Ainsi soit Benoite Groult

Titre : Ainsi soit Benoîte Groult
Scénariste et dessinatrice : Catel
Éditeur : Grasset
Date de publication : 2013

Synopsis : Ce livre est à l’origine l’histoire d’une amitié entre deux femmes de deux générations différentes, l’une romancière et pionnière du féminisme, l’autre dessinatrice et pionnière de la bio-graphique, telle qu’elle la nomme. Rencontres dans tous les lieux chers à Benoîte – à Hyères, en Bretagne; à Paris – et retours sur les épisodes les plus marquants de l’histoire personnelle d’une femme engagée durant presque un siècle (Benoîte est née en 1920): de la famille grande bourgeoise mais libre aux combats les plus légendaires du féminisme, de l’avortement au divorce, de la féminisation des noms de métiers à l’amour qui s’invente au quotidien, de Georges de Caunes à Paul Guimard et son ami François Mitterrand, de la presse au roman. Ainsi soit Benoîte Groult est bien plus qu’une biographie en dessins: c’est une odyssée de la femme moderne, une visitation intime et drôle, tendre et douce, d’un destin qui se confond avec l’histoire de la Femme et de l’écrivaine.

Note 4.0

L’anomalie dans le langage souligne l’anomalie dans la société. Chercher à féminiser ce n’est pas un caprice mais un besoin d’intégration sociale. Il paraît que le langage évolue de lui-même, sans recommandations. Faux ! La langue française n’a jamais cessé d’être rectifiée, codifiée. Depuis longtemps des commissions de linguistes spécialistes de chaque discipline ont forgé des mots acceptables adaptées aux réalités nouvelles. (…) Heureusement, les idées en germe finissent pas mûrir un jour. En 1990, le Conseil de l’Europe publie une circulaire sur « l’élimination du sexisme dans le langage ». Aujourd’hui, le dictionnaire prescrit la féminisation des métiers et beaucoup des préjugés commencent à être vaincus.

 

De Benoîte Groult, on peut lire qu’elle fut l’une des figures centrales de la lutte pour les droits des femmes en France dans la seconde partie du XXe siècle. Et pourtant, à ma grande honte, c’est une femme dont je n’avais jusqu’à présent jamais entendu parler. L’erreur est désormais rectifiée grâce à « Ainsi soit Benoîte Groult », roman graphique réalisé par la dessinatrice Catel dont les précédents ouvrages consacrés à deux autres personnalités féminines majeures (Olympes de Gouges et Kiki de Montparnasse) m’avait déjà séduite. Cette fois, l’artiste fait cependant le choix de nous relater nous seulement l’histoire de l’écrivaine et féministe Benoîte Groult, mais aussi la genèse et l’évolution de l’ouvrage lui-même. Le résultat est passionnant et brosse le portrait d’une femme loin de faire son âge (93 ans à l’époque du récit), pleine d’humour (et d’un peu de mauvaise foi) mais aussi de détermination et de courage. Outre son enfance et ses différentes relations entretenues avec les hommes ou ses filles et petites-filles, l’ouvrage aborde les différents combats menés par Benoîte Groult pour les droits des femmes. L’écrivaine dénoncera notamment avec colère la pratique de l’excision et participera au milieu des années 1980 à une commission consacrée à la féminisation des noms de métiers (elle sera d’ailleurs nommée commandeurE de la légion d’honneur). Il ne s’agit cependant pas de son seul combat, l’écrivaine luttant également depuis de nombreuses années pour d’autres causes, notamment celle pour le droit à mourir dans la dignité.

Ainsi soit Benoite Groult planche 2

L’ouvrage a également l’avantage de nous dévoiler les principales étapes de l’élaboration de ce roman graphique, Catel se mettant elle-même en scène au côté de Benoîte Groult et de leur entourage. Le lecteur découvre ainsi la naissance d’une belle amitié créée au fil des rencontres, interviews et dîners organisés avec les différents membres de leurs familles respectives. Si les discussions animées et les moments de complicité échangés entre les deux femmes sont intéressants, certains « bonus » ajoutés à l’ouvrage sont cependant un peu superflu à mon goût (les nombreux croquis d’objets notamment). Il en va d’ailleurs de même du choix d’intégrer quelques lettres manuscrites écrites par les deux femmes et qui sont parfois difficilement lisibles. Ce choix narratif fournit cela dit l’occasion d’en apprendre davantage sur la dessinatrice elle-même ainsi que sur un autre roman graphique réalisé par Catel et son compagnon José-Louis Bocquet consacré à une autre figure majeure du féminisme, Olympe de Gouges, et paru peu avant cette biographie illustrée de Benoîte Groult. La plus grande force de l’ouvrage reste cela dit le portrait très instructif réalisé sur le statut de la femme dans la seconde moitié du XXe siècle qui permet de se rendre compte à la fois des formidables avancées de ces dernières années, mais aussi des régressions que l’on observe hélas de plus en plus aujourd’hui.

Ainsi soit Benoite Groult planche 1

Un ouvrage captivant tant par son sujet que sa forme, les illustrations de Catel étant toujours aussi réussies et la description de l’évolution de la condition féminine tout au long du XXe siècle fort instructive. Benoîte Groult n’aime pas la BD (elle l’affirme à plusieurs reprises dans le récit), pourtant son entrée au panthéon des héroïnes du neuvième art est une vraie réussite. Ironie quand tu nous tiens…