Résultat de recherche d'images pour "l'adoption qinaya"

Titre : Qinaya
Série : L’Adoption, tome 1
Auteur : Zidrou
Dessinateur: Monin
Éditeur : Grand Angle
Date de publication : 4 mai 2016

Synopsis : Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

-Tu aurais pu au moins lui donner un bisou !
-Un baiser de plus et elle nous faisait une overdose la petite.
-Tu avoueras quand même qu’elle est mignonne comme un coeur.
-On voit bien que tu n’as jamais vu de coeur de près ma chérie ! Parole de boucher !

Avec pas moins d’une demi-douzaine de BD publiées ces derniers mois, Zidrou fait sans conteste partie des scénaristes les plus prolifiques du moment. Devant une telle intensité de publication, on ne peut que légitimement se demander s’il est possible d’allier qualité et quantité. L’Adoption étant le premier ouvrage de Zidrou sur lequel je pose mes yeux, je ne peux juger de l’ensemble de son œuvre, mais cette découverte est de bon augure.

Résultat de recherche d'images pour "l'adoption qinaya"

A l’aube de ses trois-quarts de siècle, Gabriel, qui a trimé sa vie durant à la prospérité de sa petite boucherie, estime à juste titre avoir bien mérité sa petite retraite bien rangée. Rythmée par la surveillance de la maturation des légumes de son potager et par des moments « sportifs » avec ses vieux potes, rien ne semble pouvoir perturber cette petite vie tranquille. Pas même, comme le lui apprend le journal télévisé, le terrible séisme qui vient de ravager l’altiplano péruvien. Jusqu’à ce que, car il faut bien un élément perturbateur dans cette existence tranquille, son fils et sa bru adopte la petite Qinaya, 4 ans, qui vient de perdre ses parents dans la catastrophe. A l’aéroport, il est le seul à ne pas se joindre aux effusion. Dubitatif, c’est en faisant office de baby-sitter que le papy grincheux se transforme en papy gâteau aimant.

Résultat de recherche d'images pour "l'adoption qinaya"

De prime abord, pas de quoi s’enflammer. A des kilomètres, on voit le scénario à l’eau de rose. Ce n’est pas si simple pourtant. Car à travers cette histoire d’amour naissant entre le vieil homme et cette nouvelle arrivante (dans tous les sens du terme), Zidrou interroge aussi la question familiale en laissant paraître la relation distante entre le père et son fils depuis des années, mais aussi la solidarité entre les individus en ces temps difficiles. Un premier tome qui vient installer un bien beau décor, classique, mais parfaitement mené par le scénariste. Quant aux personnages, Gabriel, ses potos et leurs dialogues souvent bien sentis ne sont pas sans rappeler l’excellent trio des Vieux Fourneaux de W.Lupano et P.Cauuet. Les personnages féminins, en dehors de la petite Qinaya, sont pour le moment en retrait, même si la grand-mère, complice du lecteur, voit avec nous le papy fondre pour la petite. Loin de tomber dans l’émotion facile, Zidrou parvient sans mal à faire s’activer les zygomatiques du lecteur.

Résultat de recherche d'images pour "qinaya"

Comment ne pas nous-même craquer pour la petite Qinaya ? Avec sa petite bouille ronde et ses grands yeux, la petite péruvienne fera fondre les lecteurs les plus marmoréens. L’art bonhomme et jovial d’Arno Monin ne s’arrête cependant pas à la seule petite fille. Par ses couleurs, son trait rond, ses couleurs très réussies, L’Adoption, malgré une thématique souvent complexe, respire la bonne humeur. Les expressions des personnages sont une réelle réussite, et un réel plaisir pour le lecteur. On en ressort de meilleure humeur qu’on y est entré.

Image associée

Premier tome d’un diptyque dont la conclusion sortira au mois de mai, L’Adoption est jusqu’ici une excellente surprise. Sur un thème glissant, Zidrou et Monin parviennent à faire sourire le lecteur tout en abordant des sujets parfois douloureux : la famille et l’adoption. Une première partie pleine de tendresse et d’humour.

Voir aussi : Tome 2