L'énigme du cadran solaire

Titre : L’énigme du cadran solaire
Auteur : Mary Gentle
Éditeur : Denoël / Folio SF
Date de publication : 2007 / 2011

Synopsis : Obéissant à un ordre de Marie de Médicis, sacrée la veille, le maître espion de Sully, Valentin Raoul Rochefort, organise l’assassinat d’Henri IV mais, ne tenant guère à ce que le projet aboutisse, il confie la tâche à un ancien instituteur de province un peu illuminé. Malheureusement, le 14 mai 1610, l’instituteur François Ravaillac profite d’un embouteillage dans les rues de Paris pour poignarder mortellement le roi. Condamné à l’exil, Rochefort se rend en Angleterre où, dès son arrivée, Robert Fludd, un disciple de Giordano Bruno, le charge d’assassiner un autre roi, Jacques Stuart.

Note 4.0

 

Belle réussite pour Mary Gentle que cette « Énigme du cadran solaire » qui change radicalement de sa tétralogie précédente dans laquelle elle mettait en scène une chef mercenaire dans la Bourgogne du Moyen-Age. Ici, l’action se situe au XVIe siècle et l’on voyage de la France bouleversée par l’assassinat d’Henri IV par Ravaillac, à l’Angleterre menacée par le complot ourdi par un devin illuminé, en passant par une petite excursion du côté du Japon. Nul doute que l’auteur a effectué un grand nombre de recherches sur l’époque tant l’ambiance en est bien rendue et tant le roman fourmille de détails et d’anecdotes croustillantes qui ne font que renforcer le réalisme du récit. C’est ainsi avec plaisir que l’on rencontre quelques grandes figures de l’Histoire (les souverains français et anglais en tête) et que l’on découvre le Paris ou le Londres de l’époque. Du début à la fin le rythme ne décélère pas et l’action est constamment au rendez-vous ce qui donne lieu à plusieurs scènes mémorables. L’intrigue est quant à elle bien pensée et intéressante à suivre sans être pour autant vraiment captivante.

Car le grand intérêt du roman se trouve en réalité du côté des personnages qui sont le véritable point fort du livre, comme c’était déjà un peu le cas dans « Le livre de Cendres ». C’est donc avec plaisir que l’on suit les aventures de Rochefort et de Dariole et l’évolution de leur complexe relation qui ne fait qu’aller de rebondissements en rebondissements. Nos deux protagonistes possèdent en effet chacun un caractère bien trempé et une personnalité très fouillée qui nous les rendent rapidement très attachants. Aussi, il faut bien le dire, c’est avant tout pour eux que l’on s’empresse de tourner les pages et que l’on dévore le roman avec autant d’avidité. Une bonne découverte donc qui confirme le talent de Mary Gentle qui a décidément le don pour nous plonger au cœur de l’Histoire et pour donner vie à des personnages marquants et fascinants que l’on se prend à regretter après les avoir quittés.

 

Belle réussite pour Mary Gentle qui signe avec « L’énigme du cadran solaire » un diptyque (depuis regroupé sous forme d’intégrale par Folio SF) de grande qualité. L’auteur fait à nouveau preuve de beaucoup de talent, que ce soit au niveau du traitement de ses personnages ou de la reconstitution du cadre historique. Chapeau !