SAUVAGE C1 TMP OK.indd

Titre : Sauvage
Scénaristes : Jean-David Morvan et Aurélie Bevière
Dessinateur : Gaëlle Hersent
Éditeur : Delcourt (Mirages)
Date de publication : 2015 (mars)

Synopsis : 1720. Agée de huit ans, une petite fille, partie du Canada, fuit l’esclavage. Arrivée à Marseille, après avoir subit viols et brimades, elle se réfugie dans les forêts de Champagne. Ainsi commence dix ans d’errance jusqu’à sa capture et sa progressive réhabilitation. Mêlant nature et culture, bestialité et aristocratie, violences et douceurs, cet album contrasté raconte l’incroyable histoire de Marie-Angélique, l’enfant sauvage.

Note 4.0

Je ne pense pas que seul mon corps s’était adapté au mode de vie sauvage. C’est tout mon esprit qui était alors dans un état animal. Je garde de cette période une impression vague, sans repère de durée, sans pensées formulées.

 

1731. Le village de Songy est en effervescence après la découverte d’une jeune fille à l’allure et au comportement davantage digne d’une bête que d’un être humain. Cet enfant, c’est Marie-Angélique Le Blanc, à l’heure actuelle le seul et unique cas avéré d’enfant sauvage. D’origine amérindienne, la fillette se retrouve par un tragique concours de circonstances livrée à elle-même dans les forêts de Champagne où elle survivra pendant près de dix ans. Là, elle adopte peu à peu l’attitude d’une bête et se coupe complètement de tout contact avec la civilisation humaine, avant que celle-ci ne vienne finalement la rattraper. Un destin exceptionnel sur lequel se sont penchés Jean-David Morvan et Aurélie Bevière dans le roman graphique « Sauvage ». Rien que de part son sujet, l’ouvrage ne tarde pas à titiller la curiosité du lecteur qui découvre avec tour à tour fascination ou consternation l’incroyable parcours de cette jeune fille. Un parcours qu’il n’a de toute évidence pas été évident de reconstituer, les informations dont nous disposons aujourd’hui sur le personnage étant pour partie trop lacunaires. S’ils sont peut-être contestables d’un point de vue purement historique, les choix opérés par les scénaristes ont en tout cas le mérite de proposer une progression cohérente et de nous faire revivre toutes les étapes marquantes de la vie de Marie-Angélique.

Sauvage planche 2

Car la singularité du personnage ne tient pas qu’à son statut d’enfant sauvage, non. Le plus remarquable est la capacité de la jeune fille à retrouver toutes ses capacités intellectuelles, et même à en développer de nouvelles, après une aussi longue période de régression avancée. Recueillie auprès des sœurs augustines dont elle deviendra l’une des membres, Marie-Angélique parviendra ainsi non seulement à retrouver entièrement l’usage de la parole, mais surtout à apprendre à lire et à écrire. Difficile de ne pas se prendre d’affection pour ce personnage que la vie n’aura pas gâté. La douleur de l’exil, la frustration causée par ses pertes de mémoire, le regard réprobateur ou le rejet des autres, la solitude, la culpabilité… : autant de sentiments que les scénaristes s’attachent efficacement à transmettre au lecteur. Je serai seulement un peu plus nuancée concernant le choix de relater cette histoire de manière non chronologique. Les graphismes de Gaëlle Hersent sont pour leur part réussis et nous immergent sans problème dans l’ambiance de l’époque. J’aurai bien là encore quelques réserves concernant le traitement du personnage principal, mais rien de très important au vue de la qualité de l’ensemble de l’ouvrage.

Sauvage planche 1

Avec « Sauvage », les auteurs reviennent sur la vie d’un personnage au destin incroyable qui passera du statut d’otage à celui d’enfant sauvage, puis de religieuse à protégée de la reine. C’est un bien bel hommage que rend à Marie-Angélique Le Blanc ce roman graphique qui ne manquera pas de séduire tout lecteur un peu curieux ou friand de faits divers historiques.

Autres critiques : Bianca (Des livres, des livres !) ; MissG (Le Monde de MissG) ; Yaneck Chareyre (Chroniques de l’Invisible)