L'Homme irrationnel

Titre : L’homme irrationnel
Scénario : Woody Allen
Réalisateur : Woody Allen
Acteurs principaux : Joachin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey, Jamie Backley, Meredith Hagner, Ben Rosenfield
Date de sortie française : 14 octobre 2015
Info : Présenté hors compétition au Festival de Cannes 2015

Synopsis : Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais.

Note 3.5

C’est là que ma vie a repris un sens.

Le Woody Allen de l’année est sur les écrans. Il serait bien d’hommage de rater l’évènement car cet «Homme irrationnel» est un bijou de comédie, d’humour noir et d’intelligence du natif de Manhattan. Il semble avoir trouvé une nouvelle muse en la personne d’Emma Stone, pleine de fraicheur qui fait jeu égal avec Joaquin Phoenix, prof de philo dépressif et destructeur. Le plaisir avec Woody Allen vient de ses dialogues toujours incroyablement brillants, mais c’est aussi sa mise en scène maline qui rajoute à notre plaisir. Le basculement opéré dans la deuxième partie jusqu’à la chute finale sont autant de vrais plaisirs de cinéma.

Une comédie friandise au charme fou à l’image de ses interprètes et de son génial metteur en scène.

Autres critques : AuroreinParis (AuroreinParis)

À voir 3.5 4.0