait en vapeur tout ce qui était immédiat, et permettait à ce qui était ancien et lointain d’apparaître à la vue. Cela changeait le « ici » en « partout ». Cela libérait l’instant de la prison du présent et lui donnait l’aspect de l’éternité.

  • Le Prince du néant, tome 2 : Le guerrier prophète

    Titre : Le guerrier prophète
    Cycle : Le prince du néant, tome 2
    Auteur : R. Scott Bakker
    Éditeur : Fleuve noir / Pocket
    Date de publication : 2009 / 2010

    Synopsis : La Guerre sainte contre les Fanim, lancée par le prophète Maithanet, poursuit son inexorable marche vers le Sud. Achamian, le sorcier-espion, a enfin retrouvé celle qu’il aime, Esmenet, et tous deux voyagent avec Anasûrimbor Kellhus, le moine aux pouvoirs sur-naturels. Achamian est persuadé que Kellhus est le prince du Néant, celui qui annonce la deuxième Apocalypse. Les projets de Kellhus sont bien sombres : il a envoyé le guerrier Cnaiür assassiner son père et veut contrôler la Guerre sainte. Mais il devra affronter la cabale des sorciers qui sèment chaos, famine et destruction sur leur passage.

    Aucune décision n’est si brillante qu’elle ne nous engage par ses conséquences. Aucune conséquence n’est si inattendue qu’elle nous absolve de nos décisions. Pas même la mort.

  • Le Prince du néant, tome 1 : Autrefois les ténèbres

    Titre : Autrefois les ténèbres
    Cycle : Le prince du néant, tome 1
    Auteur : R. Scott Bakker
    Éditeur : Fleuve noir / Pocket
    Date de publication : 2005 / 2009

    Synopsis : Une Guerre sainte est en marche dans un monde divisé entre magie et religion. Trois hommes que tout sépare devront inverser le cours des choses pour éviter une nouvelle Apocalypse : Achamian, un sorcier-espion, enquête sur le chef suprême des Mil Temples, un ordre religieux puissant, opposé depuis des siècles aux castes des sorciers ; Cnaiür, chef des barbares Scylvendi, d’une violence et d’une brutalité hors du commun, voit son passé sinistre resurgir ; et enfin Anasûrimbor Kellhus, un moine mystérieux, descendant des anciens rois, qui lui, est la recherche de son père. Face à eux : la Consulte, une étrange créature légendaire œuvrant avec les sorciers au cœur même de la Guerre qui s’annonce.

    Ne vous méprenez pas Inrithis. En cela Conphas a raison. Vous êtes tous des ivrognes titubants à mes yeux. Vous ne savez rien de la guerre. La guerre est noire. Noire comme la poix. Elle n’est pas un dieu. Elle ne rit ni ne pleure. Elle ne réclame ni talent ni audace. Elle ne mesure ni les âmes ni les volontés. Elle est simplement l’endroit où les os de fer de la terre croisent les os fragiles des hommes et les brisent.

  • Le Roy des Ribauds, tome 1

    Le Roy des Ribauds, tome 1

    Titre : Le Roy des Ribauds
    Série : Le Roy des Ribauds, tome 1
    Scénariste : Vincent Brugeas
    Dessinateur : Ronan Toulhoat
    Éditeur : Akiléos
    Date de publication : 2015

    Synopsis : Bien qu’étant de basse extraction, celui que l’on appelle Le Triste Sir est un des personnages les plus craints et respectés du royaume. Officiellement, il ne sert que la cause de son souverain, le roi Philippe Auguste, dont il assure la garde rapprochée. Mais dans l’ombre, appuyé par ses redoutables espions et hommes de main, les Ribauds, il surveille, manipule et parfois élimine ceux qui se mettent en travers de son chemin, dans les bas-fonds autant qu’à la cour. Mais au coeur de l’hiver 1194, en assassinant sauvagement un commerçant bordelais, il va commettre une erreur pouvant le conduire à sa perte. En effet, le lendemain de son acte, il apprend de la bouche du roi que ce commerçant était l’un de ses espions, chargé de déjouer une tentative d’assassinat. Il est alors chargé par le souverain de trouver les « assassins » du commerçant aquitain.

    Note 4.5

    Il était capable du pire comme du meilleur, et ses colères étaient légendaires.

  • L’empire. Une histoire politique du christianisme, tome 1 : La genèse

    L'empire - Une histoire politique du christianisme

    Titre : La genèse
    Série : L’empire. Une histoire politique du christianisme, tome 1
    Scénariste : Olivier Bobineau
    Dessinateur : Pascal Magnat
    Éditeur : Les Arènes BD
    Date de publication : 2015

    Synopsis : L’Empire est la première histoire politique en BD de la plus vieille institution du monde : l’Église. Comment le message originel d’amour et de tolérance du Jésus de l’Évangile a-t-il pu inspirer à la fois les guerres de religions et les monastères qui accueillaient les pèlerins, les pauvres et les malades, les croisades sanglantes avec leurs cortèges de malheurs et tout à la fois, François d’Assise qui parlait aux oiseaux, l’horreur de l’Inquisition et la naissance de l’Université, la décadence des papes Borgia et les fresques de Michel Ange ? Durant ces deux mille ans d’histoire politique, l’Église et les papes ont transformé et façonné notre société et notre culture politique. Des décisions de souverains pontifes prises durant le Moyen-Âge ou des approches philosophiques et spirituelles, nées il y a plus de mille cinq cents ans, sont toujours d’actualité et structurent nos institutions politiques sans que nous le sachions !

    Note 2.5

    Contrairement à ce qui est souvent dit, islam ne se traduit pas par « soumission », terme qui a pour racine en arabe khudu. Islam a pour racine « slm » – que l’on retrouve dans salâm : paix, salutations – et provient du verbe d’action « aslama », verbe qui veut dire « entrer dans la paix ». Et l’agent de la paix est muslim ou musulman.

  • Dimension Moyen-Age

    Dimension Moyen Age

    Titre : Dimension Moyen-Age
    Anthologiste : Meddy Ligner
    Auteurs/Nouvelles : Jess Kaan (« L’Ours ») ; Antoine Lencou (« Symbiose ») ; Fabien Clavel (« Chamane ») ; Fabien Fernandez (« L’envol écarlate ») ; Patrice Lajoye (« Dafydd ap Sais ») ; Jean-Pierre Andrevon (« La dernière croisade ») ; Agnès Marot (« Les amants du temps perdu ») ; Pierre Stolze (« Les chevaliers chiens ») ; Jean-Michel Calvez (« Droit de passage ») ; Jean-Louis Trudel (« De l’origine des espèces nouvelles ») ; Olivier May (« Je suis revenu fermer la boutique de Pierre ») ; Rachel Tanner (« Vivre et mourir à Palerme » ; « La Sixième croisade ») ; Meddy Ligner (« La geste du Joker par l’Archange Gabriel »)
    Éditeur : Rivière blanche
    Date de publication : 2015 (novembre)

    Synopsis : Marqué par la toute-puissance de la Chrétienté, capable d’ériger des églises, des cathédrales, d’envoyer combattre des chevaliers à l’autre bout du monde et d’encadrer une société entière au nom de sa foi, ce millénaire n’en finit pas de nous troubler, dans un étrange mélange de fascination et de répulsion. Le premier texte de l’anthologie se déroule à l’époque mérovingienne. La suite vous transportera à travers les temps carolingiens, l’époque des Croisades ou pendant la Guerre de Cent Ans. Vous croiserez des personnages célèbres tels Charles Martel, Roger Bacon ou l’Empereur Frédéric II mais aussi d’illustres inconnus. Vous visiterez les contrées froides de Scandinavie, les déserts brûlants de la Terre Sainte mais aussi les campagnes verdoyantes de l’Occident.

    Note 2.5

    Nous avons brillé jadis. Sais-tu que c’est la magie des táltos qui a mené nos tribus ici? Quand nos ancêtres cherchaient encore un territoire où se réfugier, c’est l’un des nôtres qui, changé en cerf merveilleux, apparut aux deux fils du roi Nímrod, Hunor et Magor. Ils chassaient dans les marécages de Méotis quand ils aperçurent l’animal miraculeux. En le suivant, ils rencontrèrent les filles du roi Dul et les enlevèrent. Ainsi naquirent notre peuple et celui des Huns (…) Nous sommes les derniers. Après nous il n’y aura plus que des empoisonneurs et des escamoteurs. Les esprits ancestraux repartiront vers les steppes et nous laisseront seuls et vulnérables. (Fabien Clavel, Chamane)

  • Tancrède

    Tancrède

    Titre : Tancrède
    Auteur : Ugo Bellagamba
    Éditeur : Les Moutons Électriques / Folio SF
    Date de publication : 2009 / 2012
    Récompenses : Prix Rosny Aîné 2010 (meilleur roman)

    Synopsis : Année 1096. Lorsque son oncle, Bohémond de Tarente, décide d’abandonner Syracuse et de répondre à l’appel à la Croisade lancé par le pape Urbain II, le prince normand Tancrède de Hauteville y voit la récompense de ses prières vibrantes. Quitter un Occident qui, inexorablement, s’enténèbre, marcher sur Jérusalem pour délivrer le Tombeau du Christ et baigner dans la lumière de Dieu… Quelle destinée plus glorieuse pourrait-il y avoir pour un jeune chevalier qui a grandi dans l’ombre d’un grand-père conquérant et d’une mère qui lui a enseigné la foi et la dignité ? Mais, au-delà de Constantinople, l’univers qu’il découvre est chatoyant, complexe… Un homme peut-il se sauver lui-même tout en changeant le destin de tous ?

    Note 3.5

    Les Pyramides sont filles du Temps. Si une civilisation les a bâties, sans doute était-elle antérieure au Déluge et il ne reste d’elle que la Pierre, immuable. Je crois qu’elles ont été libérées du sable, lorsque le vent a soufflé sur le désert, pour la toute première fois. Elles seront toujours là, j’en suis sûr, bien après la fin des hostilités en Terre Sainte, bien après la Croisade et la chute de tous les royaumes chrétiens d’Occident. Elles verront sans doute des Empires se dresser et retomber, avant que leur substance ne soit entièrement rongée par le vent du sud.

  • Le roi disait que j’étais diable

    Le roi disait que j'étais diable

    Titre : Le roi disait que j’étais diable
    Auteur : Clara Dupont-Monod
    Éditeur : Grasset
    Date de publication : 20 août 2014
    Récompenses : Prix Littéraire des Princes

    Synopsis : Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…
    Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
    Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible.
    Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

    Note 3.5

    La joie est stupide. Elle s’offre facilement. C’est l’émotion la plus reconnaissable, donc la moins perfide. Elle fendille les visages avec la stupeur un peu niaise de se découvrir léger. Rien n’est plus angoissant qu’un être joyeux. Comment peut-il ignorer la faim et les menaces ? La joie produit de mauvais combattants. Je lui préfère la colère, c’est une autre histoire. Elle fait bouillir le sang. Elle est la forme même de la vie, sa première vocifération. Elle peut trahir. J’aime la colère parce qu’elle a toujours quelque chose à révéler.

    Le sixième roman de Clara Dupont-Monod mise sur les blancs de l’Histoire pour bâtir une légende, celle d’Aliénor d’Aquitaine.

  • Mordre le bouclier

    Mordre le bouclier

    Titre : Mordre le bouclier
    Auteur : Justine Niogret
    Éditeur : Mnémos (Icares)
    Date de publication : juin 2011
    Récompenses : Prix Utopiales européen 2012 ; Prix Elbakin 2012 du meilleur roman de fantasy

    Synopsis : Castel de Broe, six mois ont passé depuis la mort de Noalle et Chien du heaume, anéantie par la perte de ses doigts, s’abîme dans la contemplation de sa griffe de fer, cadeau de Regehir le forgeron. Bréhyr entend lui redonner vie et l’entraîne sur les routes à la recherche du dernier homme qu’elle doit tuer : Herôon. Parti en Terre sainte, celui-ci reviendra par le Tor, une tour mythique où le monde des vivants s’ouvre à celui des morts.
    Les deux guerrières remontent alors le sillage de sang, de larmes et de pourriture des croisades, arpentant côte à côte la voie de la folie et de la vengeance. Dans ce calvaire, Chien rencontrera Saint Roses, chevalier à la beauté d’icône, au savoir de maestre et dont la foi s’est érodée au pied des hautes murailles de Jérusalem. Une faible lueur qui annonce peut-être un espoir de rédemption.

    Note 4.0

    Je ne te souhaite pas la bonne chance, les gens comme nous n’en ont pas besoin ; ils ont leurs mains pour agir et leur volonté pour plier le monde.

    Je poursuis joyeusement la bibliographie de Justine Niogret et j’attaque son deuxième roman au titre peu commun : Mordre le bouclier. Difficile de critiquer comme il convient un tel ouvrage quand on vient de terminer sa lecture en découvrant l’avis du cador qu’est Jean-Philippe Jaworski en postface (auteur qu’il me tarde de lire prochainement). Celui-ci a tout parfaitement résumé, mais malgré tout, tentons de cerner quelques grandes lignes de Mordre le bouclier.

%d blogueurs aiment cette page :