Les Quatre Fantastiques 2015 Affiche

Titre : Les 4 Fantastiques
Réalisateur : Josh Trank
Acteurs principaux : Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan, Jamie Bell, Toby Kebbell, Tim Blake Nelson, Reg E. Cathey
Date de sortie française : 5 août 2015

Synopsis : Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi.

Note 1.5

Mais quel gâchis ! Bien sûr, on ne s’attendait à pas grand-chose, bien sûr on nous avait prévenu, mais ressortir du cinéma avec autant de déception, c’est bien qu’il y avait de l’espoir quelque part !

A-t-on déjà vu un montage (et du coup un scénario par la même occasion) aussi abject ? Cela part dans tous les sens, ok, mais à ce point-là c’est quand même violent. Les reshoots opérés par la production mécontente des travaux de Josh Trank (connu pour Chronicle) sont tellement visibles (bravo les coupes de cheveux de Kate Mara, vue dans House of Cards) que c’en est risible. Le pire du pire est sûrement L’OUTIL scénaristique par excellence pour nous faire croire à une quelconque profondeur d’intrigue… … … le « Un an plus tard » après plus d’une heure de film ! Ça coupe le film pile où ça aurait pu être intéressant et ça nous coupe les moments où les personnages auraient pu être attachants en s’adaptant à leurs pouvoirs.

Côté personnages, les tout jeunes acteurs ont été relativement bien choisis (Miles Teller, de Whiplash, Kate Mara, Michael B. Jordan, Jamie Bell, habitué à bien mieux, Toby Kebbell) et auraient pu renvoyer une image plausible des Quatre Fantastiques façon Ultimate (oui, rappelez-vous, il y a quand même un support à l’origine, des comics en l’occurrence), mais voilà, malgré une longue phase de départ, aucun des personnages n’est, à quelconque moment, crédible ou développé. Où est la direction des acteurs quand on n’arrive même pas à faire comprendre à Miles Teller, Kate Mara ou Michael Jordan qu’en tant que scientifique, écrire des équations sur un tableau ou découvrir des choses dans un microscope doit se révéler passionnant ? Où est la cohérence quand les personnages ayant un minimum de conviction (Victor von Doom en tête) les renie en un éclair dix minutes plus tard ?

Du coup, on rame franchement pour trouver les points positifs de cet énième reboot comme on risque d’en voir par pelletées désormais (celui raté de Spider-Man semble ne pas avoir donné de leçon à quiconque). Quelques effets spéciaux sur les pouvoirs des Quatre pathétiques (pour reprendre la formule de l’Odieux et dithyrambique confrère) et la volonté de départ de faire quelque chose de plus sérieux (lumières sombres, confrontation avec le « monde réel », ah-ah…) pouvaient être louables, autant que la très longue phase d’exposition qui laissait espérer mieux. La dure réalité est d’ailleurs bizarrement affichée, puisqu’on alterne constamment entre blagues ratées et scènes très rudes, notamment avec des morts particulièrement violentes vers la fin ; cela aurait pu être tout à fait logique et bienvenu, si le reste était au diapason.

Bref, une immense déception au vu de ce qu’aurait pu proposer une production intelligente (même en ne pensant qu’aux revenus, qu’ils perdent du coup…) sur une franchise super-héroïque qui serait enfin sortie du carcan du moment. Ne touchez plus aux comics si c’est pour en faire ça ! Rappelons que les comics Quatre Fantastiques tournent autour de deux concepts normalement faciles à comprendre, la science et la famille, ici ni l’un ni l’autre ne sont cernés par la production, arrêtons donc les frais ici.

Voir aussi : X-Men : Days of Future Past

Autres critiques : Doug (Ma Semaine Cinéma) ; Les Toiles héroïques ; Mikaelson (Les Chroniques de Mikaelson) ; Un Odieux Connard ; Toine Reynolds (The Mighty Blog) ; William Tessier (Ma Semaine Cinéma) ; Xapur (Xapur.net)

À éviter 1.5 2.0