Résultat de recherche d'images pour "lois et clark urban"

Titre : Loïs et Clark
Série : Superman
Scénariste : Dan Jurgens
Dessinateur : Lee Weeks
Éditeur : Urban Comics
Date de publication : 7 avril 2017

Synopsis : Après avoir vu leur monde effacé de la réalité, suite aux événements de la Convergence, les Lois et Clark originels ont trouvé refuge sur la Terre de la Renaissance DC, un monde qui se méfie de son propre Superman. Se fondant dans la masse, Clark décide alors d’oeuvrer dans l’ombre, et Lois de poursuivre la lutte sous un nom de plume. Mais à l’heure où leur secret risque d’être éventé, leur fils Jonathan commence à avoir des doutes sur l’identité de ses parents… Est-il temps pour l’Homme d’Acier originel de se révéler au grand jour… ?

Note 3.5

Il va falloir s’adapter.
Ils n’ont pas confiance en leur Superman, ce sera pareil pour moi. Ils ont essayé de me suivre. Si j’agis au grand jour… Ils me harcèleront jusqu’à ce qu’ils nous trouvent. Il faut qu’on reste cachés, devenir quelqu’un d’autre.

Superman n’ayant pas eu très bonne réputation dans le reboot DC new 52 (Renaissance chez nous) de 2011, je me suis tenu bien loin de l’Homme d’Acier pendant ces quelques années, ainsi que de d’autres superhéros d’ailleurs. Il semblerait que l’éditeur a tenté de rattraper son coup avant l’arrivée de Rebirth. Loïs et Clark vient en effet se situer à l’intersection de ces deux reboot au moment de l’événement Convergence, lancé en 2015. Pour mieux introduire Loïs et Clark, rappelons que lors de cet événement, Brainiac a capturé une ville de chaque Terre du multivers DC et leurs héros se rencontrent donc immanquablement et doivent s’entretuer pour survivre. Tout cela paraît sans doute tarabiscoté, et il faut bien avouer que ça l’est. On finit par s’y perdre à moins d’avoir absolument tout suivi. Sans être pour autant vitale, la lecture de ce volume n’en permet pas moins de mieux comprendre le pourquoi du comment de Superman Rebirth.

Résultat de recherche d'images pour "lois et clark urban"

A la suite de Convergence qui a vu l’effacement de leur monde, Superman/Clark Kent parviennent à se réfugier sur la Terre de la Renaissance DC avec son épouse Loïs qui attend un heureux événement. Mais cette Terre étant parallèle à celle dont les personnages sont issus, celle-ci possède logiquement déjà ses propres superhéros, Superman en tête. Pas question pour Clark Kent de venir troubler le travail de son alter ego. Bien au contraire, s’il veut agir, il le fera dans l’ombre, tout de noir vêtu, mais surtout, il entend bien se consacrer à sa vie de famille : à Loïs, devenue une auteure à succès écrivant sous pseudonyme, et à son fils Jon, mi-kryptonien, mi-humain. La construction de la famille, la protection de leur identité secrète, le travail de second Superman dans l’ombre, constituent ainsi l’essentiel de ce volume. Dans cet ordre. Titré Loïs et Clark, Superman est en effet plus une toile de fond ici qu’un véritable moteur du récit. Cela change, et c’est plutôt bien vu.

Résultat de recherche d'images pour "lois et clark urban"

L’objectif de Loïs et Clark est donc double. Il s’agit de confronter les personnages à un monde à la fois semblable et très différent du leur. D’autre part, Dan Jurgens introduit le personnage du jeune Jon Kent, dont on sait mieux encore aujourd’hui avec Rebirth qu’il aura une importance capitale par la suite. Loïs et Clark comporte bien ses scènes d’actions et ses vilains (moyennement réussis à mon sens) parfaitement intégrés, mais c’est sur la vie de famille secrète de Superman que l’auteur se concentre, avec chaque personnage à son niveau. Cela contribue à donner une épaisseur bienvenue aux protagonistes, qui n’en sont que plus attachants, d’autant que les scènes de famille sont réussies au point d’en oublier qu’on est chez Superman. Finalement, c’est presque lorsque le récit se consacre à Superman que Loïs et Clark trouve ses faiblesses. Comme cela a été évoqué plus haut, Clark White (puisqu’il a bien fallu changer de nom), ne peut rester inactif et décide d’agir dans l’ombre. J’ai toutefois un peu de mal à croire que le Superman originel de cette Terre ne se rende compte de rien. Avec une super ouïe, une supervision et une supervitesse, il semble tout de même étrange que l’homme au costume bleu ne réalise pas l’existence de Superman en costume noir, alors même qu’il agit en pleine ville (une fois), ou bien encore sous-terre. Cette intervention en ville laisse un peu désirer en terme d’écriture, d’ailleurs. Un quidam sorti de prison affublé d’une armure issue d’un plateau de TV dans le cadre d’une émission de télé-réalité parvient tout de même à mettre quelques torgnoles au kryptonien. J’en suis resté quelque peu perplexe. A l’insu du Superman local, et de l’armée elle-même malgré quelques vagues aperçus. L’essentiel se trouve donc dans la relation entre les personnages de la cellule Kent, et c’est là que brille Dan Jurgens.

Image associée

Il y a revanche bien peu à redire quant au travail de Lee Weeks dans Loïs et Clark, très à l’aise tant dans les scènes familiales que dans les scènes d’actions. Dans le premier cas, Clark est toujours entouré et « En plein jour », même si légèrement déguisé parfois, dans l’autre, la vitesse des mouvements de Superman, ou bien encore les effets de lumière très bien illustrés et couplés à des effets de contreplongée lui conférant un petit air divin permettent à cet autre homme d’acier de cacher plus ou moins sa véritable identité. Les scènes d’action, même rares, sont efficaces et bien mises en scène. L’aspect, autant que l’écriture des vilains, me semble toutefois légèrement en deça. Graphiquement, l’ensemble des personnages, secondaires ou principaux n’en sont pas moins réussis, mention spéciale à cet autre superman (puisqu’on ne croisera jamais l’autre) qui, barbu et de noir vêtu, acquiert un côté plus mature et un peu bourrin. Apparences seulement, mais c’est efficace. Les environnements sont tout aussi satisfaisants pour la rétine.

Image associée

Affublé, dans sa version originale, du sous-titre  » Road to rebirth  » , Loïs et Clark fait clairement office de préambule aux premières aventures de Superman dans Rebirth. Pas besoin, pourtant, de se lancer éperdument dans ce nouveau reboot pour prendre cet album pour ce qu’il est, une lecture très agréable.

 

Voir aussiSuperman Rebirth, tome 1 : Le Fils de Superman

Voir aussi : Yaneck Chareyre (Chroniques de l’Invisible)