434735_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : Les Merveilles
Scénario : Alice Rohrwacher
Réalisateur : Alice Rohrwacher
Acteurs principaux : Maria Alexandra Lungu, Sam Louwyck, Alba Rohrwacher,Sabine Timoteo, Monica Bellucci
Date de sortie française : 11 février 2015
Récompenses : Grand Prix du Jury Festival de Cannes 2014

Synopsis : Dans un village en Ombrie, c’est la fin de l’été. Gelsomina vit avec ses parents et ses trois jeunes sœurs, dans une ferme délabrée où ils produisent du miel. Volontairement tenues à distance du monde par leur père, qui en prédit la fin proche et prône un rapport privilégié à la nature, les filles grandissent en marge. Pourtant, les règles strictes qui tiennent la famille ensemble vont être mises à mal par l’arrivée de Martin, un jeune délinquant accueilli dans le cadre d’un programme de réinsertion, et par le tournage du « Village des merveilles », un jeu télévisé qui envahit la région.

Note 0.5

« Il te faudrait un esclave Wolfgang, et pas quatre filles comme elles »

Le film d’Alice Rohrwacher a été un long supplice pour moi. Une histoire qui avait pourtant de beaux atouts dans son jeu, une famille qui lutte pour survivre dans une Toscane riche en soleil et en belles images, un évènement improbable qui pourrait modifier l’avenir.

Mais pour cela, il aurait fallu un minimum d’empathie pour les personnages, ici le père est aussi odieux qu’irascible, la mère semble déconnectée de la réalité, les enfants victimes de la bêtise de leurs parents. Alice Rohrwacher nous inflige des scènes d’apiculture à n’en plus finir, entrecoupées des vociférations du père qui se ballade souvent en slip blanc (allez savoir pourquoi) mais surtout hideux. C’est mal filmé, c’est moche et surtout d’un ennui abyssal. Le film frôle le ridicule à de nombreuses reprises, le tournage d’une émission de télé en étant son apogée. Petit cadeau, Monica Bellucci en guest star. Là aussi, raté : sa prestation est à l’image de son costume et du film : grotesque.

« Les merveilles » a eu le Grand Prix du jury à Cannes. Le film a t-il été projeté à une heure tardive ou tôt le matin ? Ça reste un mystère.