Sans parler du chien

Titre : Sans parler du chien
Auteur : Connie Willis
Éditeur : J’ai lu
Date de publication : 2000
Récompenses : Prix Hugo et Locus 1999 (meilleur roman)

Synopsis : Au XXIe siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d’historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour voyager dans le temps. Ned Henry, l’un deux, effectue ainsi d’incessantes navettes vers le passé pour récolter un maximum d’informations sur la cathédrale de Coventry, détruite par un raid aérien nazi. Or c’est à ce même Henry, épuisé par ses voyages et passablement déphasé, que Dunworthy confie la tâche de corriger un paradoxe temporel provoqué par une de ses collègues, qui a sauvé un chat de la noyade en 1888 et l’a ramené par inadvertance avec elle dans le futur. Or l’incongruité de la rencontre de ce matou voyageur avec un chien victorien pourrait bien remettre en cause… la survie de l’humanité !

Note 4.5
 
Coup de coeur

L’avenir de l’humanité était modelé tant par la nature que par le courage, les trahisons et l’amour. Auxquels il convenait d’ajouter les accidents, le hasard, les balles perdues, les télégrammes et les pourboires. Sans oublier les chats.

 

Après avoir été bluffée par « Le grand livre » et le diptyque « Blackout »/« All clear », c’est pleine d’entrain que je me suis plongée dans un autre des romans de Connie Willis mettant en scène des historiens envoyés dans le passé grâce au voyage temporel. Et une fois encore je ressors de cette lecture à la fois ravie mais aussi et surtout frustrée de ne plus rien avoir de l’auteur à me mettre sous la dent. Car avec « Sans parler du chien » Connie Willis témoigne à nouveau de toute l’étendue de son talent et nous offre un roman captivant de bout en bout, bourré d’humour et de références littéraires, historiques et culturelles. Certains reprocheront à l’auteur la trop grande lenteur de son récit, ou bien sa tendance à faire tourner le lecteur en bourrique pour ce qui peut s’apparenter à des détails, mais au final tout cela ne fait que peu le poids face au brio avec lequel elle parvient à totalement nous déconnecter de notre monde pour nous faire entrer dans le sien. Manquer louper son arrêt de bus ou découvrir qu’on a passer la majeure partie de la nuit à lire plutôt qu’à dormir sont des choses auxquelles il faut savoir s’habituer quand on lit du Connie Willis ! Après le Moyen Age et la ville de Londres à l’heure du blitz, c’est dans l’Angleterre de la fin du XIXe siècle que vont cette fois devoir se rendre une poignée d’historiens afin de réparer une incongruité temporelle causée par l’acte d’une collègue qui pourrait bien changer le cours de l’histoire : le sauvetage imprévu d’un chat…

On le devine à la lecture du pitch, ce roman ci sera moins dramatique et moins intense émotionnellement que ne pouvait l’être « Le grand livre », et l’on découvre sans surprise que l’auteur est aussi à l’aise avec la comédie que la tragédie. On suit donc le sourire aux lèvres les efforts colossaux et sans cesse contrecarrés fournis par Ned et Verity, deux historiens chargés de « remettre l’histoire en ordre », afin de ramener un chat à son époque d’origine et de faire épouser le bon mari à une parfaite caricature des petites écervelées capricieuses et superficielles du XIXe, tout en tentant de résoudre le mystère de la disparition de l’un des « trésors » de la cathédrale de Coventry, bombardée lors d’un raid allemand en 1940. Car oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, tout est lié. « Parce qu’il manquait un clou, un fer fut perdu. Parce qu’il manquait un fer, un cheval fut perdu. Parce qu’il manquait un cheval, une bataille fut perdue. Parce qu’il manquait une bataille, un Royaume fut perdu ». Connie Willis construit son récit à la façon d’un de ces romans policer des années 1930 dont elle vante tant les mérites et, si on finit par se douter du tournant que vont prendre les événements, on en tourne par moins les pages avec la même avidité que celle dont on ferait preuve avec un roman d’Agatha Christie tant on est pressé d’enfin découvrir la réponse à toutes les énigmes posées.

 

Connie Willis signe avec « Sans parler du chien » un roman passionnant tant par le soin apporté à la construction narrative que par l’intérêt que l’on porte aux protagonistes ou encore par la qualité de la reconstitution historique de cette Angleterre du XIXe siècle dans laquelle on se serait bien attardé un peu plus longtemps. A mettre entre toutes les mains.