Fiction historique

Auschwitz

Auschwitz

Titre : Auschwitz
Scénariste et dessinateur : Pascal Croci
Éditeur : Emmanuel Proust Éditeur
Date de publication : 2002
Récompenses : Prix jeunesse de l’Assemblée nationale

Synopsis : En ex-Yougoslavie, le vieux Kazik et sa femme se souviennent du camp de concentration d’Auschwitz et ils commencent à raconter leur histoire… En mars 1944, ils découvrent que la barbarie revêt une forme humaine en la personne du bourreau nazi. De là se déroule l’histoire au jour le jour des déportés entassés dans le camp d’extermination.

Note 4.0

A l’aube des temps, les chrétiens avaient déclaré : « Vous ne pouvez pas vivre parmi nous comme juifs. » Au Haut Moyen-Age, les chefs séculiers décidèrent : « Vous ne pouvez plus vivre parmi nous. » Enfin, les nazis décrétèrent « Vous ne pouvez plus vivre. »

 

Parler de la Shoah à travers le prisme de la fiction représente un gros défi que certains ont, ces dernières années, su relever avec succès (Spilberg et sa « Liste de Schindler », Art Spiegelman et sa bande dessinée « Maus »…). Pascal Croci vient s’ajouter à la liste. Avec sa bande dessinée, l’artiste nous livre une vision certes personnelle mais néanmoins parfaitement documentée de ce qui s’est passé dans le camp d’extermination d’Auschwitz pendant la seconde guerre mondiale. Inspiré du documentaire « Shoah » de Claude Lanzmann, des différentes expositions rendant hommage aux victimes de l’holocauste et surtout des témoignages de certains rescapés des « camps de la mort », l’ouvrage de Pascal Croci se révèle malheureusement tout à fait réaliste et c’est avec horreur et désespoir que l’on fait défiler les pages sur lesquelles s’accumulent des scènes plus insoutenables les unes que les autres. On y découvre l’histoire (fictive) de deux rescapés, Kazik et Cessia, mari et femme déportés avec leur petite fille à Auschwitz où ils vivront tous deux des expériences traumatisantes qu’ils décident d’enfin partager des années plus tard, dans un contexte tout aussi dramatique.

Auschwitz planche 1

A travers l’histoire de ce couple, Pascal Croci nous dévoile toute l’étendue de la barbarie nazie et le fonctionnement des camps d’extermination : voyage dans des wagons à bestiaux, séparation des familles à l’arrivée, élimination systématique des plus faibles… L’ouvrage nous fournit un aperçu de la vie dans les camps des hommes aussi bien que ceux des femmes et aborde également d’autres aspects moins connus comme ce « camp des familles » qui a abrité pendant six mois à Auschwitz des Tchèques qui ont bénéficié de conditions de vie plus « favorables » avant d’être finalement à leur tour gazés alors qu’on leur avait annoncé leur liberation. Au delà de la qualité de la documentation, l’ouvrage marque avant tout par le réalisme de ses graphismes en noir et blanc qui illustrent malheureusement trop bien l’enfer que représente le système des chambres à gaz. On pourra certes reprocher au scénario quelques failles (pourquoi attendre si longtemps pour révéler à son mari le sort de sa propre fille, entre autre…) néanmoins l’ouvrage se veut destiné à un public plus jeune qui passera sans doute facilement outre ces quelques détails pour se focaliser sur ce que l’auteur entend véritablement souligner : l’atrocité de ce qui a été infligé aux Juifs par les nazis.

Auschwitz planche 2

Pascal Croci signe avec « Auschwitz » une bande dessinée poignante et difficile à digérer mais qui mérite de parler de l’horreur des camps d’extermination et de rendre hommage à tous ces hommes et femmes qui vécurent ces tragiques évènements. Les victimes juives de la barbarie nazie sont estimées à plus de 5 millions…

Antiquiste passionnée d’art, de cinéma, de voyage et surtout grande lectrice des littératures de l’imaginaire (fantasy essentiellement).

Aucun commentaire

  • Pimpf

    Merci de ce très bon article que je permettrais de rebloguer si vous me l’autorisez.
    Cela me touche d’autant plus que Pascal est un de mes amis d’enfance dont j’ai vu l’énorme travail à l’époque ou il a préparé cet album , à recueillir des témoignages des rescapés d’Auschwitz à lire des livres , se visionner des centaines de fois plusieurs documentaires Télé sur le sujet , c’était un travail colossal, malgré son style graphique particulier que j’affectionne le résultat sur cet ouvrage et le choix des vignettes de la présentation de l’album tout est réussi, même si des fois la comparaison était faite avec Maus de Spielgeman qui était la BD de référence du genre et sur le même thème, il est parti sur un registre plus réel qui est un peu plus utilisé depuis. Merci de votre super article !

    • Boudicca

      Merci à vous et je vous autorise bien évidemment à rebloguer l’article 🙂 On sent parfaitement à la lecture le gros travail de recherche qu’a effectué l’auteur et cet ouvrage m’a vraiment beaucoup ému. Je pense qu’il parlera à mes collégiens et je compte bien le mettre en avant.

  • Pimpf

    A reblogué ceci sur Pimpf : Drifting somewhere…et a ajouté:
    Un superbe article sur le blog Bibliocosme sur Auschwitz une BD faite par un de mes amis d’enfance Pascal Croci qui avait rencontré un franc succès lors de sa sortie , lisez l’article vous aurez le détail de cet album d’une manère plus claire et concise que je ne pourrais faire .

  • manh14

    Les dessins sont effectivement « magnifiques » dans le sens technique du terme. Quelle réaction aura un jeune public? Il faut savoir montrer sans banaliser, sans risquer « d’habituer » le regard à l’horreur indicible, au sadisme d’une bande de gangsters, ce que furent pour moi les nazis…Je m’interroge…mais vous avez très bien fait de contribuer « au devoir de mémoire.
    H.A.

    • Boudicca

      J’ai justement pu être témoin de la réaction de mes jeunes élèves (niveau collège) à la lecture de l’ouvrage et tous ont été beaucoup touchés mais aussi choqués par les graphismes et l’horreur qu’ils dépeignent. La bande dessinée les amène à se poser énormément de questions et c’est pourquoi elle est à mon sens important qu’elle soit lue par de plus jeunes 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :