Téméraire 4

Titre : L’empire d’ivoire
Cycle : Téméraire, tome 4
Auteur : Naomi Novik
Éditeur : Le Pré-aux-clercs / Pocket
Date de publication : 2008 / 2011

Synopsis : Alors que les Aerial Corps de Sa Majesté défendent vaillamment les côtes de l’Angleterre contre les armées toujours plus pressantes de Napoléon Bonaparte, une épidémie redoutable et d’origine inconnue décime les rangs des dragons de combat — confinant en quarantaine les cas les plus désespérés. Seuls Téméraire, le dragon du capitaine Will Laurence, ainsi qu’une meute de ses congénères inexpérimentés semblent échapper au mal et demeurent, de fait, le dernier rempart aérien contre les assauts français. Une nouvelle fois, Téméraire et Will vont tenter l’impossible afin de sauver leur pays et s’envolent pour l’Afrique, à la recherche d’un remède mystérieux pour mettre fin à cette contagion meurtrière. Le temps presse, et nul ne saurait prévoir les dangers qui les guettent sur le continent noir, ni ceux qui menacent leurs compagnons restés en arrière.

Note 3.5

– Que pensez-vous de ce que j’ai fait de Paris ? s’enquit Napoléon, avec un geste en direction de la nuée de dragons qui s’activaient au-dessus de la nouvelle avenue. Peu d’hommes ont eu l’occasion de contempler mon œuvre depuis les airs, comme vous.
– Un travail extraordinaire, Votre Majesté, lui dit Laurence.
Il était navré d’être sincère : c’était le genre d’ouvrage que seule la tyrannie, supposait-t-il, pouvait accomplir, et caractéristique de tous les travaux de Napoléon, balayant la tradition avec une forme d’élan irrésistible, il eût préféré juger cela affreux et mal conçu.

 

Le quatrième tome des aventures de Laurence et Téméraire marque le retour tant attendu de notre duo de choc en Angleterre après leur périple auprès de l’empereur de Chine, à la cour ottomane et enfin sur le front russe. Leur arrivée est bien évidemment l’occasion de faire partager à leurs compagnons et aux autorités leurs récentes découvertes concernant l’évolution de la guerre sur le front oriental et surtout sur les différences de traitement entre les dragons européens et orientaux. Autant de découvertes qui ne vont pas manquer de chambouler les Aerial Corps qui, s’ils prennent effectivement leurs distances avec les traditions et l’étiquette de la société anglaise de l’époque, n’en demeurent pas moins attachés à leur mode de fonctionnement coutumier. Certes les dragons sont avant tout des compagnons à leurs yeux et certainement pas de vulgaires bêtes de somme, mais de là à les traiter en égaux… Après avoir goûté au respect et à l’adoration des populations orientales, difficile cela dit pour les dragons membres de l’expédition de revenir à un mode de vie où on ne tient guère compte de leurs opinions et où leurs droits sociaux et politiques sont quasiment inexistants…

Nos deux héros n’ont toutefois que peu le temps de débattre sur ce sujet ou même de profiter des joies du pays puisque une nouvelle mission ne tarde pas à leur être assignée : rapporter d’Afrique un remède destiné à soigner la mystérieuse épidémie qui semble avoir frappé la plupart des dragons d’Europe. Voilà donc Laurence et Téméraire en route pour une autre destination qui offre un nouveau dépaysement au lecteur, Naomi Novik nous embarquant cette fois à la découverte de la ville du Cap et des tribus noires alentours. Si l’action se fait peut-être un peu moins passionnante que dans les précédents opus, on en suit pas moins avec toujours autant de plaisir les aventures des deux protagonistes qui se retrouvent cette fois confrontés à un problème d’ordre moral et étique. L’occasion pour l’auteur de souligner l’importance du cheminement intellectuel accomplis depuis le premier tome par le personnage de Laurence dont on constate que la vision des dragons a énormément évoluée, non seulement grâce l’observation d’autres cultures mais aussi et surtout grâce au contact de Téméraire avec lequel il entretient désormais une relation presque fusionnelle.

 

Un quatrième tome peut-être un peu en dessous des précédents mais qui pose de nouvelles interrogations intéressantes pour la suite. La dernière scène laisse notamment présager un cinquième tome prometteur et particulièrement riche en émotion et rebondissements.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7 ; Tome 8 ; Tome 9

Autres critiques : Apophis (Le culte d’Apophis) ; Lutin 82 (Albedo – Univers imaginaires)