Suffragettes

Titre : Les Suffragettes
Réalisatrice : Sarah Gavron
Acteurs : Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep, Brendan Gleeson…
Date de sortie : novembre 2015

Synopsis : Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer: leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…

Note 3.5

We do not want to be law breakers. We want to be law makers.

 

Parmi les sorties de cette fin d’année 2015 à ne pas louper « Les Suffragettes » de Sarah Gavron figurait en tête de ma liste, non seulement pour son imposant casting (Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep, Brendan Gleeson…) mais aussi et surtout pour son sujet. Le film se propose en effet de revenir sur quelques épisodes marquants du combat mené par les femmes britanniques au début du XXe siècle pour l’obtention du droit de vote. Il se focalise pour cela sur les actions de plus en plus violentes menées par une poignée de « suffragettes », groupe de militantes dans lequel on suit la progressive intégration de Maud, jeune mère de famille exerçant l’éprouvant métier de blanchisseuse et qui va à son tour se laisser gagner par le rêve égalitaire défendu par ses camarades féministes. Le film rend un bel hommage à toutes ces femmes qui n’hésitèrent pas à tout sacrifier dans leur lutte pour l’égalité mais ne nous propose qu’un petit aperçu de leur combat. Ne vous attendez donc pas à une rétrospective retraçant toute l’histoire des suffragettes : on n’assiste ni à la création du groupe, ni à leur évolution, ni à leur victoire mais seulement à la radicalisation du mouvement après que leurs revendications soient restées sans réponse et que les manifestations pacifiques se soient révélées inefficaces.

Suffragettes scène 1

S’il est certes un peu décevant de voir le film se limiter à cet aspect de la lutte menée par les suffragettes, la réalisatrice a malgré tout le mérite d’avoir chercher à présenter une palette la plus large possible de moyens fondés sur la désobéissance civile employés par les féministes. Destruction de symboles de la suprématie masculine ou de la lâcheté du gouvernement, sabotage de matériel, grève de la faim, opération coup de poing visant à contourner la censure de la presse et toucher le grand public… : ce ne sont pas les actions qui manquent. Le film revient également sur la précarité de la condition féminine de l’époque notamment via la description du quotidien de Maud dont on découvre qu’elle n’a aucun droit sur son enfant et qu’elle travaille dans des conditions déplorables tout en étant payée moins cher que son mari (de ce point de vue là nous avons malheureusement encore des progrès à faire…). Malgré la très belle performance de Carey Mulligan (que j’avais déjà dernièrement beaucoup aimé dans « Loin de la foule déchaînée »), le film se complaît parfois un peu trop dans le mélodrame avec des scènes certes émouvantes mais pas essentielles pour l’intrigue. Rien à redire toutefois de la performance des autres acteurs : Meryl Streep campe une Emmeline Pankhurst convaincante, Ben Whishaw un mari bienveillant mais dépassé par les événements et Brendan Gleeson un inspecteur de police beaucoup plus humain qu’on aurait pu le croire.

layout.indd

Bien qu’il choisisse de ne se focaliser que sur la radicalisation de leur mouvement, « Les Suffragettes » rend un bel hommage à ces militantes de tout âge et de toute condition campées ici par de grandes actrices. S’il n’a pas tout à fait la force qu’on pouvait espérer, le long-métrage a toutefois le mérite de rappeler que les femmes ont du se battre pour pouvoir disposer aujourd’hui des mêmes droits que les hommes. Le générique propose à ce sujet un petit récapitulatif de l’année d’obtention du droit de vote des femmes dans différents pays du monde. A titre indicatif : Nouvelle-Zélande : 1893 / Angleterre : 1928 / France : 1944 / Arabie-saoudite : 2015… ?

À voir 3.5 4.0