Le roi disait que j'étais diable

Titre : Le roi disait que j’étais diable
Auteur : Clara Dupont-Monod
Éditeur : Grasset
Date de publication : 20 août 2014
Récompenses : Prix Littéraire des Princes

Synopsis : Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…
Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible.
Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

Note 3.5

La joie est stupide. Elle s’offre facilement. C’est l’émotion la plus reconnaissable, donc la moins perfide. Elle fendille les visages avec la stupeur un peu niaise de se découvrir léger. Rien n’est plus angoissant qu’un être joyeux. Comment peut-il ignorer la faim et les menaces ? La joie produit de mauvais combattants. Je lui préfère la colère, c’est une autre histoire. Elle fait bouillir le sang. Elle est la forme même de la vie, sa première vocifération. Elle peut trahir. J’aime la colère parce qu’elle a toujours quelque chose à révéler.

Le sixième roman de Clara Dupont-Monod mise sur les blancs de l’Histoire pour bâtir une légende, celle d’Aliénor d’Aquitaine.

Le roi disait que j’étais diable est l’affrontement volontairement binaire entre Aliénor d’Aquitaine et Louis le Jeune (Louis VII, roi de France de 1137 à 1180). L’auteur met alors en scène un face-à-face antinomique, simple et net : d’un côté, une jeune femme orgueilleuse, voire même franchement hautaine, qui se veut libérale, mais est foncièrement aristocratique, qui se veut ouverte mais est particulièrement élitiste, et qui revendique tout cela haut et fort ; de l’autre, un jeune roi en devenir, destiné au départ à la vie monacale et trop enclin à s’imaginer une vie amoureuse parfaite vis-à-vis de sa situation politique fragile. En alternant récit de l’un et récit de l’autre, l’auteur démontre le cruel manque de communications entre deux personnalités totalement opposées.

Quelques détails en feront, bien sûr, tiquer plus d’un, avec notamment des partis-pris intrigants concernant la personnalité d’Aliénor ou bien l’usage de quelques futurs toujours étonnants, et même gênants, quand nous parcourons dans un récit historique. Malgré cela, l’auteur précise en fin d’ouvrage son intention de conserver tout du long une part de fiction dans son récit très personnel. Pour être plus précis, cela passe par un grand intérêt pour la « psychologisation » des situations amoureuses et publiques : les personnages réfléchissent énormément à comment ils sont perçus par leur conjoint, ainsi que par leur entourage, peut-être même un peu trop (surtout chez Aliénor qui en fat parfois des caisses pour une broutille de notre point de vue, mais une affaire d’État pour elle). Ce parti-pris, agréable au demeurant, nous lance parfaitement dans le récit, car au niveau empathique c’est du tout bon ; en revanche, on finit peut-être par se lasser du processus une fois les cent premières pages passées. Pour autant, et c’est paradoxal, l’auteur crée une rupture finale avec la dernière longue intervention de Raymond d’Aquitaine, seigneur d’Antioche, l’oncle d’Aliénor, qui nous trace, un peu à la va-vite, ce qui constitue les derniers mois de vie conjugale entre les deux têtes couronnées.

Tableau de Jean-Baptiste Mauzaisse : Le roi Louis VII prend l'oriflamme à Saint-Denis (1840)

Clara Dupont-Monod répond vraisemblablement à ses objectifs : peindre le portrait romanesque d’un personnage historique féminin controversé. Dans un récit qui pourrait se révéler parfaitement contemporain, elle appuie là où cela fait souvent très mal dans la vie de nombreux couples : le manque de communication et l’incompréhension mutuelle. En un seul roman, vous avez donc un récit historique romancé et une réflexion sur le maintien harmonieux du couple !

Gisant d'Aliénor d'Aquitaine à l'abbaye de Fontevraud (Henri II à l'arrière-plan)