Le dit de sargas

Titre : Le Dit de Sargas. Mythes et légendes des Mille-Plateaux
Auteur : Régis Antoine Jaulin
Dessinateur : Lionel Richerand
Éditeur : Mnémos (Ourobores)
Date de publication : 2013

Synopsis : Voici, recréée pour la première fois en français par Régis Antoine Jaulin, la grande épopée mythologique de la mystérieuse civilisation des Mille-Plateaux. Nul ne sait si cette culture existat ou si elle fut inventée de toutes pièces par quelques aèdes des temps anciens comme divertissement des premiers princes. Leurs conteurs nous ont légué, par-delà les âges et les imaginaires, un ensemble de mythes qui frappent au cœur par la force tragique et la dimension universelle de leurs récits. En puisant, comme Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien, à la source des mythes, Le Dit de Sargas conte la genèse et le destin tragique d’une humanité glorieuse qui tua ses dieux pour goûter la joie et l’effroi de la liberté. Évoquant tour à tour Les Mille et une Nuits ou Le Mahabharatha indien, Le Dit de Sargas compose une peinture flamboyante et âpre des commencements de ces hommes et femmes survivant avec bravoure parmi l’immensité déchiquetée des Mille-Plateaux.

Note 2.5

Tu es Celui qui Dit ! Je te fais don de la connaissance de toutes choses. Tu vas désormais dire aux tiens l’histoire du monde, des hommes, des dieux et des étoiles. Lève-toi ! Porte cette charge, elle soulagera ta peine, elle guidera tes pas. Marche vers les douze piliers ! Marche sur les Mille-Plateaux ! Va ! Porte d’une voix forte et claire le récit de l’humanité. Va dire aux étoiles les sagesses qui leur permettront de flamboyer dans les cieux comme dans les cœurs. Va dire le chant du monde aux femmes et aux hommes, qu’ils puissent le répéter à leur tour. Va, mon frère ! Va !

C’est avec ces « Mythes et légendes des Mille-Plateaux », premier roman de Régis Antoine Jaulin, que les éditions Mnémos ont choisi de poursuivre une de leurs nombreuses collections, « Mnémos Ourobores », dont l’objectif est de réunir des œuvres décrivant un monde imaginaire « au moyen de textes mythologiques, de descriptions scientifiques, de cartes, d’illustrations… » Avec « Le Dit de Sargas », l’auteur entreprend ainsi de nous relater la mythologie des Mille-Plateaux, un monde imaginaire fortement inspiré de la civilisation indienne dont l’auteur retrace les quatre premiers temps : la genèse, consacrée à la naissance des dieux et des hommes ; le Kâli Yuga, relatant la guerre opposant les hommes aux monstrueux Tyriak ; le Mandalayana, narrant l’histoire des plus grands héros qui se distinguèrent lors de l’affrontement entre les hommes et les dieux ; et enfin le Kalaripayat, le début de l’histoire des hommes après la disparition des dieux. C’est davantage sous le coup d’une soudaine impulsion que par réel attrait pour le sujet que je me suis plongée dans la (très) courte lecture de ce roman, et malheureusement le charme n’a pas opéré sur moi.

Si l’initiative est louable et ne manque pas d’originalité, jamais ce récit n’est pourtant parvenu à me transporter. Peut-être est-ce dû, en partie, à ma totale ignorance en ce qui concerne la mythologie orientale dont s’est inspiré l’auteur, mais c’est au final avec une relative indifférence que j’ai suivi la narration de ce Sagas. Le plus gros défaut du roman reste toutefois sa brièveté (à peine plus de cent vingt pages, et encore, écrites en très très gros caractères) qui empêche toute immersion dans cet univers des Mille-Plateaux et surtout tout intérêt pour le sort des personnages qui apparaissent et disparaissent à une vitesse folle sans guère qu’on ne s’en émeuve. Un mot, enfin, concernant un aspect un peu plus terre à terre : si l’histoire, à défaut d’être passionnante, est certes intéressante, et que les quelques illustrations de Lionel Richerand qui accompagnent le roman sont très appréciables, il est extrêmement dommage de devoir payer un prix aussi exorbitant pour un ouvrage aussi bref puisqu’en à peine une heure, ma lecture était déjà bouclée ! (« tu n’avais qu’à pas l’acheter », me direz-vous, mais que voulez-vous, je suis faible….).

Le dit de sargas planche

Une idée originale mais à mon sens trop peu développée pour éveiller l’intérêt du lecteur. Un second volume, « Le chemin du Champ de Bataille » devrait également voir le jour, mais il y a malheureusement peu de chance pour que je poursuive la lecture.