Faucheuse

Pour ce premier billet « hors-série » du dimanche, histoire de vous en tartiner une bonne pour débuter ce nouveau rendez-vous dominical, que j’espère régulier, partons joyeusement, puisque c’est l’heure de la messe, d’un constat mortifère. Amen !


 

Les excellents auteurs de science-fiction, de fantasy et de fantastique ont vu leur rareté augmenter sans crier gare ces derniers mois.

5 juin 2012 : Ray Bradbury nous quitte à 91 ans.

5 août 2012 : Roland C. Wagner meurt dans un accident de voiture à 51 ans.

20 mars 2013 : James Herbert stoppe brutalement d’écrire de l’horreur à 69 ans.

26 mai 2013 : Jack Vance s’éteint à 96 ans.

9 juin 2013 : Iain Banks les accompagne à 59 ans.

23 juin 2013 : Richard Matheson rejoint ce triste club à 87 ans.

Si nous pouvons parfois entendre parler de « changement de génération », de « tournage de pages » dans l’histoire de la SFFF, il n’empêche que cette recrudescence des disparitions inopportunes peut inquiéter. En effet, sans compter ces nombreux esprits brillants sur le départ, pensons à ces Chroniques martiennes, ces autres Je suis une légende ou bien ces divers Rêves de gloire qu’ils auraient pu encore écrire. Ce ne sont pas les prix posthumes largement mérités (par exemple, le prix des Utopiales 2012 pour Roland Wagner) ou les bien belles anthologies d’hommage (comme Chansons de la Terre mourante pour Jack Vance) qui compenseront ce manque à lire. Il convient d’insister sur l’énorme intérêt de conserver longtemps ces bons gars à l’imaginaire débordant, ces allumeurs de conscience. Non seulement pour que les meilleurs romans du genre puissent être encore un tant soit peu dédicacés, car on me dit dans l’oreillette que les dédicaces post-mortem perdent beaucoup de leur valeur (satanée crise !), mais aussi et surtout afin que les séries en cours arrivent à leur terme sans embûche. On pense ici à Robert Jordan disparu en 2007, ce qui a demandé à Brandon Sanderson de clôturer la Roue du Temps avec ses notes ; mais il y a également George R. R. Martin qui, s’il ne veut pas s’attirer les foudres posthumes de ses millions de fans (via notamment Le Trône de fer – Game of Thrones), a tout intérêt à opter pour les feuilles de coca. Exemple à suivre : Pierre Dubois, toujours vert et qui compte bien perdurer encore longtemps !

EDIT malheureusement en continu :

9 janvier 2015 : Michel Jeury a rejoint Le Diable souriant.

12 mars 2015 : Terry Pratchett, déjà atteint d’Alzheimer, meurt à 66 ans.

21 mai 2015 : Anne Duguël, alias Gudule, à 69 ans, comme ses Filles mortes, « se ramasse au scalpel ».

24 mai 2015 : Tanith Lee rejoint les limbes à 67 ans.

27 octobre 2015 : Yal Ayerdhal succombe à la maladie à seulement 56 ans.

19 août 2017 : Brian Aldiss quitte le chemin de la SF à 92 ans.
 

Quand j’étais enfant, évidemment je m’intéressais aux lutins. Bon, puis, comme tout le monde, je me suis intéressé aux fées… Par la suite, on en vient forcément aux elfes, ces ermites. Maintenant, le verdict approchant, il est normal d’en arriver aux fantômes, c’est inévitable. Bon, heureusement, j’ai toujours une porte de sortie, parce que je compte m’attaquer ensuite aux revenants !

(En promotion pour son recueil sur les fantômes, lors d’une conférence au 24e Festival des Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, 18 mai 2013)

Alors oui, préservons ces pauvres auteurs au poil hirsute et à la langue bien pendue, car déjà, c’est l’hécatombe.

 

—————————————————————————
La Tartine, une volée de mots émiettée au dépourvu, un billet à croquer le dimanche matin entre le petit déj’ et l’apéro. Car le monde des livres, c’est tout le temps.

Autres numéros :
#2 : La rentrée littéraire, la rentrée des tirelires
#3 : L’enfant qui préférait lire plutôt qu’aller mendier