L'homme de ma vie.jpg

Titre : L’homme de ma vie
Auteur : Yann Queffélec
Éditeur : Michel Guérin (collection Demarche)
Date de publication : 1 octobre 2015
Récompenses : Prix des Hussards 2016

Synopsis : Raconter l’enfance et les relations qui lient (ou délient) un fils avec son père, n’est pas une démarche anodine. Pas étonnant alors que Yann Queffélec renoue ici avec le meilleur.

Note 3.5

Tu peux tempêter, papa, me brûler au feu de tes yeux bleus, un jour je deviendrai toi : toi et personne d’autre, et surtout pas moi.

Pas facile d’être le fils de. Dans « L’homme de ma vie », Yann Queffélec le prouve à travers un livre qui aurait pu être un réquisitoire sans retour contre un père qui n’ouvrit presque jamais son coeur à ce fils qui, pourtant, choisit la même voie et obtint le Goncourt pour « Les noces barbares ». D’ailleurs la scène de l’annonce du prix par le fils au père est le parfait exemple de cette déconnexion familiale. Yann raconte tout cela dans un style riche (parfois un peu trop), les malentendus, les disputes, les absences, l’incompréhension, la dureté d’un père fermé, autoritaire. Queffélec fils, malgré les rendez-vous manqués, racontent ses peines, ce manque d’affection. Il utilise un humour bienvenu, il n’est pas revanchard, juste lucide. Son récit est celui d’un homme qui a su trouver sa place, regarder vers la mer (que son père aimait lui aussi) pour trouver les bons vents, histoire de rappeler qu’il peut être fier de son parcours, malgré ces blessures paternelles. Sans rancune ou presque !

Émouvant.