Blade Runner Moutons électriques J'ai Lu Nouveaux Millénaires

Titre : Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? / Blade Runner (Do androids dream of electric sheeps ?)
Auteur : Philip K. Dick
Éditeur : J’ai Lu (Nouveaux Millénaires) (fiche officielle)
Date de publication : octobre 2012 (10e édition VF, 1968 en VO chez Doubleday), puis en poche J’ai Lu en juin 2014

Synopsis : Le mouton n’était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature – les voisins n’y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l’illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n’est pas avec les maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu’il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c’est lui qui récupère toujours les boulots les plus lucratifs – normal, c’est le meilleur. Mais ce coup-ci, ça n’a pas suffi. Face aux Nexus-6 de dernière génération, même Holden s’est fait avoir. Alors, quand on propose à Deckard de reprendre la mission, il serre les dents et signe. De toute façon, qu’a-t-il à perdre ?
Avant de devenir Blade Runner, l’un des films de science-fiction les plus célèbres de tous les temps, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? est l’un des romans phares de Philip K. Dick, qu’étrangement il n’aimait pas. On y trouve pourtant un écho d’une rare puissance aux obsessions qui l’ont travaillé tout au long de sa vie : le simulacre, le double, le questionnement sur l’humain, sur la nature de la réalité…

Note 4.5
 
Coup de coeur

Bien sûr, certains de leurs animaux étaient eux aussi des contrefaçons électroniques. Mais il n’était bien sûr jamais allé y mettre le nez, pas plus que ses voisins n’étaient venus voir de près la nature véritable de son mouton. Rien n’aurait pu être impoli que de demander à quelqu’un s’il possédait un animal authentique. C’eût été plus grossier encore que de s’informer sur l’authenticité des dents ou des cheveux d’un citoyen – voire de ses organes internes.

Autant déformé que mis en lumière par son adaptation cinématographique « Blade Runner », Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques est un court roman fabuleux de Philip K. Dick que, paradoxalement, il ne semblait pas apprécier.

Se lisant d’une traite, ce livre repose tout entier sur la question contenue dans le titre : les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Où se trouve alors la frontière entre les humains et les androïdes ? Quelle capacité avons-nous, ont-ils de rêver, de vivre ? Sur une Terre désertée au fur et à mesure par les humains pouvant la fuir, Rick Deckard va devoir affronter non seulement ses questionnements psychologiques et métaphysiques, mais aussi et surtout les quelques androïdes qui cherchent à se cacher parmi les humains restants. Ces nouveaux Nexus-6 semblent parfaits pour ressembler à leurs « modèles », mais le sont-ils vraiment ? Et surtout, quelles vont être les différences persistantes entre ces deux espèces ? Comme à son habitude, Philip K. Dick formule une intense réflexion sur le sens de la vie, les différences entre humains et androïdes et l’ironie de notre existence. Les questions fusent et les pistes métaphysiques foisonnent, pourtant en peu de mots.

Que l’on s’attache davantage à la course-poursuite entre les personnages ou bien aux aspects plus conceptuels de l’auteur, l’édition proposée par J’ai Lu a l’avantage de contenir des propos du spécialiste dickien, Étienne Barillier, qui aident largement à comprendre l’étendue de l’œuvre du maître Philip K. Dick.

Autres critiques : Editions du Nexus ; Lune (Plumes de Lune) ; Thomas Leroux (Le Mont des Rêves)