Titre : La chanson d’Arbonne
Auteur : Guy Gavriel Kay
Éditeur : L’Atalante
Date de publication : 1993

Synopsis : « Jusqu’à ce que meure le soleil et que tombent les lunes, l’Arbonne et le Gorhaut ne vivront pas en harmonie côte à côte. » Gouvernée par une femme, minée par la rivalité sanglante de ses deux seigneurs les plus puissants, l’Arbonne n’est-elle pas une proie tentante pour une guerre de conquête et de croisade du Gorhaut, d’autant – ignominie ! – qu’on y vénère une déesse ? Mais c’est en Arbonne que Blaise du Gorhaut s’est engagé comme mercenaire au service d’un baronnet, après avoir fui son pays et son père.Qui est-il, ce Blaise du Nord, et quel destin l’attend qu’il ignore lui-même ? Seule le sait peut-être Béatrice, la grande prêtresse aveugle de Rian au hibou sur l’épaule. La Chanson d’Arbone est une fantasy magistrale et envoûtante dans un monde parallèle à la Provence médiévale.


 

Le temps des homme était venu, se dit-elle avec amertume. L’ironie éclatait. L’Arbonne allait être détruite à cause de ses femmes, à cause des symboles et de la musique de la Cour d’amour et des modèles de grâce établis par des femmes comme Cygne et Ariane, parce qu’elle était présentement gouvernée par une femme. Et maintenant que la ruine fondait sur le pays sous la forme d’une armée et d’épées, de haches et de brandons, maintenant que les images de viols et de brasiers allaient danser derrière les paupières closes de toutes les femmes arabonnaises, c’était en fin de compte par les hommes qu’il fallait qu’il fût sauvé.

 

S’il y a bien un auteur qui fait aujourd’hui figure de référence dans le domaine de la fantasy historique, c’est incontestablement Guy Gavriel Kay. Outre la Chine des Tang puis celle des Song revisitée dans ses deux derniers romans, l’auteur s’est également penché sur cinq autres périodes allant de l’Empire romain sous Justinien à l’Espagne de la Reconquista en passant par l’Angleterre du IXe siècle ou encore l’Italie de la Renaissance. Parmi tous ces ouvrages il en est toutefois un qui manquait à ma collection, et pour cause, puisqu’il se révèle aujourd’hui impossible à trouver en librairie et même difficile à trouver d’occasion (ou en tout cas à un prix raisonnable). Quel dommage, pourtant, de passer à côté d’une telle œuvre, car « La chanson d’Arbonne » figure sans aucun doute parmi les meilleurs ouvrages de l’auteur et vaut certainement un « Tigane » ou un « Lions d’Al-Rassan ». C’est du côté de la France que Guy Gavriel Kay vient ici chercher son inspiration, et plus spécifiquement du sud de l’hexagone. Nous voici donc transportés dans une Occitanie du XIIIe siècle fantasmée, paradis des troubadours et des musiciens vantant dans de magnifiques poèmes les charmes des nobles dames des cours d’amour. Au Nord, le royaume de Gorhaut considère toutefois d’un mauvais œil la place récurrente accordée aux femmes et à la musique dans la culture arabonnaise et entend bien profiter de cette « faiblesse » pour accaparer les terres de son voisin (et, accessoirement, mettre fin au culte de la déesse Rian, considéré par les adorateurs de Coranos comme une hérésie). Le contexte fait assez clairement référence au conflit qui opposa au cours du XIIIe siècle le royaume de France (Gorhaut) aux régions méridionales (Arbonne), annexées à la couronne à l’occasion de la croisade des Albigeois.

Les références à l’histoire ne s’arrêtent pas là, certains protagonistes faisant distinctement écho à des personnalités historiques plus ou moins connues parmi lesquelles on peut notamment citer Alinéor d’Aquitaine (les lecteurs plus érudits que moi reconnaîtront certainement bien d’autres mentions à des troubadours ou souverains de l’époque mais j’avoue avoir des lacunes sur cette période). Mais ce qui est surtout remarquable ici (et c’est un aspect que l’on retrouve dans la totalité des romans de Guy Gavriel Kay), c’est sa volonté de rendre compte de la complexité et de la richesse de la civilisation qu’il met en scène. Loin de se contenter d’évoquer l’Occitanie médiévale par le biais d’un simple décor, l’auteur a recueilli une vaste documentation sur la culture de l’époque, mettant ainsi en lumière ses particularités et ses caractéristiques les plus admirables. La musique occupe ainsi une place centrale dans le récit, troubadours et ménestrels ayant trouvé sur ces terres ensoleillées un environnement favorable au développement de leur art que le lecteur aura à plusieurs reprises l’occasion d’admirer. La place de la femme dans cette société arabonnaise se trouve également au cœur du récit qui fait la part belle à l’amour courtois, cette manière ritualisée de courtiser une femme sans l’offenser ni elle ni son mari au moyen de poèmes et chansons. Ce respect mâtiné d’admiration dont font preuve une partie des personnages masculins pour leurs homologues féminins renforce évidemment la sympathie du lecteur pour cette culture capable d’envisager les relations hommes/femmes d’une autre manière que celle du rapport dominant/dominée qu’on imagine pourtant prévaloir à cette époque (et qu’on retrouve effectivement chez leurs voisins du Gorhaut).

En terme de construction narrative, on retrouve ici la patte de l’auteur qui opte pour un nombre de scènes finalement assez limité (une quinzaine pour un roman de plus de trois cent pages) mais toutes soignées et ciselées avec une patience et un talent difficiles à égaler. Chez Guy Gavriel Kay chaque mot compte, chaque phrase prononcée par les personnages aura des répercussions par la suite, de même que chaque silence. Il en résulte des scènes d’une intensité dramatique bouleversante et qui resteront vivaces dans l’esprit du lecteur bien après la dernière page refermée (un aspect que l’on retrouve aussi dans la majorité de ses autres romans mais sans doute pas avec la même force). Difficile ainsi d’oublier le magistral duel opposant Blaise et l’Arabonnais, ou l’épreuve remportée par Valéry lors de la grande foire, ou le combat de Rosala pour préserver sa liberté et celle de son fils, ni, bien sûr, le troubadour de Bertrand de Talair chantant son amour pour son pays dans une auberge pleine de poètes et de musiciens émus aux larmes par la prestation du vieil homme (« Lisseut entendit alors Ramir de Talair dire, avec une tristesse douce et voilée, ces paroles qu’elle n’oublierait jamais : Voulez-vous me permettre de corriger une chose que j’ai dite tout à l’heure ? Je vous avais annoncé que je ne chanterais pas une chanson d’amour d’Anselme. En y repensant, je m’aperçois que je me suis trompé. Tout compte fait, c’était une chanson d’amour »). Si la plupart des échanges entre les personnages se déroulent dans un cadre intimiste, le roman comporte malgré tout son lot de scènes spectaculaires lors desquelles l’auteur peut là encore faire la démonstration de l’étendue de son talent, celui-ci excellant tout autant à dépeindre les affres de l’amour que ceux de la guerre.

Difficile, donc, de ne pas se montrer admiratif de l’art et la manière dont Guy Gavriel Kay fait preuve pour construire son récit dont la fin fait brillamment et tragiquement écho au début, preuve s’il en fallait que, dans les romans de l’auteur, le moindre détail a son intérêt. En dépit de toutes les qualités déjà évoquées tant au niveau de la construction de l’histoire que de la reconstitution historique, il reste encore à aborder le principal point fort de ce roman : les personnages. Qu’ils soient chefs de guerre ou musiciennes, nobles dames ou chevaliers, femmes en détresse ou mercenaires accomplis, tous révèlent une complexité et une humanité qui ne pourra qu’aller droit au cœur du lecteur Chez Guy Gavriel Kay rien n’est jamais tout noir ou tout blanc : tous doutent, se trompent, tentent de se convaincre qu’ils ont fait les bons choix et surtout tous révèlent une force insoupçonnée quand vient le temps des épreuves. On l’a souligné plus tôt, les personnages féminins occupent une place de premier plan dans le drame qui se joue alors en Arbonne ce qui n’empêche pas l’auteur de proposer de très beaux portraits d’hommes. Il y a bien sûr Blaise, hanté par la défaite de son peuple et par le conflit qui l’oppose à sa famille. Il y a aussi Bertrand de Talair et Urté de Miraval, unis tant par la haine qu’ils se portent que par l’amour qu’ils éprouvaient pour la belle et défunte Aelis. Et puis il y a Cygne, dirigeante capable et sensible s’efforçant de faire le deuil de son amour, ou encore Lisseut, la troubadour au talent sur le point d’éclore. Et puis il y a tous ces personnages secondaires auxquels l’auteur parvient à donner une véritable consistance et pour lesquels on se prend aussitôt d’affection : le sage et fidèle Valéry, l’espiègle Rudel, les troubadours Rémy, Alain et Aurélien, le triste frère de Blaise… Autant de figures que l’on oublie pas.

 

Écrit en 1993, « La chanson d’Arbonne » est l’un des premiers romans de Guy Gavriel Kay et, à mon humble avis, l’un des meilleurs. Vibrant hommage à la beauté et la subtilité de la culture occitane du Moyen-age, l’ouvrage bouleverse par la profondeur de ses personnages et surtout par la qualité de la plume de l’auteur, capable de donner vie à des scènes d’une puissance à couper le souffle que le lecteur gardera en mémoire bien après sa lecture achevée.