Les sept cités tome 3

Titre : La basilique d’ombre
Cycle : Haut-Royaume – Les sept cités, tome 3
Auteur : Pierre Pevel
Éditeur : Bragelonne
Date de publication : 2016 (mai)

Synopsis : La mort a frappé et Iryän Shaän ne désire plus qu’une chose : se venger. Aveuglé par la colère, il va combattre des factions puissantes dont certaines s’affrontent en secret depuis des siècles, quand les Dragons Divins régnaient sur le monde. Mais rien n’arrêtera Iryän : ni homme, ni drac, ni prince-dragon. Quitte à tout perdre, y compris la vie…

Note 4.0

Désormais que le Haut-Royaume se déchire, qui peut deviner l’avenir des Sept Cités ? Qui peut entrevoir les motifs complexes et toujours changeants de la trame tissée par la multitude des existences qui s’écoulent dans ses rues, ses taudis, ses palais ? Car ils sont innombrables, ceux qui viennent chercher ici aventure et fortune, et qui rencontrent des destins glorieux ou misérables, qu’ils soient rois ou assassins, princes ou mendiants, héros ou voleurs.

 

Après avoir inauguré l’univers du Haut-Royaume avec « Le chevalier » et « L’héritier », Pierre Pevel s’est lancé cette année dans une nouvelle trilogie visant à nous faire découvrir un autre aspect de son monde : les Sept Cités. L’occasion pour le lecteur de se familiariser avec la ville de Samarande ainsi qu’avec une nouvelle brochette de protagonistes appartenant cette fois à un milieu peu recommandable, celui de la pègre. L’histoire reprend ici exactement là où on l’avait quittée, c’est-à-dire aussitôt après l’un de ces coups de théâtre dont Pierre Pevel a le secret et qui clôturait le précédent tome de manière tragique. On retrouve donc notre groupe de voleurs en bien mauvais état mais désormais capables de mettre un nom sur leur ennemi dont ils vont évidemment chercher à se venger. Il leur faut toutefois prendre en considération les différents acteurs influents qui participent à la vie de Samarande et qui ne manqueront pas de leur mettre des bâtons dans les roues, par intérêt, par opportunisme, ou simplement par rancune. Et entre la mafia locale, la prévôté, des ordres religieux, des fanatiques et les membres de sociétés secrètes, cela commence à faire du monde… Peut-être un peu trop, d’ailleurs, si bien que l’auteur est obligé dans le dernier tiers du roman d’accélérer le mouvement pour que toutes les pièces du puzzle se mettent enfin en place.

Pour ce qui est de l’ambiance, on avait déjà pu remarquer un assombrissement entre le premier et le deuxième tome, un phénomène qui s’accentue dans « La basilique d’ombre » qui gagne en noirceur. Les personnages se voient infliger des épreuves douloureuses faisant resurgir de vieux démons notamment chez notre héros que l’on découvre sous un nouveau jour et qui gagne en complexité. La conclusion du récit est particulièrement noire et nous fait refermer le roman sur une note douloureuse. L’intrigue est quant à elle toujours aussi rythmée et pleine de rebondissements plus ou moins attendus. C’est qu’il faut bien que tous les fils tissés depuis le début par l’auteur se rejoignent enfin ! On assiste ainsi à des rencontres un peu surprenantes entre certains protagonistes qui évoluaient jusqu’à présent de façon autonome. Quelques uns disparaissent ou s’effacent cependant un peu trop rapidement ce qui ne manquera pas de frustrer plus d’un lecteur. De même, on peut regretter l’utilisation par l’auteur de ficelles scénaristiques déjà exploitées précédemment sans que cela ne vienne pour autant nuire à l’intérêt du récit. Ce tome-ci est d’ailleurs celui qui fait le plus le lien avec la série « Haut-Royaume » puisqu’il y est à nouveau question de l’Obscure, cette étrange substance à laquelle avait déjà été confronté le chevalier Lorn et qui revient ici sur le devant de la scène.

 

Un troisième tome riche en action qui clôt de manière satisfaisante cette nouvelle trilogie approfondissant davantage l’univers du Haut-Royaume. A découvrir si vous appréciez les purs récits d’aventure dans la veine des « Lames du cardinal ».

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls)