Les Attracteurs de Rose Street

20 septembre 2018 14 Par Dionysos
Les attracteurs de Rose Street

Titre : Les Attracteurs de Rose Street (Rose Street Attractors)
Auteur : Lucius Shepard
Éditeur : Le Bélial’ (Une Heure-Lumière) [site officiel]
Date de publication : 30 août 2018 (2011 en VO)

Synopsis : Londres, fin du XIXe siècle. Une métropole enfumée, étouffant sous le smog et les remugles de l’industrialisation en pleine explosion… Samuel Prothero est aliéniste. L’un des meilleurs de sa profession. Membre du sélect Club des Inventeurs, jeune homme respecté, son avenir est tout tracé dans cette société victorienne corsetée. Jusqu’à ce que Jeffrey Richmond, inventeur de génie mais personnage sulfureux, sollicite son expertise sur le plus étrange des cas. Troublante mission, en vérité, pour laquelle le jeune Prothero devra se résoudre à embrasser tout entier l’autre côté du miroir, les bas-fonds de la ville-monde impériale et ceux, bien plus effrayants encore, de l’âme humaine…

Je vis ce qui ressemblait à un cadavre d’homme gisant à l’entrée d’une ruelle, un rat reniflant ses pieds nus, et, tout près de la maison de Richmond, je vis un enfant en haillons, les membres grêles comme des allumettes, que fouettait une créature au crâne rasé, vêtue d’un tablier impuissant à dissimuler ses mamelles et dépourvue d’un pantalon qui aurait pu cacher ses jambes poilues et couvertes de croûtes. Toute cette misère grotesque, au sein de bâtiments en brique effrités et noircis par la suie dont les étages se perdaient dans le brouillard, faisait de ces rues le fond d’un ravin comme il en court sans doute dans l’un des districts périphériques de l’enfer.

La collection Une Heure-Lumière des éditions Le Bélial’ a une forte coloration science-fiction, toutefois, une fois de temps en temps, il est possible de trouver une novella fantastique ou fantasy, c’est le cas des Attracteurs de Rose Street.

Une intrigue fantastique sur un fond scientifique

Samuel Prothero est aliéniste – il étudie les problèmes mentaux et cherche à adoucir la peine des aliénés – et vit à Londres à la fin du XIXe siècle. Il recherche la bonne compagnie afin de se faire une place dans la société. Parmi les membres du Club des Inventeurs qu’il veut rejoindre, une personne semble quelque peu à l’écart des autres membres influents : ce Jeffrey Richmond l’attire chez lui pour lui demander d’utiliser ses qualifications professionnelles afin de résoudre un problème personnel. Il le mène à ce qu’il désigne comme des « Attracteurs » : astucieux, ceux-ci servent à capter l’humidité ambiante du quartier de Rose Street afin de désépaissir le fameux smog qui inhibe la vie londonienne. L’invention est bien trouvée et adaptée à l’esprit de l’époque. Toutefois, et c’est là le cœur du problème, l’invention de Richmond a son revers de la médaille : il a de fâcheuses conséquences en rapport avec le décès récent de la sœur de ce dernier. Pour résoudre cette affaire, l’aliéniste Prothero doit donc mêler science et goût pour le surnaturel.

Une ambiance victorienne à souhait

Comme convenu en lisant le titre et la quatrième de couverture, l’ambiance victorienne est au rendez-vous. On peut même dire que les premières pages débordent d’éléments caractéristiques pour bien se positionner sur cette époque spécifique. Tout d’abord, l’auteur décrit avec force détails la misère des rues londoniennes, et notamment ce quartier en marge qu’est Rose Street, plus privilégié que Whitechapel, mais pas au point de bien y vivre quand on est miséreux au XIXe siècle. De plus, ce qui nous met le pied à l’étrier dans cette histoire est la propension de cette société à être conservatrice : le milieu bourgeois est dans l’entre-soi, se recommande en son sein et adopte des théories au détriment des classes populaires (vive le XIXe siècle !). Enfin, l’ambiance se révèle volontairement gothique où des bâtiments bourgeois projettent leur ombre terrifiante sur des quartiers malsains. Pour le coup, Aurélien Police a encore diablement bien capté (c’est le cas de le dire) la substantifique moelle du récit avec une couverture qui joue d’abord sur l’aspect architectural.

Une novella à fond sur les problèmes psychiatriques

Pourtant, le cœur de cette novella n’est ni son contexte victorien, ni son intrigue « fantômesque », mais bien le fonctionnement psychologique des personnages. En effet, les secrets qui sont progressivement dévoilés sur certains d’entre autres en disent bien plus sur la misère humaine et sur la pauvreté de certains rapports sociaux. Pour aborder ces sujets, on sent que l’auteur convoque un peu de freudien et un peu de lacanien, tant on parcourt les méandres malsains des fantasmes parfois lubriques des personnes rencontrées. Dans cette optique, sont convoqués à la fois des aspects terrifiques dignes d’un récit d’horreur et des esprits fantomatiques, qui d’abord viennent bousculer la rationnalité des personnages, mais ensuite servent surtout à confronter le lecteur à des situations dérangeantes. Du coup, la psychologie des personnages est particulièrement approfondie et cet aspect qui colle à l’esprit de l’époque est sûrement le plus réussi. Cela est d’autant plus le cas que la chute de cette novella résoud l’intrigue d’une façon tout à fait bien trouvée et qui confronte un des protagonistes à ce qui justement le hantait.
En conclusion, petite déception pour ces Attracteurs de Rose Street même si la fin est parfaitement maîtrisée ; pour autant, il faut que la collection Une Heure-Lumière poursuive dans cette voie de proposer de tout au sein des littératures de l’imaginaire (Science-Fiction comme Fantasy et Fantastique).

Autres critiques :
Acaniel (Blog culturel)
Aelinel (La Bibliothèque d’Aelinel)
Blackwolf (Blog-O-Livre)
Célindanaé (Au pays des Cave Trolls)
François Schnebelen (YoZone)
Gromovar (Quoi de Neuf sur ma Pile ?)
Lutin (Albédo)

Retour en haut