Titre : Persepolis
Auteur : Marjane Satrapi
Éditeur : L’Association (Ciboulette)
Date de publication : mai 2007 (après une publication en 4 tomes entre 2000 et 2003)

Synopsis : L’édition en un volume du Persepolis de Marjane Satrapi a été publiée à l’occasion de la sortie de son adaptation en film d’animation. Co-réalisé par Winshluss et Marjane elle-même, Persepolis au cinéma fut l’un des événements de l’année 2007, primé au 60e Festival de Cannes et nominé pour les Oscars à Hollywood. Quant à ce Monovolume, vendu à plus de 140 000 exemplaires, il prouve que la magie du conte de fées Persepolis n’est pas terminée!

Dans chaque religion, vous trouvez les mêmes extrémistes.


Avec Persépolis, Marjane Satrapi nous donne son point de vue de témoin privilégié de l’Iran des années 1970, 1980 et 1990. On découvre ce pays, si particulier vu de notre petit monde occidental, avec un humour et une prise de conscience toute personnelle à Marjane Satrapi qui nous fait vivre les événements de l’intérieur : c’est cela tout l’intérêt du témoignage par rapport à un récit historique, il nous fait vivre les choses du point de vue de ceux qui l’ont vécu et non de ceux qui en ont juste entendu parler ou se sont renseignés à son propos. Là, nous vivons les choses de la manière la plus quotidienne et fatidique qui soit, et c’est même assez cru parfois, ce qui n’enlève rien au talent de Marjane Satrapi. À force de se parler à elle-même ou de discuter avec son « ami », comme elle appelle Dieu, l’auteur brise même parfois le quatrième mur ce qui participe des petits effets humoristiques censés alléger les propos du récit bien chargé en émotions.

Un récit tantôt triste, tantôt drôle donc, qui m’a paru trop lourd pour ce que ça raconte, notamment le long séjour en Autriche qui est pour moi totalement hors-sujet (dans la troisième des quatre grandes parties, ce sont davantage les considérations d’une adolescente comme chez nous finalement) par rapport à l’intérêt évident de voir, du point de vue d’une petite fille, se former un régime totalitariste encore palpable de nos jours.

Autres critiques :