Afficher l'image d'origine

Titre : Batman: Terre-un
Série : Tome 1
Auteur : Geoff Johns
Dessinateur: Gary Franck
Éditeur : Urban Comics
Date de publication : 30 août 2013

Synopsis : Batman n’est pas un héros, et encore moins un super-héros. Il n’a pas de super-pouvoirs. Batman, est juste un homme comme les autres. Vulnérable, et en colère. Batman Terre-1 raconte la vengeance d’un homme, celle d’un orphelin pour un père et une mère assassinée.

Note 4.0

-Pourquoi une chauve-souris ? à cause du jour où tu as ouvert le caveau ? Tu penses qu’ils auront peur comme ça a été le cas à ton époque ? Ces gens que tu traques, ils ne sont pas du genre à avoir peur.
-Tout le monde peut avoir peur, Alfred.

Décidément, DC Comics aime les reboots. Batman Terre-Un, publié sous forme de roman graphique, promet de replonger pour la énième fois le lecteur dans le récit des origines de Batman sur la « Terre-un » du DC universe (en quelques mots : une multitude de planètes Terre dans des dimensions parallèles). Tant de scénaristes, d’auteurs, de dessinateurs ou bien encore de réalisateurs se sont évertués a écrire ou réécrire les origines du chevalier noir de Gotham que l’on ne peut que se montrer perplexe devant cet album. Le doute nous assaille : que peut-on encore espérer apprendre de plus sur la naissance de Batman ? Néanmoins, plutôt que d’en apprendre plus sur le héros, Geoff Johns (Superman, Green Lantern, Teen Titans…) et Gary Franck (Justice League of America, The Flash, Uncanny X-Men…) ont entrepris de proposer une vision renouvelée du mythe .

Afficher l'image d'origine

D’ailleurs, c’est avant tout par le scénario de Geoff Johns que ce Batman Terre-Un s’avère très plaisant. Les premières pages défilent pourtant non sans crainte. Les personnages bien connus répondent évidemment présents, mais bien ancrés dans ses poncifs, le lecteur assidu de Batman voit ses sourcils se lever lorsque débarque un Alfred Pennyworth plus vétéran de guerre qu’inébranlable majordome. Cependant, la réécriture des personnages est sans doute l’une des grandes qualités de cet opus, qui de fait, surprend.

Afficher l'image d'origine

Ce premier tome est l’occasion pour Batman de faire preuve pour la première fois de sa nouvelle carrière de ses talents de détective. L’affaire à résoudre ? Celle de l’inévitable meurtre de ses parents, pour la 10²ème fois assassinés dans une sombre ruelle sous les yeux du jeune Bruce (oui oui, Bruce Wayne est toujours Batman). Bruce Wayne ne se présente pas encore en justicier de sa ville natale, il est animé seulement par la vengeance. En revanche, mise de côté, cette fois, l’ambiance gothique classique des Batman, fait place à une situation plus contemporaine et réaliste. Dès la première page le lecteur est averti par un « Gotham aujourd’hui » qui installe l’histoire dans une temporalité plus stable et précise, même si les retours en arrière seront nombreux. Sans trop insister sur les péripéties de ce premier tome, l’aventure est tout à fait intéressante et marquée par des adversaires réussis, plus ou moins connus, et s’achève sur un final prometteur quant au second tome.

Côté crayons et couleurs, Gary Franck (dessin), Brad Anderson (couleurs) ont effectué un superbe travail. Le trait est précis et si, forcément, les couleurs penchent vers le sombre de rares pages colorées mais très réussies viennent ponctuer la lecture. La mise en scène des vignettes est soignée et efficace et la ville autant que les personnages ont fait l’objet d’un soin minutieux. Sont aussi à souligner des jeux d’ombres réussies qui viennent, comme souvent, renforcer la peur inspirée par l’homme chauve-souris.

Afficher l'image d'origine

S’il faut trouver deux mots qui viennent résumer cette nouvelle aventure de Batman, ce pourrait-être ceux-ci : fidèle… mais différent. On ne perd pas pied, ce qui serait certainement risqué d’un point de vue purement éditorial, mais l’on est aussi surpris de façon très plaisante. Les engrenages s’entraînent et la machine est bien huilée.

Voir aussi : Tome 2