Acacia 3

Titre : L’alliance sacrée
Cycle : Acacia, tome 3
Auteur : David Anthony Durham
Éditeur : Le Pré-aux-clercs / Pocket
Date de publication : 2011 / 2012

Synopsis : L’Empire acacian est au bord du gouffre. La trahison des Numreks, les sauvages alliés d’hier, déclenche les hostilités au coeur du royaume, tandis qu’aux confins glacés de l’Empire les redoutables Auldeks sont en marche avec leur armée d’enfants esclaves. A l’intérieur, la révolte gronde chez les citoyens asservis. Les sorciers du Santhot, libérés de leur désert de pierre, veulent reconquérir l’arme absolue de la reine Corinn, le magique Chant d’Elenet. Les héritiers du trône, malgré leurs divisions, parviendront-ils à sauver le monde ancien, et à quel prix ? Aux côtés des puissantes armées, la magie sera de la partie dans le combat final.

Note 4.0

-Que voulez-vous de moi? s’enquit-il.
-Je veux que vous, qui connaissez cette forteresse mieux que quiconque, nous aidiez à la rouvrir. Je veux que vous entraîniez mes soldats ici, dans ce bâtiment. Je veux qu’y résonnent le chant des épées et les cris de bataille. Je veux votre aide pour nous préparer à affronter les Auldeks. Qui est plus qualifié que vous pour cette tâche?
-Que me donnerez-vous, si je me mets à votre service?
-Je vous rendrai votre vie. Tahalian. Je reconnaîtrai votre peuple et votre nom.

 

Avec « L’alliance sacrée », dernier volume de la trilogie de fantasy de David Anthony Durham, l’auteur nous replonge dans le fabuleux monde d’Acacia que l’on avait laissé en bien mauvaise posture à la fin du deuxième tome. On retrouve à nouveau avec plaisir les personnages des livres précédents, à commencer par les descendants du dernier roi de la lignée des Akaran : la reine Corinn, tourmentée par les souvenirs de son défunt amant et par certains des actes répréhensibles dont elle s’est rendue coupable en tant que souveraine ; Mena, affrontant jour après le jour le danger en combattant au nom de sa sœur les monstruosités qui font peser une menace de plus en plus grande sur le royaume ; et Dariel, le petit dernier, toujours aux prises avec les Êtres libres qu’il commence peu à peu à comprendre et à la cause desquels il ne peut qu’adhérer. En cette heure sombre, tous doivent faire des choix douloureux, tant pour leur survie que pour celle d’Acacia et c’est avec émotion et intérêt que l’on suit le parcours de chacun d’entre eux.

L’action se déroule encore une fois sans véritables temps morts tandis que l’on voyage aux quatre coins de l’empire acacian (et même au delà) et que l’on alterne entre les points de vue des différents protagonistes. On assiste également avec plaisir au retour de certains personnages qui s’étaient fait discrets dans le second volume. Les scènes de bataille sont, évidemment, bien plus nombreuses ici que dans les tomes précédents mais sont toutes remarquablement décrites et très immersives. Si le sort de certains personnages m’a plus touchée que d’autres (notamment celui de Mena et de sa dragonne) ce troisième tome répond parfaitement aux attentes des lecteurs qui ne pourront qu’être sensible au soin qu’a pris l’auteur pour mettre en scène un univers et des personnages complexes et cohérents. On est loin ici des stéréotypes manichéens que l’on rencontre malheureusement parfois en heroic-fantasy…

 

« L’alliance sacrée » clôt brillamment cette trilogie atypique qui n’aura aucun mal à plaire aux amateurs de fantasy. A ceux qui souhaiteraient poursuivre leur découverte des textes de David Anthony Durham, sachez que son prochain roman devrait être consacré au personnage Spartacus…

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques : Jean-Philippe Brun (L’ours inculte)