La Dame de Damas

Titre : La Dame de Damas
Scénariste : Jean-Pierre Filiu
Dessinateur : Cyrille Pomès
Éditeur : Futuropolis
Date de publication : 2015 (août)

Synopsis : Dans un quartier de Damas secoué par la Révolution, Karim et Fatima s’aiment. Mais leur passion semble impossible. Car si Karim et sa famille sont engagés contre Bachar el-Assad, Fatima a dû unir son destin à celui du régime. Quand ils se retrouvent enfin, à l’été 2013, après avoir vécu ce qui ressemble déjà à mille vies, l’impensable va frapper la capitale syrienne : la mort blanche. Ce jour-là, les forces armées de Bachar al-Assad bombardent plusieurs quartiers de Damas, utilisant des armes chimiques. Le bilan est effroyable. Le monstrueux bombardement fait des centaines de morts dans la population. Daraya est pourtant loin des zones tenues par les rebelles syriens. Un massacre gratuit, qui ne provoquera aucune intervention internationale.

Note 4.0

La dame de Damas s’est levée ce matin
Liberté dans les cœurs, aube à portée de main
Cette dame je la chante, c’est la Révolution
Sur les murs de Syrie j’écris partout son nom.

 

Après une première bande dessinée consacrée aux révolutions arabes de 2011, Jean-Pierre Filiu et Cyrille Pomès renouvellent leur association et sortent cette année un tout nouvel ouvrage aux éditions Futuropolis. Difficile d’ailleurs de ne pas y voir une sorte de prolongement avec le précédent volume puisqu’après avoir évoqués la naissance de mouvements contestataires dans les pays d’Orient ainsi que la chute de dictatures que l’on croyait jusque là inébranlables, les auteurs ont choisi pour ce second album de se focaliser sur les conséquences de ces révoltes sur un pays aujourd’hui complètement déchiré par la guerre civile : la Syrie. Le lecteur se retrouve ainsi plongé dans le quotidien d’une famille originaire de Daraya, quartier de la banlieue sud-ouest de Damas qui va malheureusement se retrouver en 2013 au cœur des combats opposants les insurgés aux fidèles de Bachar Al-Assad. Parallèlement à l’histoire de cette famille dont les membres entretiennent des relations parfois conflictuelles, on découvre aussi l’histoire d’amour de Karim et de la belle Fatima. Lui est le plus jeune fils de la fratrie, étudiant un peu naïf mais farouchement opposé au régime de Bachar Al-Assad. Elle se retrouve forcée d’épouser un homme proche du régime qui la maltraite mais au sort duquel sa famille et elle sont désormais liés. L’album est une vraie réussite et montre assez clairement le basculement du pays dans la guerre civile et les conséquences de cette situation pour les populations locales piégées dans les zones de combat.

La Dame de Damas planche 2

Jean-Pierre Filiu souligne notamment l‘évolution des méthodes et de l’état d’esprit des insurgés qui, de mouvements contestataires pacifistes militant pour plus de liberté et de justice, vont finir par fusionner avec des groupes armés bien décidés à faire usage de la force pour renverser le régime. L’ouvrage met également à plusieurs reprises l’accent sur la lâcheté et l’immobilisme des pays occidentaux qui se contentent d’observer ou, au mieux, de dénoncer sans jamais se mouiller plus avant. Malgré les regrets manifestés pour les pertes civiles et les exactions commises par les sbires de Bachar Al-Assad, les rares Occidentaux dépeints dans la bande dessinée se révèlent incapables de véritablement comprendre la dureté et la précarité du quotidien des Syriens. Plusieurs scènes bouleversantes sont justement là pour nous rappeler la tragédie vécue par les civils du pays qui sont évidemment les premières victimes de ce conflit dont les belligérants ne reculent devant rien, y compris faire usage d’armes chimiques pour gazer leurs propres concitoyens, les soldats aussi bien que les femmes, les enfants ou les vieillards. L’auteur pointe également du doigt l’hypocrisie des puissances occidentales qui menacent de passer à l’action, posent des ultimatums, parlent même de « ligne rouge à ne pas franchir » et qui, au final, ne font rien par peur de voir leurs intérêts menacés. Un mot pour terminer sur les graphismes eux aussi très réussis de Cyrille Pomès qui a opté cette fois pour une teinte marron dans laquelle baigne la totalité de l’ouvrage.

La Dame de Damas planche 1

« La Dame de Damas » est une bande dessinée qui s’inscrit dans la droite lignée du précédent album de Jean Pierre Filiu et Cyrille Pomès et dans lequel on retrouve les mêmes qualités : sérieux de la documentation, soin apporté aux graphismes et surtout volonté de rendre hommage à tous ces hommes et femmes ordinaires victimes de cette guerre interminable. Une lecture poignante, à lire et à faire lire.